Date A Live:Tome 4 Épilogue

From Baka-Tsuki
Jump to: navigation, search

Epilogue : Rencontre des ténèbres[edit]

Le soleil se coucha derrière les bâtiments, dans la vallée.

Tokisaki Kurumi s'assit au bord du toit d'un gratte-ciel et paresseusement dandina de la tête.

Derrière elle gisaient plusieurs humains. Non… pour être exact, les humains de cet immeuble étaient tous inconscients.

Avec son pouvoir <La Cité Dévoreuse de Temps>, les humains dans l'ombre de Kurumi voyaient leur temps absorbé.

Les aiguilles de l'horloge de son œil gauche tournaient dans le sens anti-horaire tout en produisant un *clic*.

C'était pour remplir le temps qu'elle avait malencontreusement utilisé quelques jours auparavant.

Kurumi expira doucement. L'ombre qui couvrait le bâtiment se rétracta lentement à ses pieds.

Normalement, absorber jusqu'à la mort était ce qu'il y avait de plus efficace, mais si tout ce grand nombre de personne venait à mourir cela causerait du tapage. Pour Kurumi qui n'avait pas encore restauré son temps, il était préférable d'éviter d'attirer l'AST et l'Esprit rouge.

« … Fu. C'est encore loin d'être suffisant... »

Accompagnant ces mots, elle étira ses membres et leva sa main droite.

Date4 301.jpg

« Zafkiel <Empereur du temps> »

Immédiatement, une horloge géante apparut dans l'ombre de Kurumi. Les chiffres romains I, II et III qui avaient initialement disparus venaient d'être restaurés. Néanmoins, le VI, tout en bas, était toujours d'une couleur blanche pour une certaine raison.

Kurumi leva bien haut sa main et prit dans sa main l'aiguille des heures, un pistolet ancien.

Puis, elle ouvrit délicatement ses lèvres.

« … Chet <Huitième Balle> »

Accompagnant sa voix, les aiguilles dans son œil gauche se mirent à tourner dans le sens horaire à une vitesse alarmante. L'ombre qui jaillit du chiffre romain VIII fut absorbée en un instant dans la gueule du pistolet.

Suite à quoi, elle pointa lentement le pistolet chargé sur sa temps et sans hésiter appuya la gâchette.

Immédiatement, la tête de Kurumi eut un choc violent à cause de l'impact qui la traversa et elle se courba en deux.

Non, les mots nécessaires pour correctement décrire cela étaient légèrement différents. A partir d'elle s'extirpa une autre Kurumi… cette manière serait plus appropriée.

Le Chet <Huitième balle> de Zafkiel <Empereur du temps> était une munition qui une fois chargée et tirée pouvait créer des clones de « son passé jusqu'à présent » qui se séparait d'elle.

Les limites du clone étaient en fonction de la quantité de temps que Chet <Huitième balle> consumait.

En d'autres termes, en vue de produire des clones de longue durée, Kurumi devait dépenser une grande quantité de « temps ».

« Honnêtement, c'est une telle maintenance les enfants gâtés. »

Tout en se plaignant, elle tira une nouvelle fois dans sa tempe. Immédiatement, de son corps émergea une autre Kurumi, qui fut avalée par les ombres du toit.

Quelques jours auparavant, sur le toit du lycée Raizen, le nombre de clones tués par Takamiya Mana et l'Esprit des Flammes s'était élevé à cinq cents.

Même si dans l'ombre de Kurumi il y avait toujours quelques clones… elle avait besoin de restaurer son temps pour finir son armée.

« La prochaine fois… Je ne vraiment pas me retenir avec toi, Shidou-san. »

Ses lèvres se courbèrent pour produire un sourire et elle ricana. C'est alors…

« … ? »

Soudainement, Kurumi se tourna. Il n'y avait personne… tout du moins, aucune conscience humaine n'était sur le toit, mais elle sentait quand même une présence.

Elle sut rapidement de qui il s'agissait. Elle expira et haussa les épaules.

« Aaah, aah, c'est donc toi. »

Les sourcils de Kurumi se levèrent d'abord, puis elle plissa les yeux. Juste là se tenait une silhouette familière.

Néanmoins, il s'agissait bien plus d'une « véritable forme non identifiée »… aussi parler de silhouette n'était pas vraiment correct. La manière juste de l'exprimer était de dire que voir clairement « son » apparence était difficile et les possibilités de distinguer son existence étaient également très basses.

« … Comment ça s'est passé ? Avec lui... »

Il s'agissait d'une voix étrange qui était difficile à entendre, d'un genre inconnu et d'un timbre inconnu.

Elle véhiculait une étrange sensation. On pouvait se rendre compte qu'il parlait mais on ne comprenait pas la moitié de ce qu'il disait.

Ce n'était pas leur première rencontre. Elle acquiesça avec un regard sans surprise.

« Nn, c'était super ! Néanmoins, bien qu'il existe, je n'y aurais pas cru si je ne l'avais pas vu de mes propres yeux. »

En effet, un mois auparavant, lorsque « cette chose » était apparue en face de Kurumi pour la première fois, il lui avait appris quelque chose qu'elle n'avait qu'à moitié cru.

Il s'agissait de l'existence d'un humaine avec le pouvoir de trois Esprits scellés en lui ou quelque chose du genre.

Mais, s'il existait vraiment… il permettrait à Kurumi de faire un grand pas en avant vers son objectif. Elle n'avait rien à perdre, aussi elle essaya de se rapprocher de lui et fut choquée. En effet, son vif sens de l'odorat avait détecté une légère senteur d'Esprit à l'intérieur de Shidou.

« Mais… tu as abandonné tes projets le concernant ? »

« Fufu, comment le pourrais-je ? »

Elle se moqua des paroles de « cette chose ».

« … Pour le moment, j'ai besoin de recomposer ma réserve de « temps ». Dans mon état actuel, je suis incapable de tuer l'Esprit des Flammes… Toutefois, je n'ai pas encore abandonné. »

Alors qu'elle pointa Chet <Huitième balle> sur sa tête, elle continua de parler :

« Pour utiliser l'ultime munition de Zafkiel <Empereur du temps>… Yud Bet <Douzième balle>, je dois posséder la force de Shidou. Je vais assurément le dévorer. Je ne vais absolument pas abandonner... »

En effet, elle désirait éviter cette éternité.

La compassion qui avait permis à ce monde d'aller de l'avant et qui tourmentait son cœur jusqu'à présent.

La voie pour accomplir ce souhait, elle l'avait finalement trouvé.

A l'intérieur des chiffres de Zafkiel <Empereur du Temps> chacun possédait une <balle> remplie d'énergie Spirituelle.

Elles pouvaient toutes être activées en consommant le temps de Kurumi mais… seules les propriétés de Yud Aleph <Onzième balle> et Yud Bet <Douzième balle> avaient quelque chose de différent.

Chacune demandait pour son activation quelque chose comme la vie d'un Esprit en contrepartie.

Si elle l'utilisait, Kurumi risquait de mourir sur le coup.

Même si elle survivait, elle n'aurait pas la force de compléter son objectif.

Mais avec Shidou, si elle « consommait » l'énergie équivalente de trois Esprits, elle serait en état d'utiliser Yud Bet <Douzième balle> et aurait même du surplus.

Le pouvoir de cette balle était de…

« Remonter le temps. Tu veux l'utiliser pour faire quoi ? »

Faisant face à « cette chose » qui semblait avoir lu ses pensées, Kurumi le fixa et sourcilla.

« Comment sais-tu une telle chose ? Outre le fait que je ne l'ai montré à personne, je n'en ai jamais parlé jusqu'à maintenant. »

« Donc… pourquoi ? »

« Cette chose » demanda de manière amusée. Kurumi ricana.

En effet, le pouvoir de Yud Bet <Douzième balle> est bien de remonter le temps. Il la regarda lever son pistolet de sa main gauche tout en ouvrant lentement ses lèvres.

C'était une balle pour aller dans le passé.

Expliquer tous les détails à « cette chose » à la forme inconnue ne lui serait d'aucun bénéfice. Toutefois, sa bouche s'ouvrit d'elle-même. Peut-être était-ce parce qu'elle avait envie de dire quelque chose qu'elle n'avait jamais dit auparavant, qu'elle n'avait jamais dit à personne.

« Yud Bet <Douzième Balle>. Je veux l'utiliser pour revenir treize années en arrière. »

« Treize ans… ? Pourquoi à cette époque-là ? »

Demanda « cette chose ». Kurumi posa un doigt sur la détente et poursuivit :

« Il y a treize ans apparut le premier Esprit dans ce monde. Le « Premier Esprit » devint l'origine de tous les Esprits… mon intention est de le tuer. »

« ... »

« Cette chose » ne répondit pas. Sans lui prêter la moindre intention, elle continua de parler :

« Pour effacer de ce monde le fait que « les Esprits soient apparus ». Pour faire en sorte que tous les Esprits de ce monde « n'existent plus »… C'est ma compassion. »

Après un bref silence, « cette chose » s'exprima :

« … Tu es étonnamment gentille. »

« … ! »

Kurumi, mécontente, sourcilla, pointa le pistolet de sa main gauche en face d'elle et appuya la détente.

Mais, avant que la balle n'atteigne sa cible, « cette chose » avait déjà disparue dans les ténèbres.


« Comment se porte Kotori, Reine-san ? »

Shidou discutait avec Reine qui était revenue à l'étage de l'infirmerie, elle acquiesça.

« Aah, pas besoin de t'inquiéter, elle va bientôt se lever. »

« Vraiment... »

Il poussa un soupir de soulagement. Après l'incident, Kotori avait été rapidement récupérée par le <Fraxinus>, mais elle ne témoignait aucune anomalie.

« Bon, suite à cela, Origami… qu'est-ce qui lui est arrivé ? »

Murmura-t-il avec inquiétude. A la fin, d'autres membres de l'AST vinrent arrêter et emporter Origami.

« Nn, eh bien, elle a fait quelque chose de grave, mais puisqu'il n'y a pas eu de morts ou de blessés, il est presque certain qu'elle sera libérée, quoi que je pense qu'elle ne pourra pas avant un bon moment utiliser un Realizer. »

« ... »

Shidou ne put s'empêcher de souffler. Il n'y avait probablement pas d'autres choix. Même si elle avait repris ses esprits, elle avait quand même révélé au public un secret militaire et avait mis des civils en danger. Même si l'objectif principal de l'AST était les Esprits, c'était une erreur impardonnable.

Quand bien même pensait-il à tout cela, c'était inutile. Au final, tout ce qu'il pouvait faire était d'attendre que la punition d'Origami ait été décidée.

Il soupira à nouveau et fit face à Reine.

« Bon… Je dois aussi rentrer. Tohka et Yoshino doivent être affaméess. »

Sur ces mots, il désigna le sol… la résidence Itsuka pour être exact.

En effet, Tohka et Yoshino, qui avait accouru pour aider Shidou, avaient à nouveau leurs pouvoirs scellés dans son corps et après quelques examens sommaires à bord du <Fraxinus>, elles étaient rentrées à la résidence Itsuka pour attendre la suite des instructions.

Elles s'étaient également inquiétées l'état de Kotori. Il était l'heure de dîner, il valait mieux qu'il rentre.

« Nn, ouais. Elles sont aussi inquiètes pour Kotori, allons les rassurer. »

Dit Reine d'un ton qui ne véhiculait aucune objection. Elle acquiesça lentement.

« Ouais, puis, comme pour Kotori, tu dois t'occuper de choses. »

« … Aah, je m'en charge… Oh ouais, Shin. »

Alors qu'il était sur le point de quitter le pont, la voix de Reine se fit entendre derrière lui. Elle baissa lentement la tête.

« … Désolée. »

« Eh… ? »

Dit-il d'une voix affecté, complétement incapable de comprendre cette soudaine situation.

« Quoi, comment, qu'est-ce qui s'est passé, Reine-san. Pourquoi est-ce que tu es soudainement... »

« … A propos de l'incident d'aujourd'hui, c'est entièrement la faute de mon manque de discernement. Je t'ai inquiété inutilement et, à la fin, je t'ai exposé au danger… Je suis désolée. »

« Non, comment pouvais-tu... »

C'était devenu si solennel d'un seul coup qu'il ne pouvait se calmer. Il sentit quelque chose de déplaisant s'appuyer contre son corps. Quelle pouvait être ce manque de discernement dont elle parlait… ?

Face à cette pensée, Shidou laissa échapper un «ah ».

« Serait-ce d'avoir laissé Tohka et Yoshino se joindre au rendez-vous ? Eh bien… c'était déplaisant au début, mais à la fin toutes les deux nous ont beaucoup aidés... »

Alors qu'il conclut avec un sourire sec, Reine leva la tête et la secoua.

« … Même si ça compte aussi… mais, la chose dont je suis inquiète s'est produite bien avant. »

« Eh ? »

Les yeux de Shidou s'écarquillèrent face à ces mots.

« Eh bien, qu'est-ce que c'est que ce mauvais jugement ? »

Demanda-t-il surpris. Reine retourna lentement vers son siège et, à l'aide de compétences chevronnées, elle commença à utiliser les contrôles de la plate-forme derrière elle.

« Pour dire la vérité, le rendez-vous d'aujourd'hui n'aurait pas dû avoir lieu. Deux jours avant… si tu avais embrassé Kotori juste après son réveil, ses pouvoirs auraient été scellés… Néanmoins, puisque Kotori avait exprimé son impatience pour le rendez-vous d'aujourd'hui, je ne pouvais pas le dire… Vraiment, je suis sincèrement désolée. »

« Ha… ? N, non, ça n'aurait pas été trop déraisonnable ? Je dois monter son niveau d'affection d'abord... »

Oui, Reine et Kotori lui l'avaient expliqué. Pour utiliser son baiser afin de sceller les pouvoirs Spirituels, il avait besoin de monter son niveau d'affection jusqu'à un certain niveau pour que ça marche.

A l'instant, les écrans affichèrent une image étrange. Une image qu'il avait vu auparavant. Il se souvint que c'était le graphique qui affichait les courbes des niveaux d'actions des Esprits à travers le temps.

Néanmoins, l'image à l'instant ne dévoilait pas la ligne du niveau d'affection.

Non, il le remarqua immédiatement. La ligne était droite…

Elle était droite depuis le début de l'écran.

« C'est… ? »

« … L'affection de Kotori pour toi, depuis le début. »

Sur ces mots, Reine tourna son siège en direction de Shidou et pointa l'écran.

« … Depuis le moment où nous avons commencé à analyser Kotori, il y a deux jours. Son affection n'a pas changée du tout, depuis le début son niveau est au maximum… même pas une petite oscillation. »

« Eh bien, eh bien… ça veut dire... »

Reine hocha de la tête.

« … Ne l'a-t-elle pas dit à la fin ? Kotori, elle aime son Onii-san plus que tout. »

« Oh... »

Shidou resta abasourdi…

« Uu… Ugaaaaaaaaaaah ! »

A cet instant précis, il reçut un féroce coup de pied dans le dos et il tomba en avant. C'est ainsi que son visage s'enfonça dans la poitrine de Reine.

« ...Nn ? »

Reine baissa son regard, elle avait laissé échappé ce son de surprise. Shidou se remit en position hâtivement.

« Dé, désolé pour ça… ! »

« Nn, encore. »

Après s'être excusé auprès de Reine, il se retourna. Kotori, vêtue de son uniforme par-dessus ses vêtements d'infirmerie, se tenait-là, le visage rouge.

« Kotori ?! Tu es réveillée... »

« Ok, oublie rapidement ce que tu viens de voir ! Il y a assurément une erreur avec les chiffres ~ »

« … Il n'y a pas de telles erreurs. Tout comme il n'y a aucun problème avec le système. »

« Dix éditions limités de choux à la crème 'La Pucelle'. »

« Désolé Shin, il y a peut-être un problème avec les calculs. »

Reine, tout en regardant Kotori, changea instantanément sa réplique.

« … Haaa, vraiment ? »

C'était un pot-de-vin évident. Shidou se gratta la joue et fit face à Kotori.

« Mis à part ça, tu vas bien ? Tu ne devrais pas dormir encore un peu plus... »

« Hmph, il n'y a pas de temps pour le repos. Je dois immédiatement enregistrer l'information. »

« Information et un tel… ce genre de chose peuvent être faite demain. Repose-toi jusqu'à demain. »

Elle le fixa tout en prenant une Chupa Chups dans sa poche et la mit dans sa bouche. Puis, elle dressa le bâtonnet de la sucette et poursuivit :

« Ce n'est pas facile de s'en souvenir. Il y a cinq ans, l'incident qui m'a donné mes pouvoirs d'Esprit. Quand nous nous réveillerons demain, nos mémoires seront peut-être réinitialisées, du coup il faut que je le consigne dans un enregistrement extérieur à ton cerveau ou au mien. »

« … Vraiment. »

Il sourcilla et ferma tendrement son poing.

L'Esprit mystérieux qui était apparu devant eux, cinq ans auparavant… Peut-être qu'il était l'Esprit qui avait tué les parents d'Origami.

Shidou ne pouvait évidemment pas se rappeler son existence, sa vraie forme était toujours enveloppée de ténèbres. « N'en fais pas trop, Kotori. »

« Je vais gérer ça comme il faut. »

Elle fit signe de la main en guise de réponse et s'en alla vers le siège du commandant. Récupérant un petit appareil d'enregistrement au point de contrôle, elle prit la direction de la porte par laquelle elle était arrivée. A ce moment précis… elle s'arrêta.

« Nn, Shidou… Ce que tu as dit avant de sceller mes pouvoirs… était-ce vrai ? »

« Avant de sceller tes pouvoirs… qu'est-ce que j'ai dis ? »

Shidou chercha à se rappeler, puis « aaah » il battit des mains. C'était ce qu'il avait dit avant de sceller ses pouvoirs, ce qu'il avait dit à Kotori… Je t'aime plus que toi, je t'aime.

Incapable de se contrôler lui-même, il hocha de la tête.

« Bien sûr que c'est vrai. Je t'aime, Kotori. »

« … ?! »

Les épaules de cette dernière sursautèrent et, incapable de se calmer, elle joignit et sépara ses doigts.

« Eh, ah, c'est, c'est… je, je... »

« En tant que petite sœur ! »

« … C'est ce que tu voulais diiiiiiiiiiiiiire ! »

Suite à la réponse de Shidou, elle s'était retournée et avait lancé contre la tête de Shidou un coup de pied sauté, pas vraiment à la manière de quelqu'un venant de se réveiller à l'instant.

« Uguu… ?! »

Il fut de nouveau poussé contre la poitrine de Reine.

« … Nn, bonjour. »

« Dé, désolé. »

Shidou se remit hâtivement et regarda rapidement en direction de Kotori. Elle s'était déjà retournée et passait la porte.

« Kotori ! »

« Quoi ?! »

Dit-elle plutôt mécontente, sans même regarder en arrière.

D'un ton extrêmement arrogant et d'une voix forte.

D'une manière très différente de Kotori la pleurnicheuse.

Shidou se gratta la tête et soupira et, passant derrière elle, il lui dit :

« … Ces rubans, ils te vont très bien ! »

« … ! »

Elle se retourna avec une expression surprise. Puis, ils se regardèrent l'un l'autre pendant un instant…

« Nn, merci, Onii-chan. »

Dit-elle tendrement tout en quittant le pont.


Note de Traduction[edit]