Bienvenue à la N.H.K ! : Le Humbert Humbert du vingt-et-unième siècle - Partie Deux

From Baka-Tsuki
Jump to: navigation, search

Partie Deux[edit]

Je repensai à tout ça sérieusement le lendemain matin. Il se serait avéré que Yamazaki s'était pris un râteau par une fille. Du coup, il s'était soûlé comme un cochon par désespoir et avait décidé « Qu'elles aillent se faire voir ― j'ai toujours mes jeux érotiques ! » Du moins, cela pouvait expliquer le pourquoi du comment.

Toutefois, si ça avait été là toute l'histoire, il ne se serait pas donné la peine de partager sa honte avec moi. Il n'était pas obligé de déclarer qu'il était un gros lolicon[1]. Il avait argumenté sa confession avec une théorie tirée par les cheveux ; mais au bout du compte, c'était toujours un lolicon qui aimait les jeux érotiques. Il était dangereux. Ou, tout du moins, Yamazaki était plus dangereux que je ne l'aurais jamais imaginé.

Quand j'insérai le CD qu'il m'avait laissé la nuit dernière dans le lecteur de mon ordinateur, je fus horrifié par son contenu. Ça craignait vraiment ; c'était vraiment trop dangereux. Le CD-R de 700 Mo était rempli d'images JPEG. C'étaient des photos ― des portraits de filles qui semblaient en fin d'école primaire. Pire, elles étaient nues. En bref, c'était des photos de nu.

Délibérément, je fermai les rideaux de ma chambre. Les récentes lois sur la pédopornographie rendaient ce CD beaucoup trop dangereux. Même innocent, je pouvais très bien terminer en prison, tout ça à cause de Yamazaki. Mais qu'est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête ? Tu peux pas te contenter de quelques images dessinées, bon sang de bonsoir ! Je voulais l'engueuler, mais il était parti en cours.

Sur mon écran de quinze pouces, une fille nue souriait à pleines dents.

J'avais mal au cœur, et j'avais du mal à respirer. En tenant ma tête, je décidai en attendant d'explorer entièrement le CD. Au bout d'un moment, je tombai sur un fichier texte, que j'ouvris. C'était un message de Yamazaki.

« Alors, qu'est-ce que t'en penses, Satô ? Effrayant, j'imagine ? Souviens-toi, pour faire un jeu érotique de bonne qualité, il est nécessaire d'avoir des références issues du monde réel. Alors laisse ces images de la vraie vie envahir ton imagination. C'est l'album photo de Rika Nishimura. Elle est connue pour être le plus grand trésor du monde lolicon. Comme ce sont des images softs, t'as pas à t'en faire. Allez, on va faire un super jeu en utilisant le sourire de Rika ! »

Cet enfoiré ! J'en tremblais de rage. Pour commencer, quand est-ce que j'ai donné mon accord pour faire un jeu érotique pour pédophiles ? Oh, allez quoi, m'impose pas tes goûts douteux.

Hum... Ça m'était venu à l'esprit en y repensant bien ― peut-être qu'il était en train d'essayer de me convertir ?!

C'était peut-être différent à l'époque de Genji Hikari ; mais, de nos jours, la société considère les lolicons comme des détraqués qui doivent être éliminés. De ce fait, cela doit être extrêmement difficile de trouver d'autres personnes partageant le même centre d'intérêt. Et ce devait être la raison pour laquelle Yamazaki avait l'intention de faire de moi, son partenaire de création de jeux érotiques, un de ses complices lolicons.

Non, mes soupçons n'étaient rien de plus, pour faire simple, que de simples suppositions, et il était peut-être simplement en train d'essayer de faire un jeu érotique de bonne facture. Après tout, dans le milieu érotico-vidéo-ludique actuel, les jeux avec des petites filles comme héroïnes étaient monnaie courante. En fait, on pouvait même dire que ces personnages de type nymphette était le symbole même de cette forme de média malsain.

Maintenant que j'y pensais, il existait une autre appellation pour un jeu érotique, celle de « jeu bishôjo ». Pas un jeu de « belles femmes », mais un jeu de « belles filles ». Je pensais que le cœur du problème résidait autour de ce point précis.

Que va-t-il advenir du Japon, où ces jeux bishôjo représentaient une part de marché importante ? Faire semblant de réfléchir à ce noble problème social estompa de force mes inquiétudes. Puis, timidement, j'ouvris la collection de photo de Rika Nishimura sur mon PC.

Quelques secondes passèrent.

Je frémis... Rika Nishimura était en fait vraiment mignonne.

― N-Non, non ! Je me suis juste égaré l'espace d'un instant ! Dans mon sombre studio de trente mètres carrés, mon cri résonna dans le vide. Et Rika me faisait son sourire innocent, montrant ses côtes saillantes, et son corps infiniment souple.

J'avalai ma salive et cliquai sur la souris avec mes doigts tremblant. L'image suivante s'afficha sur l'écran. Oh, Rika...

C'est mal ! Je levai la tête et, avec toute la force de mon corps, la cognai contre le mur, ce qui produisit un énorme bruit sourd. Des larmes coulèrent de mes yeux. Ça faisait mal. Et pourtant, Rika continuait de sourire... Oh, Rika.

Non, non !

J'ouvris précipitamment Internet Explorer. Bon ! Le problème était simplement dû au fait que Rika elle-même était trop mignonne ; ça ne voulait pas dire que j'étais un pédophile ou quoi. Il se trouve que j'ai été ému par sa beauté, c'est tout, mais je suis toujours quelqu'un de normal. Pour le prouver, il me fallait trouver d'autres images de lolitas sur Internet. Il était au moins évident que d'autres filles que Rika ne m'exciteraient pas.

Cependant, du fait des nouvelles lois contre la pédopornographie, il était devenu bien plus difficile de trouver ce genre d'images sur Internet que je ne m'y attendais. Je tentais d'écumer la surface du net, mais tout ce que je trouvais était des sites frauduleux qui utilisaient des numéros de téléphone à l'étranger.

Mais il faudrait être fou pour douter de mes compétences de recherche sur Internet. J'étais un vétéran, avec quatre ans d'intense surf sur la toile. Pour trouver des données intéressantes, le meilleur moyen était de faire le tour des forums. Telle était la loi du monde virtuel. Je décidai de commencer par une recherche dans un moteur de recherche pour scanner toutes les images pornos des forums.

Quoi ? Plusieurs milliers de pages de résultats... Même après avoir affiné ma recherche, je me retrouvai toujours avec une centaine de résultats. C'était tout simplement beaucoup trop.

Pour le moment, je tentai d'ouvrir le premier lien. Instantanément, et à une vitesse terrifiante, un nombre incalculable de pop-ups s'ouvrirent sans crier gare.

― Bordel ! Un piège ! jurai-je.

C'était une de ces attaques d'ouverture de multiples pop-ups écrites en JavaScript, qu'on trouve souvent sur les sites payants. Malgré tout, je ne bronchai pas. Ok, j'ai compris ! C'est une tâche beaucoup trop difficile pour Internet Explorer.

Dans un cas comme celui-ci, il fallait passer à un navigateur à onglets. Les navigateurs à onglets : ces excellents navigateurs permettaient de voir de multiples pages en même temps, dans une seule et unique fenêtre. Je téléchargeai Donut, le navigateur très largement reconnu pour être le plus stable parmi les navigateurs à onglets, et l'ouvris immédiatement. Oh ! Ça rend la navigation si simple ! Parti comme c'était, j'allais trouver ce que je voulais en moins de deux.

J'ouvris autant de pages simultanées que mon PC pouvait le permettre et farfouillai chacune d'entre elles. Des images de lolitas, des images de lolitas... Dans de nouveaux onglets, j'ouvris tous les liens postés sur les forums, puis cliquai sur d'autres liens se trouvant sur les pages d'accueil, les vérifiant une à une de haut en bas. J'étais à la recherche d'un forum pornographique plus underground.

Te laisse pas avoir par les sites payants ! Fais gaffe aux fichiers .exe ! Supprime toutes les pubs à la con avec un logiciel anti-pop-up !

Les aiguilles de ma montre avançaient ; dehors, il faisait déjà nuit. La lumière bleutée de mon écran était la seule chose qui éclairait mon studio de trente mètres carrés. Les précieuses secondes qu'il me fallait pour aller allumer les lampes seraient du pur gaspillage de temps. Ma superbe et divine vitesse de frappe balaye l'Internet tout entier avec une intuition diabolique ! Gare à mes clics à la vitesse de la lumière !

Je suis une bête sauvage !

Je suis un loup !

Notes

  1. Contraction de Lolita Complex, terme utilisé dans le roman Lolita. Désigne des personnes attirées sexuellement par des jeunes adolescentes, voire des fillettes.


Le Humbert Humbert du vingt-et-unième siècle - Partie Un Page Principale Le Humbert Humbert du vingt-et-unième siècle : Partie Trois