Fate/stay night ~French~ セイバールート二日目-01.ks

From Baka-Tsuki
Revision as of 17:09, 14 July 2010 by Subete (Talk | contribs)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search

Texte original[edit]

Anglais

Memo Technique[edit]

Notes du Traducteur[edit]

Le "Love's lovely ranger land." page 13 est pas évident à traduire. J'ai tenté quelque chose, mais ça doit être possible de faire mieux.

Texte à traduire[edit]

  • page0|&f.scripttitle
 Contrairement à Shinto, la cité de Miyama est déserte.
 Après huit heures, il n'y a plus personne dans les rues, et la ville est terriblement calme.
  • page1|
 À l'intersection, il y a la maison que j'ai vue ce matin.
 Il n'y a pas de signe de vie, et on peut voir une pancarte "Entrée Interdite" accrochée à la porte.
  • page2|
 ...Après une seule journée, la maison est aussi silencieuse qu'un bâtiment abandonné.
 Parents et grande soeur tués par le cambrioleur.
 Quel genre de vie reste-t-il pour l'enfant laissé derrière ?
  • page3|
 "[line4]"
 Je me mords la lèvre, me sentant impuissant.
 Même après avoir juré de devenir comme Kiritsugu, je ne peux rien faire pour quelque chose qui s'est passé si près.
 Même si je veux aider, au final, je ne vois même pas ce que je peux faire.
  • page4|
 Je grimpe sur la colline et j'arrive à la demeure Emiya.
 La lumière est toujours allumée, donc il doit toujours y avoir Sakura ou Fuji-nee.
  • page5|
 "Je suis là... Oh, il n'y a que toi, Fuji-nee ?"
 "Hum ? Oh, bienvenue, Shirou."
 Fuji-nee se retourne en grignotant une galette de riz.
 Il y a une émission musicale bruyante à la télé.
  • page6|
 "Bon sang, tu rentres encore à une heure pas possible... Je t'avais dit de rentrer tôt vu que la nuit tombe tôt en hiver."
 "Je suis rentré tôt. Je prends des boulots à temps partiel qui finissent à huit heures, alors ne sois pas excessive comme ça.
  ...Alors, où est Sakura ? On dirait que le diner est prêt, mais..."
  • page7|
 "Sakura-chan est rentrée tôt. Elle a dit qu'elle avait quelque chose à faire aujourd'hui, alors elle a juste préparé le diner et est repartie."
 Fuji-nee me déclare ça joyeusement.
 En ce qui la concerne, quelqu'un qui cuisine pour elle est forcément quelqu'un de bien.
  • page8|
 "Je vois. Ça pourrait être une bonne idée pour un petit moment. C'est devenu dangereux récemment, alors peut-être que je devrais préparer moi-même le repas jusqu'à la fin du trimestre."
 "Quoi ? Je proteste ! Tu rentres si tard, Shirou. Si le repas n'est pas fait avant que tu arrives, on ne va pas manger avant au moins dix heures."
  • page9|
 "Attends... Tu ne peux pas manger chez toi ?"
 "Quoi ? Je suis chez moi."
 Fuji-nee a l'air intriguée.
 Honnêtement, je ne sais pas si ça me me fait plaisir ou si ça m'attriste.
  • page10|
 "...Très bien, je comprends. Je ne peux pas vraiment te demander de te faire toi-même à manger, pas vrai ?
  ...De toute façon, c'est quoi ce truc près de ton pied ? Ne me dis pas que tu as encore ramassé des cochonneries."
  • page11|
 Fuji-nee a la très mauvaise habitude de laisser tout un bric-à-brac chez moi.
 De grands bols de restaurant, une grosse théière qu'elle a eue dans le quartier commerçant, une guitare bizarre qui joue toute seule... Je crois qu'elle considère cette maison comme une sorte d'entrepôt.
  • page12|
 "Montre-moi. Je vais le jeter si c'est de la camelote."
 "Ça ? Euh, c'est un poster qui trainait dans ma maison..."
 Fuji-nee me passe le poster.
 C'est probablement une de ces idoles tristement célèbre, ou quelque chose de ce genre.
  • page13|
 "Voyons voir..."
 Il s'agit d'un gars en uniforme militaire qui lève les pouces devant un ciel bleu bien kitsch.
 Dans des lettres couleur sang, il y a écrit :
     "Le monde d'amour du ranger.
      Rejoignez la force d'autodéfense"[r]
 ...Attends, c'est un poster de recrutement de l'armée...!
  • page14|
 "Je n'en veux pas, donc tu peux l'avoir."
 "Ehhh, je n'en veux pas non plus !"
 Je roule le poster et frappe Fuji-nee avec.
  • page15|
 "Hé hé, raté."
 Mais.
 Fuji-nee dévie mon attaque avec un poster qu'elle avait caché, et contre-attaque sans pitié.
 Bam.
 Le poster me cogne légèrement la[line4]
  • page16|
 "Gahhhh !?"
 Des étoiles ! Je vois des étoiles !
  • page17|
 "Hé hé hé, ne t'imagine pas pouvoir me toucher avec ton niveau. Il faut que tu t'entraînes plus."
 "Argh... c-c'est pas le problème. Il s'est passé quoi ? Pourquoi un poster a fait un choc comme ça...?"
 Ce serait ça l'habileté d'un maître...!?
  • page18|
 "Hein ? Oh, désolé, ce poster est la première édition, spécialement faite en tôle d'acier.
  ...Shirou, ça va, ta tête...?"
 "...Fuji-nee, ta personnalité finira par tuer quelqu'un un jour..."
  • page19|
 "Hé hé. Je ne suis pas inquiète. Shirou m'épouserait si ça arrivait."
 "Ha, Je refuse définitivement. Je n'ai aucune intention d'épouser une tueuse irréfléchie comme toi."
  • page20|
 "Hé... Je ne pense pas être quelqu'un de si dangereux."
 "Je le savais. C'est donc vrai que les gens ne se connaissent jamais eux-mêmes."
 Tellement vrai, tellement vrai.
 Je vais devoir faire attention ou je vais me faire tuer.
  • page21|
 "Bah, dis ce que tu veux. De toute façon, j'ai faim, Shirou. J'ai attendu tout ce temps, donc mangeons maintenant."
 Fuji-nee se lève.
 C'est vraiment bizarre... Fuji-nee est en train d'aider (même si c'est seulement pour porter les plats). Elle doit vraiment être affamée.
  • page22|
 "Ok. Après tu peux servir les plats. Tu arriveras à verser le riz, hein ?"
 "Mais oui. Hé, Shirou, je peux prendre un bol ?"
 "Oui, je pense. Sakura n'est pas là, aujourd'hui, alors il y aura des restes de toute façon."
 "Bien. Je prends le même pour toi, alors."
 Fuji-nee verse du riz dans deux bols.
  • page23|
 "......"
 Enfin. J'en aurais repris de toute façon. D'ailleurs, si je me dispute avec Fuji-nee, elle va me prendre mon dîner.
 Et en plus...
 Les dîners chaotiques comme celui-ci sont fréquents depuis plusieurs années, maintenant.
  • page24|
 ...C'est la fin de la journée.
 Après avoir fini un dîner tumultueux et avoir dit au revoir à Fuji-nee qui partait, je prends un bain.
 Une fois ça fini, je pratique ma routine quotidienne dans la remise.
 Je termine ça comme d'habitude et vais me coucher.
 Il est une heure du matin.
 La journée finit paisiblement, sans aucun problème.
  • page25|