Date A Live:Tome 5 Épilogue

From Baka-Tsuki
Jump to: navigation, search

Épilogue : Shidou, je...[edit]

Partie 1[edit]

La nuit, tel le souffle d'une tempête, devint une aube et une nouvelle journée commença.

Shidou et les autres étaient partis de l’hôtel, ils purent scruter le spectacle des arbres déracinés depuis les fenêtres du bus sur la route du retour vers l'aéroport.

Après que les étudiants aient pu entendre quelques importants rappels et enregistrés leurs bagages, on leur demanda d'attendre la mise en place de leur avion dans la salle d'attente. Bien qu'ils eussent acheté suffisamment de choses déjà, ils farfouillèrent tout de même dans les espaces de vente ou trempèrent leurs lèvres dans les plats du restaurant gastronomique de l'aéroport.

C'était attendu de la part de lycéens. Ils étaient dans la fleur de l'âge, même s'ils avaient joué sur la plage la veille, il semblait encore leur rester de l'énergie.

Shidou s'assit dans une chaise de la salle d'attente complètement épuisé, alors qu'il… *haha*, afficha un rire impuissant.

Et, à sa droite, Tonomachi, qui pour diverses raison avait des coups de soleil uniquement sur le cou et la tête, dit avec un sourire de contentement :

« Iyaaa, tout s'est fini d'un coup. »

« Aah… Ouais, je suppose. »

Shidou répondit comme une vieille branche complètement desséchée.

La nuit précédente, après la manifestation de <Sandalphon>, son corps avait été frappé par un puissante sensation d'abattement, mais… après avoir dormi toute la nuit, une forte douleur musculaire s'était rajoutée à tout cela.

Eh bien, si c'était le prix à payer pour l'utilisation du pouvoir de l'Ange, qui est au-delà des capacités d'un corps humain, si c'était le prix à payer pour avoir sauver Kaguya et Yuzuru, eh bien, ce n'était pas cher payé.

« Même si je dis ça, je n'ai pas beaucoup profité de ce voyage scolaire... »

Dit-il en soupirant. Au final, puisqu'il avait été entraîné dans divers problèmes, il n'avait pas participé à beaucoup des activités de groupe.

« Aah, Aah, qu'est-ce que tu as à tirer un tel visage ? Tu n'étais pas dans ta chambre hier nuit, n'est-ce pas ? Où étais-tu passé, hein ? Puisque tu es si fatigué, avec qui et quel sorte d'actes pervers as-tu accomplis ? »

Demanda Tonomachi alors que, *Fuun**Fuun*, sa respiration s'emballa. Shidou soupira de découragement.

« Pourquoi serait-ce des choses perverses… ? »

« Eh bien quoi ? Quand un lycéen en bonne santé disparaît toute la nuit durant un voyage scolaire et dit que rien ne s'est passé, les gens croient que c'est soit un saint, soit un idiot, ou alors que c'est à cause de Tohka-chan, non ? Est-ce que ton âme était épuisée après avoir été le partenaire des sœurs Yamai en même temps ? En effet, je ne les vois nulle part. »

« Aah… Eh bien, en un sens... »

Shidou afficha un sourire sec.

Oui, c'était vrai, depuis le moment où ils étaient revenus à l'hôtel, elles demeuraient introuvables.

Après tout ces incidents, ils furent tous transportés par <Ratatoskr>. Très probablement la prochaine fois qu'ils se rencontreront ce sera après la fin des examens, donc lorsqu'il rentrerait à Tenguu city.

Elles seront sûrement gérées comme des étudiantes transférés, mais… ce n'était toujours pas certain qu'elles fussent admises à l'école de Shidou après tout ça.

Malgré ces considérations, l'état mental des deux jumelles, une fois réconciliées, était de loin le plus stable au sein des Esprits jusqu'à maintenant. Le jour où elles marcheraient ensemble dans la rue n'était probablement plus si loin.

Alors que Shidou pensait à tout cela, Tonomachi approcha son visage du sien sans hésitation.

« Oi, qu'est-ce que c'était cette excuse pas claire ? Ou alors est-ce ? Comme je le pensais, est-ce la silhouette de Tobiichi qu'on voit-là ? Quel genre de jeu dangereux est-ce que tu joues ? »

« Origami… huh. »

Shidou se gratta les joues tout en se réfléchissant.

Elle aussi n'avait pas été vue depuis le moment où ils étaient revenus à l'hôtel ce matin.

De ce qu'il avait entendu de Reine, après avoir attendu que la tempête s'arrête, elle fut transportée dans un hôpital proche. Elle serait peut-être en retard pour son retour à Tenguu City.

Il semblait qu'elle ait subi une attaque de la part des <Bandersnatch>, mais…

- Je me demande si elle va bien ?

Alors que Tonomachi essaya de le questionner davantage, il entendit la voix de Tama-chan sensei s'élever au loin.

« Haaai~ ! Vous tous, il est presque temps, réunissez-vous ! »

« Oh… il est presque temps. »

« Kuh, Oi, Itsuka, j'écouterai ce que tu as à me dire plus tard ! »

Dit Tonomachi en prenant une pose exagérée. D'une certaine façon, il rappela à Shidou un vilain qui aurait été battu toutes les semaines en s'écriant « Je m'en rappellerais ! ».

« Bon, eh bien... »

Après qu'il ait réussi à se redresser en forçant sur ses jambes titubantes, s'ajoutant à cela, *step**step*, il entendit ces bruits de pas.

« Shidou ! J'ai acheté pas mal de friandises ! »

Dit Tohka tout en portant un sachet de la boutique souvenir dans ses bras et tout en affichant un large sourire.

Même si elle avait pris part à un gros combat la veille, elle était super énergique et pleine d'énergique.

« Attends une seconde ! Ne penses-tu pas avoir trop acheté ? »

« Il n'y a pas de telles choses ! Regarde, c'est une version limitée de Chupa Chups. Kotori sera contente aussi ! »

Puis, elle rigola de manière insouciante, elle était sincèrement heureuse, il ne pouvait rien de dire de plus. Après que Shidou, *pon**pon*, lui tapota la tête, il s'avança lentement vers l'embarcadère de rassemblement.

« Hai, Hai, tout le monde est là ? Eh bien, nous allons embarquer maintenant, s'il vous plaît alignez-vous. »

Tama-chan sensei appela les étudiants qui se trouvaient dans la salle d'attente.

Ils était bruyants puisqu'ils étaient réticents à ce que le voyage scolaire se termine. Ils s'assirent, néanmoins, sur les places réservées qui leur étaient allouées.

« Shidou, c'est bon si je m’assois à côté de la fenêtre au retour ? »

Demanda Tohka avec des paillettes dans les yeux. Elle regrettait probablement d'avoir laisser la place à côté de la fenêtre à Origami à l'aller.

Puisqu'il semblait qu'Origami soit à l'hôpital, du coup, ça ne le dérangeait pas.

« Aah, je ne... »

« … Je n'accepterais pas ça. »

« Heh ? »

Suite à cette voix qui vint couper la parole de Shidou, il s'était exclamé d'une voix confuse.

Lorsqu'il regarda derrière lui, il vit Origami utiliser des atèles avec des bandages partout sur son corps.

« O, Origami ?! Pourquoi es-tu ici ?! Oublie ça, est-ce que tu vas… bien ?! »

« Pas de problème. »

Après qu'elle ait répondu de la sorte, calmement, elle se pelota aux côtés de Shidou.

« Pou, pourquoi tu… j'y crois pas ! Qu'est-ce que tu as à apparaître comme ça ?! »

« La place ont déjà été décidées. Celle à côté de la fenêtre est mienne. Tu peux profiter de le vue de l'allée. »

« Pas juste ! Au retour, je vais m'asseoir du côté fenêtre ! Je veux voir le paysage avec Shidou ! »

Tohka et Origami prirent en sandwich Shidou et commencèrent à se disputer. A chaque fois le corps de Shidou, qui était en proie à des douleurs musculaires, était secoué.

« Att, Attends une seconde… ! Calmez-vous toutes les deux ! Utilisez une méthode plus pacifique… Je sais, pourquoi ne pas décider ça au pierre-papier-ciseau ? »

« Mu… Déterminer qui serait le vainqueur grâce à trois figures de main différentes, huh. Ça me dérange pas, mais... »

« Si Shidou l'a dit, j'ai pas d'objections. »

Suite à la réponse d'Origami, le regard de Tohka devint perçant et elle agrippa sa main droite.

« Ok. Finissons-en. Jyaan Ken Pon[1]! »

Accompagnant leurs voix, Tohka et Origami baissèrent leurs mains en même temps.

… Mais, à ce moment-là, Shidou sentit quelque chose de différent.

En effet, les mains qui s'étaient baissées étaient au nombre de deux supplémentaires.

« Eh… ? »

Tohka lâcha un *Guh*. Origami aussi. Les deux mains qui s'était ajoutée avaient toutes les deux jouées papier.

« Kuku… Même si la pierre noire magique et les ciseaux du paradis se séparant en deux épées jumelles sont imbattables, ils perdent face à l'amulette de papier qui terrasse le mal. »

« Déclaration. C'est Yuzuru et Kaguya qui gagnent. Yuzuru et Kaguya vont avoir les deux places à côté de Shidou. »

« Kaguya… Yuzuru ? »

S'exclama d'une voix choquée Shidou tout en regardant les possesseurs des papiers qui venaient de s'exprimer de la sorte.

Oui, juste-là se tenaient Kaguya et Yuzuru, qui étaient supposées être sous la garde du <Fraxinus> depuis hier soir.

Derrière elles, il y avait Reine avec la tête penchée de côté. Après qu'il l'ait regardé comme pour lui poser la question, elle s'avança lentement vers lui et lui dit à basse voix :

« … C'est parce qu'elles me l'ont demandé. Elles voulaient vraiment monter dans l'avion avec toi. Leur situation semble être stable, et puisque ce n'est pas une bonne chose de leur faire subir violemment du stress, une autorisation spéciale leur a été concédée. Leur examens détaillé seront menés à notre retour à Tenguu City. »

« N, non, je m'en fiche de ça... »

A ce moment-là, les vainqueurs, qui n'étaient autre que Yuzuru et Kaguya, s'accrochèrent chacune à l'un des bras de Shidou.

« Kuku… Shidou, vois ça comme un honneur ! Au début, nous ne pensions à toi que comme une offrande pour notre duel, mais… de manière imprévue, nous avons fini par te prendre en affection. »

« Affection. Yuzuru aussi. Néanmoins, Yuzuru n'a pas envie de se battre avec la nouvellement réconciliée Kaguya. »

« Idem sur ce point. Shidou, il a été décidé que tu serais la propriété partagée de Yuzuru et de moi. »

« Consentement. C'est ainsi. Nous te donnerons l'amour approprié. »

« Ha… haaa ?! »

Lorsque Shidou cria, Tohka et Origami sourcillèrent et le fixèrent.

« Shidou, qu'est-ce que ça signifie ? Comme je le pensais, est-ce que quelque chose s'est passé lorsque vous étiez nus ? »

« Nus ? Qu'est-ce que c'est que ça ? Je demande une explication. »

« Non, c'est... »

Puisque Shidou avait des problèmes pour répondre, Kaguya et Yuzuru, qui avaient sécurisés chacun de ses côtés, *fufun*, laissèrent échapper ce son par leurs nez.

« Kuku… Désolé pour ça, Tohka. Mais, si tu fais partie de mon clan, sois fière de toi-même, puisque tu as su me donner une offrande. »

« Discipline. Maître Origami. Merci pour tout. Yuzuru défendra les enseignements du maître et ira de l'avant. »

Sur ces mots, Tohka et Origami, respectivement, attrapèrent les jambes de Shidou.

« N'essaye pas de m'avoir ! Je ne te donnerai pas Shidou ! »

« N'apparaît pas soudainement en demandant des choses pareilles, s'il te plaît. »

« Kuku… Très belle preuve de courage ! Nous affronter nous, les sœurs Yamai ! »

« Défi accepté. Yuzuru et Kaguya vont vous battre toutes les deux. Admirez sagement la combinaison de Yuzuru et Kaguya. »

Sur ces mots, les quatre, chacune de son côté, commencèrent à tirer les membres de Shidou.

« Att… Attendez ! »

Après avoir utilisé <Sandalphon> et avoir été totalement épuisé, le corps de Shidou fut vaincu par cette dernière attaque qu'il reçu.

Partie 2[edit]

Le son de ses battements cardiaque était affreusement bruyant.

Kotori eut un petit sourire sec alors que ses chaussures crissèrent dans le large couloir. Bien qu'elle fut seule dans celui-ci… inévitablement, elle était nerveuse. Même si elle était venue en ce lieu de nombreuses fois déjà, il semblait qu'elle ne s'y soit pas encore habituée.

Kotori portait son uniforme cramoisie militaire habituel, mais, contrairement à son habitude, elle ne portait pas sa veste simplement posée sur ses épaules, mais la portait soigneusement, avec les manches boutonnées de façon adéquate. Bien sûr, elle n'avait aucune sucette dans sa bouche non plus. Si l'équipage du <Fraxinus> la voyait, ils l'auraient sûrement fixée avec des yeux choqués.

Kotori s'arrêta devant la porte, *suu*, elle prit une profonde inspiration.

  • Toc**Toc*, elle toqua sur cette dernière.

« Itsuka Kotori est arrivée. »

« … Entrez ! »

« Oui. »

Après la brève réponse de Kotori, elle ouvrit la porte et entra.

L'intérieur de la pièce ressemblait à une bibliothèque. Les quatre murs étaient tapissés de meubles pleins de livres aux couvertures en cuir. Elle ne les connaissait pas en détail, ce qui était normal, puisque les livres qui était ouverts sur le bureau n'avaient pas vraiment des lettres écrites dedans, mais, à la place, des lignes de braille.

Dans la partie la plus éloignée de la pièce, il y avait un homme.

« Cela fait longtemps, Commandant Itsuka. »

Tout en prononçant ces mots, il tourna sa chaise et fit face à Kotori.

Il avait une barbe et des cheveux presque totalement blancs, ainsi qu'un regard tendre. Son âge devait être plus ou moins autour des 50 ans. Ce dernier n'était pas à même de le faire légitimement appeler un vieil homme, mais il ressemblait quand même à un vieil homme généreux.

Le directeur de la Table Ronde, Elliot Woodman.

C'était le fondateur de la <Machinerie de Ratatoskr> et le bienfaiteur de Kotori.

« Cela faisait longtemps, Monsieur Woodman. »

Kotori joignit ses genoux et exécuta une magnifique courbette.

« Il semblerait que tu sois devenue bien extraordinaire récemment. Les autres de la Table Ronde ont été choqués. »

« C'est parce qu'être choqués fait partie de leur travail. »

Sur ces mots de Kotori, Woodman eut un sourire amusé.

« Eh bien, ne dit pas ça. Ils sont ce qu'ils sont, des personnes capables, nécessaires à <Ratatoskr>… Plus important, Commandant Itsuka, j'ai entendu que vous aviez utilisé <Camael>… Avez-vous bien pris soin de vous-même ? »

« Oui. Désolée de vous avoir inquiété. »

« Non. Je pense que je devrais être celui qui s'excuse de vous avoir fait faire quelque chose d'aussi rude. »

Sur ces mots, il caressa sa barbe tout en continuant de parler d'une voix calme :

« … Bien sûr, j'ai eu un rapport à l'instant. »

« Rapport ? »

« Aah. Il semblerait que le <Fraxinus> ait été attaqué par un vaisseau qu'on suppose appartenir aux Sociétés DEM. »

Elle avait déjà reçu ce rapport. Elle acquiesça en disant « oui ».

« J'ai entendu. Mais, puisque Kannazuki est à bord, il ne devrait pas y avoir de problèmes. »

« Je suppose que vous avez raison… cela dit, en voyant les choses d'un autre angle, le problème est ailleurs. »

« Et que voulez-vous dire ? »

Lorsque Kotori posa cette question, Woodman montra une légère hésitation avant de répondre :

« … Il semblerait que votre frère ait manifesté un Ange. »

« … ! »

Confrontée à ces mots, les sourcils de Kotori se levèrent.

Elle engloutit et plaça ses mains sur sa poitrine et, comme pour réduire son battement cardiaque qui se serait affolé, elle calma sa respiration avant de répondre :

« Je...vois… Très bien. »

« Aah. Très probablement, avoir scellé votre Puissance Spirituelle à nouveau fut le déclencheur. »

« ...Uh. »

Involontairement, elle grinça des dents. En remarquant probablement l'état de Kotori, Woodman eut une expression affligée.

« … Si quelque chose se produit, nous devrons gérer ça de manière appropriée. Si ce ne sera pas le cas, les Esprits, dont le Mana a été scellé, apporteront à nouveau des malheurs. »

« Bien reçu... »

Kotori ferma calmement et partiellement ses yeux, Woodman s'exprima comme s'il gémissait :

« … Je suis désolé de vous confier un rôle si détestable. »

« Non, il n'y a pas d'autres choix… actuellement, si le pire scénario se produit... »

Date5 329.jpg

Sur ce, Kotori hocha légèrement de la tête avant de formuler les mots suivants :

« … Je tuerai Shidou. »



Notes de traduction[edit]

  1. Phrase typique qui est dite lors des parties de pierre-papier-ciseau en japonais.