Sword Art Online:Main Froide, Cœur Chaud

From Baka-Tsuki
Jump to: navigation, search

Material Edition 4 - Main Froide, Cœur Chaud[edit]

Novembre 2008.

A compter de ce quatrième « Material Edition », on passe au format « light novel[1] ».

Ce que j’écris a peut-être l’air d’une excuse (Rires). Mon idée de ce travail c’est « transmettre l’image que j’ai en tête ». Comme ce sont des outils de transmission, j’ai l’impression que ça ne fait pas une grande différence que ce soit sous la forme d’images ou de mots.

Bien entendu, une image (un manga) transmet un message visuel avec plus de force et plus concrètement ; mais, quelques fois, une « scène difficile à dessiner » fait bel et bien son apparition… Et donc, en tant qu’auteur actif, mon but actuel est d’écrire un récit dont « les images apparaissent à la lecture ». Même si c’est assez difficile.

Ah, à propos de ce texte, je n’ai pas encore parlé de quoi que ce soit concernant le contenu… Hé, ça parle de Kirito-shi et Asuna-san, comme toujours.



Sword Art Online ME04 043.jpg


Aincrad, 50ème Étage, Septembre 2024


J'ai terminé ma journée de chasse et je suis rentré chez moi, à « Algade », au 50ème Étage ; mais mon corps était encore envahi par cette sensation extraordinairement désagréable.

Mes mouvements étaient devenus lents. Je ne pouvais pas me tenir droit. Mon corps tout entier me donnait l’impression que je transportais un accessoire que mon dos n’avait pas la force de porter. C’était vraiment lourd. J’ai ouvert la fenêtre principale du menu mais je n’ai rien trouvé d’écrit en rouge.

Alors que je quittais le parc en titubant pour rejoindre le chemin, mes pensées continuaient à défiler.

Si cette sensation pénible était un état négatif, une alerte devrait clignoter devant mes yeux. Et, vu que je suis dans les Limites de la Zone, les états négatifs tels que « poison » ou « paralysie » devraient être annulés.

Peut-être que j’ai été affecté par un état négatif d’un nouveau monstre inconnu. Même après mon entrée dans la Zone, il n’a pas disparu et, en plus, il n’a déclenché aucune alerte… Un genre de « Malédiction ».

A ce moment-là, un froid malsain grimpa de mes orteils jusqu’à mon corps, me faisant frissonner.

On était encore en septembre dans Aincrad, trop tôt pour l’hiver, mais il traversa mon manteau et pénétra profondément mes muscles et mes os comme un vent hivernal.

Je ne pouvais pas regagner ma chambre dans ces conditions. Me disant ça, j’ai augmenté l’allure et suis entré dans la première auberge que j’ai trouvée. J’ai rapidement loué une chambre vide au guichet et, après avoir pris la clé, j’ai roulé et rampé jusqu’à la porte la plus éloignée du guichet.

Tout en m’asseyant sur le lit simple de la chambre étroite, j’ai déséquipé tous mes équipements pour alléger mon corps, puis j’ai sorti toutes sortes d’antidotes contre toutes sortes d’états négatifs et je les ai tous essayés les uns après les autres. Ensuite, j’ai utilisé un cristal capable de faire disparaitre tous les états négatifs et j’ai attendu de redevenir normal.

… Cependant…

« … Ça… craint… vraiment… »

Le froid malsain ne partit pas et ma vue commença à se troubler.

Je n’y tenais plus, je me suis effondré sur le lit. Utilisant mon cerveau (dont la vitesse de fonctionnement était tombée à un niveau vraiment bas) pour réfléchir, j’ai désespérément cherché une contremesure. S’il s’agit de la « Malédiction », un PNJ de l’église devrait pouvoir l’annuler, non ? Cependant, y avait-il vraiment une église dans les rues désordonnées de (la Chaotique) Algade ?

Je filtrais les bâtiments sur la carte quand j’ai commencé à perdre connaissance. Je n’avais donc pas d’autre choix que de me décider à demander de l’aide à quelqu’un. En d’autres termes, j’avais abandonné l’idée de résoudre ça tout seul.

J’ai ouvert le répertoire de ma liste d’amis. Avec ma vue trouble, j’ai cherché le nom de Klein dans une liste qui était tout sauf longue, je l’ai sélectionné, j’ai appuyé sur le bouton pour envoyer les messages et j’ai immédiatement tapé sur le clavier virtuel.

[Je peux pas me débrouiller Je meurs Sauve-moi]

Après avoir saisi ce message (qui était hautement critique sans pour autant perdre sa saveur poétique), j’ai appuyé sur le bouton « envoyer », puis j'ai passé la chambre en mode « Amis Autorisés » et j’ai perdu connaissance.


Une chose d’une fraicheur réconfortante me caressait le front.

En remuant, j’ai découvert que j’étais recouvert d’une couette épaisse. Le froid malsain et glacial avait, quant à lui, fait place à une chaleur étouffante qui me faisait suer.

Au milieu de cette chaleur désagréable, le seul objet froid se trouvait posé sur mon front, contrôlé par une main qui bougeait constamment. A cet instant…

« Ah, tu es réveillé ? »

Une voix à la douceur rafraichissante se fit entendre à côté de mon oreiller. Les mots se sont répétés plusieurs fois dans mon cerveau et j’ai réalisé que ça n’avait absolument rien du rudimentaire « Hé, t’es réveillé. » de Klein.

Je me suis efforcé d’ouvrir mes paupières lourdes. La chose qui oscillait devant mes yeux c’était… La sous-chef des « Chevaliers du Sang », la plus puissante des rapiéristes, Asuna « L’Éclair », qui avait, en fait, un doux sourire.

« … !!?!? »

Ça m’a tellement surpris que j’ai voulu bondir mais Asuna a immédiatement utilisé sa main gauche pour me maintenir couché.

« Ça ne va pas le faire si tu ne restes pas couché. Même si ça ne te fera pas immédiatement aller mieux. »

Elle utilisa ses index pour appuyer sur mes joues.

Qu’est-ce qui se passe ? Comment c’est arrivé ? Je prends Klein pour Asuna à cause de ce mystérieux état négatif ? Si c’est le cas, il faut que j’appelle Agil ?

Tandis que mon cerveau travaillait, je fus frappé par ces rafales de questions idiotes avant de finalement comprendre la réalité.

Dans ma liste d’amis, le nom d’Asuna était juste au-dessus de celui de Klein. Dans mon état de semi-conscience et avec ma vision trouble, en voulant simplement appuyer sur son nom, j’avais sûrement appuyé sur le mauvais. En d’autres termes, j’avais envoyé à Asuna… l’idole d’Aincrad et l’héroïne des raideurs[2], des informations embarrassantes.

Qu’est-ce que je dois faire ? Que vaut-il mieux faire ?

Pendant que mon cerveau continuait à travailler dans ma tête, Asuna plongea la serviette humide dans une bassine à côté de moi. *Plop*, un son d’eau en mouvement se fit entendre.

La serviette fut rapidement sortie, essorée, puis réappliquée sur mon front. La réconfortante sensation froide dispersa légèrement la chaleur accumulée par mon corps.

« L’effet rafraichissant de l’eau ne dure pas mais c’est la seule option. C’est mieux que rien. »

Voyant la souriante Asuna, je ne pus qu’émettre… une seule phrase :

« Me… merci… m’aider sur ce coup. »

Là, mes joues prirent une teinte rosée et, sentant ce changement, j’ai rapidement tourné ma tête de côté. J'ai vu Asuna sourire à nouveau.

« Ce n’est rien. On doit s’entraider en cas de nécessité. Une personne seule se sentirait forcément mal, je le sais. »

A un moment pareil…

Ceci dit, Asuna a déjà dû être frappée par ce mystérieux état négatif.

« C’est quoi comme état négatif… ? Tous les antidotes et le cristal n’y font rien… ? ai-je demandé. »

Les yeux noisette d’Asuna ont cligné.

Puis elle a éclaté de rire.

« Ha, ha, ha… Dé… désolée… mais… Hi, hi… C’est la première fois que tu te retrouves comme ça ? »

« Bien… Bien entendu que c’est la première fois. Je n’ai jamais entendu parler de cet état négatif, ai-je répondu d’un ton blessé. »

Asuna s’est excusée encore quelques fois, tout en épongeant ma tête avec la serviette humide.

« Je dirais que cet état négatif n’est ni un « poison », ni une « paralysie »… C’est une maladie. Tu as attrapé un rhume. »

« Un rhu… rhume ? »

« Hum. Ce n’est pas ton avatar mais ton corps dans le monde réel qui a pris froid. En ce moment, on doit être en train de changer de saison là-bas. A cette époque de l’année, beaucoup de gens s’écroulent à cause de ça. »

« A… Aah… »

Je n’ai pas pu m’empêcher de soupirer.

Sword Art Online ME4first.jpg

C’était carrément hors de toutes mes prévisions. Cependant, c’était vraiment possible. Même si les cinq sens du corps étaient complètement bloqués, le Nerve Gear n’était pas capable d’isoler la fièvre et les autres sensations physiques désagréables. En d’autres termes, comme l’avait dit Asuna, mon vrai corps était responsable de cette sensation très désagréable.

« C’est pour ça que j’ai dit que tu seras plus à l’aise avec le front froid. »

Elle a dit cela et j’ai quitté Asuna (qui humidifiait à nouveau la serviette) des yeux pour vérifier l’heure. Il était 23h30.

Vu que j’avais roulé et rampé jusqu’à cette auberge aux alentours de 18h, Asuna avait continué à faire ça pendant 5 heures.

L’effet rafraichissant produit par l’utilisation d’un « équipement en tissu mouillable » ne durait, au mieux, que cinq minutes. Même si c’était très agréable, c’était un effort inutile, non ?

Soudain, un sentiment bizarre émergea dans ma poitrine, me laissant dans l’incapacité de savoir quoi faire. Dans mon état de semi-conscience, je n’avais aucune idée de ce que ce sentiment voulait dire.

Malgré tout, j’ai sorti ma main de la couette et attrapé la serviette sur mon front, indiquant à Asuna de la prendre.

« Qu… Qu’est-ce qu’il y a ? »

Ses mots s’embrouillèrent mais Asuna continua de sourire. Quant à moi, je n’arrivais pas à trouver quoi répondre. Je ne comprenais pas non plus ce que je faisais.

C’était clairement le cas, mais, d’une voix rêche, ma bouche émit d’elle-même quelques mots :

« Ça suffit avec la serviette. A la place… utilise simplement tes mains pour toucher mon front. »

… Ne profite pas de ma faiblesse !!

Je pensais qu’elle allait me lancer ça mais, contrairement à mes attentes…

« … Hum, répondit Asuna à voix basse. »

Elle serra ma main en guise de réponse et me caressa le front avec son autre main froide. Comme mon corps était épuisé, j’ai peu à peu sombré dans le sommeil. L’anxiété d’avoir attrapé la maladie fit place à un sentiment agréable de sécurité.

Alors que j’entrais dans un sommeil léger, à côté de mon oreille, je pus entendre une douce berceuse.

« Hé, tu… Kirito… kun. Tu peux me passer… ton rhume. Comme ça, tu guériras peut-être plus vite. »

Après ça, les yeux fermés, j’ai senti un contact doux sur mes joues.

J'ai voulu ouvrir les yeux pour vérifier… De toute évidence, je ne pouvais pas y arriver.


✝✝✝

« … Ooh… »

Asuna grogna puis ouvrit les yeux.

Ce qui apparut devant ses yeux ce n’était pas le plafond blanc de chez elle mais, au lieu de ça, le noir d’une vieille planche en bois. Le lit était dur et le drap fin. Elle avait beau se dire qu’elle devait trouver une meilleure chambre, elle n’était pas en état de quitter le lit.

Est-ce que c’est… un vrai rhume ?

Non, on ne peut pas être infecté par un virus dans le monde virtuel. Les joueurs étaient totalement séparés dans le monde réel, uniquement connectés par des fils. Cependant, la coïncidence était trop grande !

Le plus fort des joueurs solo, Kirito « L’Epéiste Noir », peut-être grâce à son excellente condition physique ainsi qu’aux soins nocturnes d’Asuna, était guéri. C’est bien. C’est déjà suffisant.

Même confrontée à cet échange, elle ne pensait pas à sa propre faiblesse physique. Asuna était assise à côté du lit de Kirito, fredonnant une berceuse jusqu’à s’endormir… D’après la lueur du soleil à travers la vitre, c’était maintenant le soir.

Elle déporta son regard… vers la chaise vide à côté du lit.

Elle se rappela soudain qu’elle avait constamment changé le tissu humide sur son front jusqu’à l’après-midi. Mais, voyant Asuna assoupie, Kirito était sûrement sorti pour faire sa chasse quotidienne.

« Bon… On n’y peut rien, murmura-t-elle. »

Contrairement à Asuna, qui était attachée à une guilde, Kirito « le Solo » n’avait aucun partenaire d’entrainement. Si jamais il ratait un jour de chasse, il lui faudrait faire beaucoup d’efforts pour se rattraper. Elle le comprenait mais…

Le fait qu’on ait compté sur elle, ce sentiment joyeux et chaleureux n'arrivait pas à freiner ses sentiments enfouis de froide solitude. De toute évidence, son corps était brûlant mais sa poitrine était envahie par une froideur glaciale. Ses larmes remontaient malgré elle.

« … Aaah… Ça ne va pas le faire… comme je le pensais. »

Fermant fortement ses yeux, elle enfouit sa tête sous le drap. A cet instant…

Soudain, au milieu de la chambre, un vortex bleu se mit à luire. On entendit un ronronnement et une porte elliptique de deux mètres de haut apparut.

« … Un cristal de couloir. »

Sa tête avait quitté l’oreiller pour dire ces mots quand une silhouette noire sauta hors de la porte.

Bien entendu, c’était Kirito « l’Épéiste Noir ». Et personne d’autre. Cependant…

« D… Dis… Tu ne peux pas entrer par la porte… »

A ce moment-là, Asuna se rendit enfin compte que Kirito avait amené quelque chose.

C’était un large seau en bois. Non, on devrait plutôt appeler ça une bassine.

La bassine était remplie de grains blancs luisants qui reflétaient la lumière du soleil de l’après-midi.

Après les avoir regardés pendant quelques secondes, elle réalisa enfin ce que c’était.

« C’est… C’est de la neige… ? Mais… Où tu l’as trouvée en cette saison ? »

Après sa question, Kirito posa précautionneusement la bassine sur la table, fit face à Asuna et baissa la tête.

« Je suis désolé, je suis revenu trop tard ! Je comptais rentrer plus tôt… Tout ça c’est à cause de ce dur à cuire de dragon… »

Les mots de Kirito rappelèrent à Asuna la grande montagne pleine de glace et de neige. C’était au sommet de l’une des collines situées sur l’un des bords du 58ème Étage. Cependant, en gravissant cette montagne on rencontrait de nombreux monstres le long de l'interminable route de montagne et, au bout de la route attendait le boss local, le Ice Dragon[3]. Pouvoir faire l’aller-retour en deux heures tenait du miracle.

« … Pourquoi tu as fait tout ça… »

Kirito ne répondit pas à la question d’Asuna. Il attrapa la serviette sur la table et la mit dans la bassine de glace. Quand il la sortit, la serviette était complètement gelée.

« Allonge-toi. »

A ces mots, la tête d’Asuna regagna l’oreiller et la serviette glaciale fut placée sur son front. La « Serviette Gelée » produisait une sensation rafraichissante bien plus grande que la « Serviette Humide ».

« Ah… Agréable… »

Sword Art Online ME4Second.jpg

Asuna sourit et dit ça et Kirito rigola pudiquement.

Son front était évidemment très froid, pourtant, en même temps, elle ressentait une douce chaleur. Asuna cligna des yeux puis sortit sa main pour attraper la main qui dépassait de la manche du vêtement noir.

La main avec laquelle Kirito avait ramassé la neige s’était refroidie mais elle la serra fermement pendant un temps et la température revint à la normale. Asuna s’y accrocha alors fermement.

« Dis… Cette fois, c’est moi qui vais te transmettre le rhume. »

Entendant ça, Kirito répondit avec un sourire acerbe :

« Ça serait sans fin. »

« Et alors ? Si tu t’écroules à nouveau, j’irai ramasser de la neige et de la glace et je préparerai de la glace pilée pour que tu en manges. »

« … Dans ces conditions, ça ne serait pas si mal de s’écrouler. »

Gardant un visage souriant, Asuna ferma les yeux et attendit que ce moment arrive.


Notes de traduction[edit]

  1. Jusque-là, les « Material Editions » étaient totalement illustrés.
  2. Raideur : dans les MMO ce sont les joueurs qui participent aux quêtes d’envergure. Dans SAO, ce sont les joueurs qui continuent à avancer dans le jeu en attaquant les boss.
  3. Ice Dragon : Dragon de Glace.


Retourner au Sommaire