Seirei Tsukai no Blade Dance:Tome 1 Chapitre 1

From Baka-Tsuki
Jump to: navigation, search

Chapitre 1 : Tu seras mon Esprit-Familier[edit]

- Ploc -

Dans une forêt silencieuse où le soleil perçait à travers le feuillage des arbres, résonnait le son de l'eau.

Kamito se tenait immobile, la bouche béante sous la surprise.

Il y avait là une fille. Là, juste devant ses yeux se tenait une jeune fille nue.

Jolie en plus, pensait-il.

Elle avait de grands yeux rubis, l'humidité faisait briller ses lèvres couleur cerise .

Sa peau blanche était éclatante et semblait aussi douce que la soie.

Ses jambes magnifiquement élancées disparaissaient sous la surface de l'eau.

Ce qui captivait son regard par dessus tout était sa chevelure rouge flamboyant qui enserrait son splendide corps de porcelaine.

Cependant elle était nue.

Absolument nue.

« ... »

Kamito sentit un filet de sueur froide lui parcourir l'échine.

Mauvais. C'est définitivement mauvais.

« ... »

La part raisonnable de son esprit lui enjoignait de fuir.

Mais son corps refusait de bouger. Il était comme subjugué. La scène était par trop irréelle.

La fille...

Elle regardait l'intrus qui était apparu soudainement, en clignant ses sublimes yeux. Elle était figée.

Semblant inconsciente de la situation, elle n'avait même pas commencé à couvrir sa poitrine naissante.

- Ploc -

Une goutte d'eau tomba de la frange de la jeune fille.

A ce bruit, la réalité rattrapa enfin Kamito.

« Euh... Que... » Il bafouillait ses mots.

Il décrocha son regard de la fille dénudée toujours immobile.

« Comment dire... C'est un terrible accident, hein ? C'est un accident absolument regrettable pour nous deux... »

À cet instant, le garçon commit deux erreurs irrémédiables.

La première fut d'avoir commencé par ânonner des excuses. La meilleure solution pour lui aurait été de profiter de la surprise de la jeune fille pour s'enfuir immédiatement.

Sa deuxième fut...

« Bien que ce soit un accident, je t'ai quand même vue ainsi. Je te présente mes excuses. »

Jusque-là, il s'en tirait bien mais il continuait...

« Mais ne t'inquiète pas. Bien que je sois un garçon parfaitement normal, je n'ai absolument pas ce genre d'intérêt. »

Regardant sa poitrine immature, il ajouta...

« Je n'ai aucune attirance pour les enfants, même nus. »

Il avait mis le pied sur une mine gigantesque.

Un silence mortuaire s'abattit.

La jeune fille leva lentement un bras, autour duquel une mèche rouge courait sur toute la longueur.

Ses épaules tremblaient légèrement.

Ce n'était pas de froid, bien que Kamito n'en soit pas conscient.

« Seize... »

La fille marmonnait quelque chose entre ses lèvres délicates, Il haussa les sourcils.

« J... Je... J'AI SEIZE ANS !!! »

A l'instant où elle hurla, ses cheveux se dressèrent sur sa tête.

« Hein ?! » Sous la surprise Kamito écarquilla les yeux.

« Seize ans ?! Vraiment ? Seize ans et une poitrine aussi misérable... »

Il se couvrit rapidement la bouche mais il était déjà trop tard.

« Impardonnable, » dit elle voix froide et grave, « A -Absolument impardonnable...T...T...Toi, espèce de sale voyeur, de pervers dévoyé, d'animal lubrique ! »

« Tu es plutôt érudite pour connaître des mots comme dévoyé ou lubrique, » répondit Kamito en plissant les yeux.

C'est alors qu'il remarqua que les arbres bruissaient, comme parcourus par un murmure grave.

Est ce le vent ? Pensa-t-il. Non, c'est...

Ô Gardien du Brasier Incarnat, Ô Protecteur du Foyer Immortel !

Est venu le Temps d'Obéir au Pacte de Sang ; Viens et Accomplis ma Volonté !

Des lèvres de la jeune fille avait surgi une incantation dans la langue des esprits.

A cet instant, dans le vacarme de l'air remplissant du vide, un fouet de flammes se matérialisa dans ses mains.

Une théurge ! Kamito réalisa qu'il la fixait du regard.

Hors de ce monde il y avait une dimension appelée « Zéro Astral » où existaient différents esprits auxquels pouvaient se lier par un pacte les théurges. Elles étaient les vestales, nobles jeunes filles à la pureté immaculée, qui pouvaient puiser librement dans le pouvoir de ces entités.

Il semblait donc que la jeune fille devant Kamito ait conclu un pacte avec un Esprit-Feu.

Qu'elle fût une théurge n'était pas une surprise en soi. La région était un centre d'excellence où l'on rassemblait parmi les plus prometteuses de l'Empire.

Néanmoins qu'elle puisse utiliser une "Elemental Waffe" était plus surprenant pensait Kamito.

Les esprits pouvaient, d'une manière générale, se manifester ou être invoquer de deux façons.

La première invoquait juste le pouvoir de l'Esprit qui apparaissait alors comme une forme indéterminée, sans masse, de pure énergie théurgique. Il servait alors de réserve pour l'évocation de Sorts.

Le second type d'invocation s'attachait à amener dans ce monde une part même de l'essence de l'Esprit. Cela demandait une quantité énorme d’énergie et il était très difficile d'en garder le contrôle. Celles capables de réaliser de tels appels comptaient parmi l'élite des théurges.

Plus encore, la fille devant lui n'avait pas juste appelé un esprit mais utilisait le pouvoir de celui-ci sous la forme hautement spécialisée d'"Elemental Waffe".

Ce qui signifie... Que je risque vraiment ma peau ?! Cette pensée le sonna.

Là où le fouet de flamme touchait la surface de l'eau un jet de vapeur blanche s'élevait.

« Tu... Tu ne manques pas de courage. » Bégaya-t-elle d'une voix tremblante.

Son visage était cramoisi. Était ce la colère ou l'embarras face à cette situation ?

« Vraiment, tu as du cran de venir guigner tandis que Moi, Claire Rouge, suis en train de me baigner, » souffla-t-elle.

« At... Attends, il y a méprise ! Laisse moi tout t'expliquer d'abord ! » Kamito secouait la tête, paniqué.

« Je n'écouterai pas tes excuses. Je vais te réduire en cendres, pervers ! » Cria-t-elle.

Le fouet de flamme s'embrasa rageusement dans sa main et avança comme s'il léchait la surface du bassin.

« Oh non... » Kamito se jeta dans un épais buisson juste à côté.

Presque au même moment, la langue enflammée se frayait un chemin par dessus sa tête.

La trace rougeâtre qui courait le long des arbres abattus était comme la chute persistante d'une mauvaise blague. Les troncs étaient coupés net sans la moindre trace d'avoir été touchés par le feu. L'attaque avait été si rapide que les flammes n'avaient pas eu le temps de se propager.

Des mèches voletaient devant son visage alors qu'une sueur froide commençait à perler sur son front.

Hé, c'est quoi cette blague ? Je ne vais pas mourir comme ça, non ? Pensait nerveusement Kamito.

- SLASH -

- CRAAAAC -

C'était une danse sans fin de flashs rouges qui tranchaient dans la forêt, tour à tour horizontalement puis verticalement. En un clin d’œil, les buissons aux alentours avaient disparus, hachés. Sa couverture volatilisée, Kamito dégageait au plus vite.

« N'esquive pas, pervers, je n'arrive pas à te toucher ! » Cria la fille.

« Ne dis pas n'importe quoi, et je ne suis pas un pervers! » Rétorqua le garçon.

Il hurla. Le fouet s'abattit à ses pied comme un éclair frappant violemment le sol, et en rebondissant, l'arme se détendit vers le bois, abattant à nouveau des arbres.

Dans son malheur, il avait la chance que la fille, Claire, visait plutôt mal.

Cela tenait à une raison. Couvrant sa poitrine d'une main, pour cacher le plus important elle s'était accroupie dans le bassin. Considérant son habilité à maîtriser son arme dans cette position, elle devait être très douée dans son maniement en temps normal.

« Quelle prétention pour un pervers. Obéis gentiment et laisse toi réduire en cendres ! » Lui lança-t-elle.

« Puisque je te dis que je ne suis pas un pervers ! Mais, soit dit en passant... » Kamito s'était arrêté et retourné vers elle. Il avait remarqué quelque chose depuis quelques temps . «... Tu devrais te couvrir mieux que ça. Je peux les voir entre tes doigts »

« ... Ha ? » Instantanément, le visage de Claire s'était figé . Et « Aaaaaah ! »

Piquant un far et criant d'une voix étrangement mignonne, elle cacha sa poitrine avec ses deux mains.

« Idiote ! » S'écria malgré lui Kamito.

Elle avait lâché le fouet enflammé et en avait perdu le contrôle. Il tranchait les grands arbres derrière elle. Ils s'effondraient dans sa direction mais elle ne les remarquait pas. Tout en enserrant sa poitrine dans ses bras, la gêne lui faisait fermer les yeux.

« Et merde ! » S'exclama Kamito en s'élançant.

Courant de toutes ses forces vers la mare, il bondit vers Claire et la saisit aux épaules.

« Que... ? » Ses pupilles rouges étaient grandes écarquillées.

Il ignora sa réaction et la repoussa vigoureusement dans l'eau.

A l'instant où la main de Claire en toucha la surface, un jet de vapeur s'éleva et le fouet de flamme disparut.

- Splash – Splash – Splash -

Juste après, les arbres proches s'écrasaient dans un vacarme assourdissant, créant d'immenses colonnes d'eau qui s'effondraient sur elles-même telle une averse crevant la surface du bassin maintenant réchauffé par le feu de la théurge.

Quelques secondes plus tard...

« Aanh... » Avec un gémissement séducteur, elle ouvrait lentement les yeux.

Encore sous le choc, elle battait des paupières, surprise.

Kamito était penché au dessus d'elle, leurs regards prisonniers l'un de l'autre.

Leurs visages étaient si proches que si quelqu'un le poussait légèrement dans le dos, leurs lèvres se toucheraient sûrement.

Sa chevelure flamboyante était plaquée sur sa nuque. Ses lèvres humides était d'un rouge cerise éclatant.

Son visage de poupée, délicat, se tenait devant lui. Pendant un bref moment il sembla complètement fasciné. Il secoua rapidement la tête .

« ... Tu vas bien ? Tu n'es pas blessée ? » Lui demanda-t-il.

Claire opina. Elle ne semblait pas avoir complètement pris la mesure de la situation.

Il poussa un ouf de soulagement et tenta de se relever.

- Squish -

Sa main avait rencontrée quelque chose de doux et mou sous l'eau.

Qu'est ce que... De la vase ? Pensa-t-il.

- Squish - Squish -

« Ha... aanh » un filet de voix sortait doucement de la bouche de Claire. Elle se tortillait sous l'eau.

« Euh... C'est ? » À ce moment là, Kamito était parvenu à une certaine conclusion. Une conclusion résolument... absolument effrayante.

Minute. restons calme. Ça ne peut pas être... ça ?

Impossible. Ce ne pouvait être ça. Il essayait de nier une telle possibilité.

Quand je la regardais tout à l'heure, ils n'étaient pas si...

« Qu... Qu... Qu'est ce que tu fais ! » Les lèvres tremblantes, incontrôlables, et les larmes aux yeux Claire rougissait.

Ce n'était visiblement pas de la vase qu'il avait touché.

- Gu ! - Splash -

Saisi par un violent coup de genou au ventre, Kamito s'effondra dans le bassin.

Dans une une brume de chaleur naissante, Claire se relevait lentement. Le fouet enflammé, manifestation de son Esprit-Feu, était réapparu dans sa main.

Autour d'elle, des bulle agitaient l'eau qui s'était mise à bouillir instantanément.

« Non... Non, il y a méprise ! Si tu fais ça, je vais vraiment mourir... » Supplia Kamito.

« La... La ferme, pervers. Tu vas mourir ici et maintenant ! »

Avec un son strident, presque assourdissant, il fut projeté vers les cieux.


۞۞۞۞۞۞۞۞


Un peu plus tard...

Kamito reprenait lentement connaissance, la forêt se dévoilant sous ses yeux.

Il essaya de se lever lorsqu'il réalisa soudainement qu'il avait quelque chose d'enroulé autour du cou.

Il s'agissait d'un fouet de cuir tel ceux qu'on utilisait dans les salles de torture. Qu'est que ? Pensa-t-il en tentant de s'en débarrasser.

« Tu te réveilles enfin, pervers ! »

« Arrgh ?! Libère moi... » Toussa-t-il. Il leva alors les yeux et vit...

... La jeune fille à la chevelure rouge feu, Claire Rouge, se dressait au dessus de lui les mains posées sur les hanches. Elle le dominait du regard, un sourcil relevé.

Heureusement, elle était désormais habillée. Elle avait revêtu un adorable uniforme scolaire au motif de rayures noires sur un champ blanc pur. C'était là la tenue officielle des élèves de l’École de théurgie Areishia.

Un ruban fermait le col de sa chemise. Un talisman était cousu là où aurait dû se trouver un bouton. Entre ses bas remontant jusqu'aux genoux et sa jupe plissée, ses jambes élancées étaient sublimement mises en valeur. De minuscules rubans séparaient sa chevelure de feu en deux couettes. La légendaire coiffe appelée « Twin-tails ». Ses cheveux encore mouillés indiquaient à Kamito qu'il n'était pas resté inconscient très longtemps.

Tout en maintenant le cou du garçon étroitement serré, elle bomba sa poitrine menue.

« Sois reconnaissant, je me suis retenue de te massacrer ! » souffla Claire visiblement toujours en colère.

« Menteuse. Tu as clairement essayer de me tuer » répondit Kamito.

« Qu'est ce que tu racontes ? Si j'avais été sérieuse, tu serais en cendres à l'heure qu'il est ! » affirma-t-elle platement.

Elle vient de dire quelque chose d'effrayant, mine de rien. Pensa-t-il nerveusement.

« Je m'en remet à ta mansuétude, aies pitié. Je t'ai quand même secourue ! » Supplia Kamito.

« Hmm, d'accord, étant une femme juste et de noble famille, je t'accorde le mérite de m'avoir aidée. Ça ne change rien au fait que tu es fait d'un autre matériau que le pervers moyen, tu es un pervers de haut niveau ! » Dit-elle brusquement.

« En fin de compte, je reste un pervers, » soupira Kamito dépité, « Euh, pervers de haut de niveau, ce n'est pas pire que pervers moyen ? »

« Je suis sure que tu as fait semblant de m'aider ! Et tu m'as touché la poitrine ! »

Se remémorant l’événement, le visage de Claire devint pivoine.

Cette réaction fit naître une idée chez le garçon.

Cette fille serait ce genre de personne ?

« Il semblerait que ma dame soit une perverse du genre à aimer fouetter les hommes. » Kamito la taquina innocemment.

« Que ? C'est faux ! Je ne suis pas une perverse ! » La réponse avait été immédiate comme il s'y attendait. Claire secouait la tête et était rouge jusqu'aux oreilles.

Il continuait sournoisement « Alors peut-être que tu apprécies d'être flagellée ? »

« Qu... Qu'est... ce... que... tu... racontes ? » Ses yeux roulaient dans leurs orbites et de la fumée s'élevait de sa tête. Sans surprise, elle complètement étourdie.

Oh, comme je le pensais, elle est réellement innocente, souriait-il un peu narquois.

Claire n'était sans doute pas la seule innocente à ce point. Après tout l’École de théurgie Areishia était un lieu où étaient rassemblées les vestales. Seules des jeunes filles pures étaient capables d'échanger des émotions avec les Esprits du Zéro Astral. Celles qui possédaient assez d’énergie théurgique pour se lier et commander à un Esprit-Familier appartenaient à des lignées de Rois, de seigneurs ou de familles nobles anciennes dont l'affinité spirituelle avait été renforcée de génération en génération au travers de mariages choisis.

Pour conserver cette pureté de corps et d'esprit, ces jeunes filles étaient élevées dans un environnement dénué de présence masculine depuis l'enfance. L'éducation d'élite pour les théurges n'avait pas de place pour les hommes. En conclusion, toutes les élèves de l'école étaient des princesses super-innocentes qui ignoraient tout des hommes.

Ayant découvert chez Claire une faiblesse à peine cachée, Kamito pensa lui jouer un tour.

À genoux, il leva les yeux vers elle, toujours rouge de gêne.

Taquin, il bégaya « Il... il y a quelque chose que je voulais te dire depuis que je suis réveillé. »

« Qu... Qu'est ce c'est ? Espèce de pervers. » Lui répondit elle prudemment.

« D'ici, je peux voir ta culotte. »

« Aah ! » Des larmes montaient à ses yeux rouges. Prestement elle tint à deux mains le bas de sa jupe.

« Tu... Tu l'as vue ? » Renifla-t-elle.

« À peine, mais je suis surpris, c'est très audacieux de porter une culotte de la même couleur que tes cheveux. » Bluffa-t-il.

« Toi... Menteur ! Elle n'est pas rouge ! BLANCHE, elle est blanche ! » Cria Claire.

« Ah, elle est donc blanche. » Opina-t-il pensif.

« Héé ! » Réalisant qu'elle avait été bernée, elle se mordit la lèvre inférieure.

« U-Uuuuh~ » Claire commençait à pleurer.

Surpris par sa réaction, Kamito paniquait. Il comptait la taquiner davantage avec une sortie comme « De nous deux, c'est toi la perverse. Une petite demoiselle très vicieuse aimant à dévoiler la couleur de sa culotte » mais il commençait à se sentir coupable.

Saisissant sa chance, alors qu'elle sanglotait toujours, il ôta le fouet de son cou.

« Pardonne moi. J'ai trop poussé la plaisanterie. Désolé. » Il se leva et posa sa main sur la tête de la jeune fille. Elle cessa de pleurer et avait l'air un peu perdu. « Je suis désolé de t'avoir vue nue alors que tu te baignais et de t'avoir toucher la poitrine. Mais c'était involontaire. Crois moi, vraiment. »

« Que... Que... » percevant la sincérité de ses propos elle détournait le regard.

« ... Si tu n'es pas un pervers, pourquoi es-tu là ? »

Ce n'était pas la question la plus facile à répondre. Cette forêt appartenait au domaine de l’École Areishia, elle était aussi appelée Forêt des Esprits. Il n'y avait aucune raison pour qu'un homme y rôde . Et même s'il n'était pas un pervers, il était indéniable qu'il n'aurait pas dû se trouver ici.

« Greyworth m'a appelé. » Lui dit il.

« Greyworth... la directrice ? » Le questionna-t-elle avec suspicion. En effet, pourquoi aurait-elle fait venir un homme à l’École ?

« Je ne mens pas. Tiens, en voilà la preuve. » Il prit une lettre dans son manteau. Elle était signée de la main de la très renommée directrice. De plus elle portait aussi le sceau symbolisant les cinq grands Seigneurs Élémentaux.

« C'est... c'est le Premier-Emblème ?! » Cria Claire, surprise. Le Premier-Emblème était obtenu en liant des Esprits selon une technique particulière. On le disait infalsifiable et était tenu en très haute estime parmi les sceaux délivrés par l'Empire. Bien que ce soit quelque chose qu'un théurge vit rarement, elle pouvait en percevoir l'authenticité.

« Il a l'air vrai. Mais pourquoi la directrice ferait venir un homme à l'école ? » demanda-t-elle.

« Pour avoir la réponse à cette question, il faudra que tu demandes directement à cette vieille peau de Greyworth. Être convoqué ainsi m’ennuie moi aussi » soupira-t-il.

« Cette... Cette vielle peau ?! » le visage de Claire se figea.

La Sorcière du Crépuscule, Greyworth, était une personne très respectée par les vestales aspirant à devenir Chevaliers-théurges. Il se disait qu'elle était aussi populaire dans l'Empire que Ren Ashbell, la plus forte des Danseuses. Même après s'être retirée dix ans auparavant des Chevaliers Généraux, la crème de l'élite des Chevaliers-théurges connue sous le diminutif de « Nombres ». Son statut légendaire de sorcière était aussi de ceux que l'on craignait ou respectait au plus haut point.

Bien que pour moi, ce ne soit rien d'autre qu'un cauchemar vivant, pensa Kamito en plongeant la lettre dans sa poche.

« Greyworth est une vieille connaissance. Je suis arrivé jusqu'ici mais le domaine de l'école est vaste et je me suis perdu. »

Le territoire de l’École Areishia était extrêmement étendu car, en plus de la ville au pied de la colline, il comprenait toute la forêt des esprit qui l'encerclait.

« Se pourrait-il que tu aies été égaré par les esprits de la forêt ? C'est tellement pitoyable. » Ricana Claire.

« ... C'est bien ça. » Confirma-t-il penaud.

Les forêts des esprits qui existaient en différents endroits du continent étaient reliées au Zéro Astral par des Portails. Elles étaient habitées par les esprits qui s'étaient aventurés de ce monde. Si la plupart ne ressentaient aucun intérêt pour l'humanité et étaient donc inoffensifs, certains s'amusaient à jouer des tours aux voyageurs arpentant ces territoires. Kamito avait été trompé par leurs murmures et s'était enfoncé toujours plus loin, perdant ainsi son chemin.

« Bref, je suis bien content d'avoir croisé quelqu'un. Ça n'aurait pas été drôle de finir victime de la forêt. Quel est le chemin pour arriver à l’école ? »

« Quel chemin... ? Je dirais qu'il te faudra bien marcher deux heures à partir d'ici, » lui répondit sentencieusement Claire.

« Quoi ? Tant que ça ! » Geignit il.

S'il devait marcher une telle distance seul, il allait à coup sûr se faire à nouveau avoir par les esprits. Puisqu'il y avait une étudiante ici, il pensait l'école plus proche.

Hmm ? Pourquoi prenait elle un bain dans ce genre d'endroit ? S'interrogea-t-il

Il faisait certes un peu chaud aujourd'hui, mais l'école devait avoir des douches. Comme il n'y avait que des filles là-bas ce ne devait pas être trop gênant.

Il posa la question à Claire. Elle planta ses doigts dans ses cheveux mouillés et essaya de les coiffer.

« J'étais ici pour un rituel de purification avant de conclure un pacte avec un esprit. La proximité avec un sanctuaire donne à cette source les meilleures vertus purificatrices. Tu sais que les Esprits préfèrent les femmes pures de corps comme d'esprit. »

« Un pacte avec un esprit ? » Réfléchit Kamito.

Au moment où il avait entendu ces mots, une douleur lancinante lui avait traversée le dos de sa main gauche qu'il gardait dans un gant de cuir. Il grimaça sous la douleur aiguë.

« Un peu plus loin dans la forêt, il y a une ancienne épée sacrée dans un sanctuaire. La rumeur dit qu'il y a un puissant Esprit Scellé enfermé à l'intérieur. Depuis la fondation de l’École, nulle vestale n'est parvenue à conclure un pacte avec. Cela sonne assurément comme un esprit très fier et noble. »

Les Esprits Scellés n'étaient pas des esprits normaux vivant dans le Zéro Astral et appelés dans ce monde. Parmi les esprits, certains avaient été enfermés dans des armes ou des armures. La plupart d'entre eux avaient abattu de terribles catastrophes sur l'humanité et étaient redoutés sous les noms d'Ifreet ou de Djinn.

En des temps anciens, de puissants théurges les avaient emprisonnés dans des objets afin qu'ils ne puissent plus être invoqués et ni provoquer de dégâts au monde autour d'eux. Ces esprits n'étaient donc pas censés pouvoir être utilisés par les théurges contemporaines.

« Ne me dis pas que tu as l'intention de conclure un pacte avec un Esprit Scellé ? » Lui dit Kamito, sonné.

« C'est le cas ! Ça te pose un problème ! » Rétorqua Claire.

« Arrête ça, c'est trop dangereux ! »

« Hum, tu as l'air d'en savoir un peu sur les Esprits Scellés bien que n'étant pas Théurges. Je suis bien consciente des dangers, mais j'ai absolument besoin d'un esprit puissant, » marmonna-t-elle en serrant fermement les lèvres.

Voyant sa détermination dans sa posture, il retint le sermon qu'il avait sur la langue.

Il tentait de l'amadouer, « N'as tu pas déjà un pacte avec cet Esprit-Feu ? C'est aussi un esprit puissant, non ? Ne pourrais tu pas plutôt l'aider à se développer ? »

Un Esprit-Feu n'était pas très rare en soi, mais une poignée seulement de théurges dans l'Empire était capable d'en contrôler un et de l'utiliser sous la forme d'"Elemental Waffe" . D'un autre côté, ceux qui avaient conclu un pacte avec plusieurs esprits étaient une extrême minorité. La mésentente entre les Esprits-Familiers détériorait l'équilibre théurgique. Et en l'absence d'un talent suffisant, on ne pouvait espérer les contrôler.

« Scarlet est un partenaire très important. Mais – J'ai besoin de plus de pouvoir – J'ai un but et pour l'atteindre il me faut un esprit plus puissant. » Dit-elle en secouant calmement la tête.

۞۞۞۞۞۞۞۞

Les couettes rouges de Claire se balançaient d'avant en arrière contre son dos alors qu'elle guidait Kamito de plus en plus profondément dans la forêt. Bien que ses chaussures de cuirs ne fussent pas faites pour la randonnée, elle était une théurge bien entraînée et ses pas étaient vifs et légers.

« On y est » murmura-t-elle.

Elle s'arrêta. Les mains sur les hanches, elle se retourna vers Kamito et le foudroya du regard.

« Pourquoi me suis tu, pervers ? »

« Sans toi pour me guider, je vais à nouveau me perdre. Et comme je te l'ai déjà dit plusieurs fois, je ne suis pas un pervers. Mon nom est Kamito, Kazehaya Kamito. »

« Pfou, quel nom bizarre. Es-tu de Kinua ? » Répondit elle.

Kinua était un empire à l'est du continent. On disait que la langue, la culture et même les relations entre les esprits et les gens y étaient très différente d'Ordeshia.

« Non. Je suis né dans un village minuscule sur une île lointaine. »

Il avait volontairement brouillé son propos. S'il était bien né dans un pays insulaire dans l'est, il avait passé la plupart de son enfance ailleurs.

« Ton nom a aussi une sonorité unique, Claire Rouge. » Souligna-t-il.

« Ne prononce pas mon nom de façon aussi familièrement, » dit elle sèchement « certes mon nom est bizarre. »

« Vraiment ? Je trouve que c'est un joli nom. »

« Que...Qu'est ce que tu racontes, i-idiot ! »

Claire rougit, se retournant brusquement elle reprit vivement sa marche dans la direction qu'elle avait indiqué plus tôt.

Clair Rouge – Assurément un pseudonyme.

La plupart des étudiantes de l’école Areishia étaient des jeunes filles de la noblesse qui avaient été entraînées depuis l'enfance. Bien qu'il connaisse la plupart des noms de ces familles, il n'avait jamais entendu parler d'une famille Rouge. Claire dissimilait son identité réelle. Elle devait avoir ses raisons et Kamito n'avait pas l'intention de chercher plus en avant.

Tout le monde a des secrets à cacher, pensa-t-il en regardant sa main gauche dans son gant de cuir. J'ai les miens de même.

Claire continuait à s'enfoncer dans la forêt. Kamito suivait ses couettes qui se balançaient telles des flammes de torches. La perdre de vue maintenant signifiait des ennuis à venir car il avait bien conscience des dangers à passer la nuits en ces lieux.

« C'est l'uniforme de l'école ? » demanda-t-il.

« Oui. » opina-t-elle sèchement sans s'arrêter.

Il s'agissait d'un vêtement assez résistant qui, par ailleurs, avait été béni par les esprits afin d'en renforcer les caractéristiques élémentales. Il convenait parfaitement pour servir de robe de cérémonie dans le cadre des rituels de pacte ou d'invocation.

« De quoi ? Tu trouves qu'il ne me va pas ? »

Haussant les épaules, il répondit « Pas du tout, il te va à merveille. Je suis sous le charme. »

La belle plume fait le bel oiseau ; il comptait se moquer d'elle avec quelques mots caustiques comme ceux-là, mais la tenue lui allait si bien qu'il n'avait pu s'empêcher de la complimenter.

« Qu...Qu... Qu'est ce que tu racontes ?! Arrête de faire l'idiot ! »

- Pfffiouu – Claire était cramoisie, tout en agitant – fuu fuu – son fouet dans tous les sens.

« Ouaahh ! Du calme ! » La supplia Kamito.

« C'est que tu en dis des choses bizarres ! »

« Bizarres ? J'ai juste dit la vérité. C'est bon, j'ai compris, alors arrête de sortir ton fouet à la moindre occasion. »

Pff, si seulement je n'avais pas tant besoin d'elle... Quelle demoiselle ennuyeuse. Soupira-t-il intérieurement tout en esquivant les coups.

...

L'entrée du sanctuaire où reposait l'épée sainte se dressait dans une clairière.

Claire ôta facilement l'avertissement qui en interdisait l'accès et stoppa sa marche. Elle se tournait alors vers Kamito.

« À partir de maintenant, ça devient vraiment dangereux. Un roturier tel que toi ne devrait pas s'approcher. »

« Si tu le sais, pourquoi ne pas en rester là ? »

« Comme je te le disais, j'ai besoin de me lier à un esprit puissant. » Elle secouait calmement la tête et entrait.

Ignorant sa mise en garde, Il la suivait. De même que lorsqu'il l'avait suivie jusqu'ici, il restait vrai qu'il avait besoin d'un guide mais plus encore il s'inquiétait pour elle, tout simplement.

Après tout, les Esprits Scellés étaient puissants parmi les puissants. Dans le même temps, leur nature était sauvage et imprévisible. Ils se complaisaient dans le chaos et la destruction, n'hésitant pas tuer le théurge qui puisait dans leur pouvoir si l'opportunité se présentait.

Les humains n'avaient quasiment aucune chance de contrôler ces entités, c'est pourquoi elles avaient été enfermées.

À seulement seize et avec un tel don pour utiliser les esprits, on pouvait dire de Claire qu'elle était un prodige. Cependant si par malheur, après avoir libéré l'esprit emprisonné, elle venait à échouer à le maîtriser ; qu'arriverait il?

Bien qu'il vienne de la rencontrer, il ne pouvait la laisser seule.

« Pourquoi m'as tu suivi ? Je ne peux pas garantir ta sécurité. » le prévint elle.

« Tu n'as pas une confiance absolue dans ta capacité à le dompter ? » Lui répondit Kamito, un peu narquois.

« Bi...Bien sûr que si »

« Alors il n'y a pas de problème si je viens aussi. » Balaya-t-il d'un haussement d'épaules, incitant Claire à se retourner et reprendre sa marche.

« Fais comme tu veux. »

Dans les ténèbres brumeuses qui régnaient à l'intérieur, l'atmosphère était lourde. La jeune fille plissait légèrement le nez à l'odeur de moisi qui flottait dans l'air.

Flammes, Chassez les Ténèbres !

Une petite boule de feu apparut à la pointe de son index, c'était un sort basique dont l'énergie provenait d'un Esprit-Feu. La lumière vacillante éclairait faiblement les parois du sanctuaire qui ressemblait à une caverne emplie de stalactites.

La relique se trouvait au plus profond du lieu.

Une épée était plantée dans un rocher énorme.Il ne faisait aucun doute qu'il s'agissait d'une antiquité vieille de plusieurs centaines d'années et pourtant pas une trace de rouille ne venait entacher la lame parfaitement aiguisée. Le long du plat de l'arme couraient de délicates runes anciennes, irradiant d'une sourde lumière bleutée.

« Une épée qui existait avant même que l'École ne soit fondée, L’Épée Sacrée de la Souveraine » murmura respectueusement Claire.

«  L’Épée Sacrée de la Souveraine ? Celle qui a triomphé de Salomon, le Roi Démon ? » demanda Kamito, surpris.

Le Roi Démon Salomon, qui commandait à soixante-douze puissants esprits, sema ruine et désolation à travers tout le continent et, à ce jour, reste le seul homme théurge connu. On racontait que celle qui l'avait terrassé utilisait l’Épée Sacrée de la Souveraine .

« Idiot, il n'y a aucune chance pour que ce soit la vraie. » affirma Claire, comme surprise. « Il y a une épée sacrée plantée dans une pierre dans tous les coins de l'Empire. Certains villages reculés en ont même une pour leur rituel de revitalisation. Qu'importe que ce ne soit pas l'authentique, puisque c'est une épée runique il est fort possible qu'un esprit puissant soit retenu à l'intérieur. »

« ... Certes. C'est peu probable que la véritable épée soit dans un tel endroit... » conclut Kamito.

Claire s'avança avec détermination vers l'arme.

« Hé ! »

« Reste en arrière ! » Lui ordonna-t-elle, alors qu'il commençait à s'approcher. Elle saisit avec poigne la garde.

« Détends-toi. »

« Oui. »

Il avait décidé de la surveiller depuis la limite de la zone éclairée. La présence de plusieurs personnes pouvait provoquer la colère de l'Esprit Scellé. Un silence pesant s'était abattu sur le sanctuaire.

« ... Tu peux le faire, Claire Rouge. » Respirant profondément, elle s'encourageait dans un murmure. Sa voix tremblait un peu.

Elle est un peu nerveuse, malgré tout, nota Kamito.

Ô Noble Esprit Scellé dans l'Antique Épée Sainte !

Comme Maître Tu m'accepteras, Ton Fourreau Je deviendrai !

De ses lèvres cerise, dans la langue des esprits, filait avec grâce l'incantation du Rituel du Pacte. Ses cheveux rouges étaient hérissés. Un vent violent commençait à tourbillonner dans la caverne.

Retenant son souffle, il la fixait intensément du regard. Une fois le pacte prononcé et Claire reconnue comme maître par l'esprit, un sceau apparaîtrait comme gravé quelque part sur son corps. Les serments du pacte entreraient alors dans leur phase finale. Une terrible bourrasque de vent balaya le sanctuaire.

« ... Qu... ? » Bafouilla Kamito, malgré lui, .

Imperturbable, Claire récitait son serment calmement.

L’Épée sainte irradiait d'une lumière aveuglante.

J'arrive pas... à le croire, elle a conclu un pacte avec l'Esprit Scellé ?!

Se retenant d'être emporté par les rafales, il était sidéré.

De la lame plantée dans la pierre s'écoulait un flot phénoménal d'énergie théurgique. Si Claire avait été une théurge moyenne, elle se serait déjà effondrée, submergée par cette puissance.

Par Trois Fois Je T’Ordonne, Que les Serments Soient Échangés !

Ses paroles résonnaient à travers la grotte, à cet instant...

- Clink -

« Je... Je l'ai eue ! Je l'ai retirée ! »

« Sérieux ?! »

Brandissant l'épée qu'elle venait d'arracher à la pierre, elle clamait sa joie. Mais, à l'instant d'après...

... Les runes antiques gravées sur la lame se mirent soudainement à briller avec violence.

Par réflexe, elle relâcha l'arme qui s’enfonça d'elle même à nouveau dans le sol. Dans un flash, elle explosa en d'innombrables morceaux.

« Haaa ! » Dans un cri bref, Claire s'effondra à terre.

« Hé ! Ça va ? » Kamito s'élançait rapidement vers elle.

« Qu... Quoi ? Qu'est ce que... »

Elle portait ses mains à ses tempes et se relevait lentement. Puis se mit à chercher frénétiquement autour d'elle.

« Mon... Mon esprit ? »

« Chut ! Je sens... quelque chose de terrible. » prévint il.

De la sueur lui coulait intensément dans la nuque. Son visage reflétait la terreur qu'il avait ressenti lorsqu'il avait levé les yeux vers le plafond de la caverne. Là haut en lévitation, l'épée se balançait.

Ce n'était pas l'arme brisée quelques instants plus tôt. Mais, il s'agissait d'une lame d'acier brut à l'air acéré.

« C'est l'Esprit Scellé de l'épée ? » Questionna-t-elle.

« Ainsi c'était un Esprit-Épée. Il a l'air plutôt énervé, » rétorqua Kamito.

« D'où sais tu tout ça ? Tu n'es même pas théurge ! »

« C'est assez facile à deviner. Quel que soit la façon dont tu la regardes, ça n'a pas l'air d'être le genre de personne à faire allégeance à son maître. »

« ... Hmm, en effet. » Claire acquiesçait de façon inhabituellement humble.

L'épée inclinée orienta sa pointe vers le sol et s'immobilisa soudainement.

Puis...

« Baisse-toi ! » À cet instant, Kamito la plaqua au sol. Quelque chose vrombit à ses oreilles en le frôlant et s'éloigna.

« Qu... Qu... Où croies-tu poser tes sales pattes ? Je vais te réduire en cendres ! » Rouge de gêne, elle lui assénait une pluie de coups sur la poitrine.

« Imbécile, calme-toi ! » Il s'éloigna prestement et regardait dans la direction où l'esprit était parti.

Des morceaux de rochers tombaient avec fracas. Les stalactites avaient été tranchés net.

« Être capable de libérer un tel esprit est en soi remarquable... » Il la regardait les yeux mi-clos. « ... mais là, il est complètement frénétique. »

« La... La ferme. Le dressage ne fait que commencer. »

« Toi... » Il était stupéfait par sa mauvaise foi, mais ne voulait pas se quereller avec elle.

L'Esprit-Épée émit une sorte de babillage en revenant vers eux. Confinés dans le sanctuaire, ils ne pouvaient pas se déplacer librement, de même leur champ de vision était restreint.

Kamito saisit la main de Claire et se leva. Le contact entre leurs peaux affola son cœur mais il n'en montra rien.

« Ouaah !! »

« Arrête de pousser ces petits cris adorables à chaque fois. Il faut qu'on sorte. »

« Qu...Qu... Quoi... Adorable... Qui, moi ? Yaah ! »

« On dégage d'ici. »

Il serrait sa main tout en courant vers la sortie.

L'esprit ne se mit pas immédiatement à leur poursuite. Peut-être n'était il pas complètement éveillé. En profitant de cette opportunité, ils avaient une chance de réussir à s'enfuir.

Au moment où ils atteignaient l'extérieur, comme un éclair l'épée les effleura. Des mèches de Kamito flottaient dans les airs, devant lui, coupées au passage de la lame. Celle-ci poussa un énorme rugissement, abattant sans pitié les arbres environnants.

« Démentiel. Quel esprit sauvage, comme une certaine demoiselle de ma connaissance, » soupira-t-il.

« Tu... Tu es toujours si bruyant » Se sentant un peu embarrassée, elle toussa ostensiblement et se releva. « Quel enfant turbulent... Je lui donnerai une bonne fessée plus tard. »

Ses yeux flamboyants brillaient d'une détermination féroce, pourtant elle s'était fendu de quelques mots provocateurs. Relevant légèrement sa jupe, elle prit le fouet qui était enroué autour de sa cuisse. Le cœur de Kamito loupa un battement à la vision furtive de ses dessous blancs, mais il dit...

« Es-tu folle ?! Ton adversaire est un Esprit Scellé de haut rang ! »

« Ça ne sera pas trop difficile. Les amateurs comme toi devraient rester en arrière ! »

« J'aimerais savoir d'où te vient cette confiance ? Quoiqu'il en soit, fuyons ! » Elle se dégagea de la main de Kamito qui lui tenait le poignet. « Non, toi, tu t'enfuis. Moi, je vais faire de cet esprit, le mien. Définitivement. »

« Toi... Pourquoi as-tu si désespérément besoin de cet esprit ? »

« Tu ne pourrais pas comprendre, jamais. » Lui répondit-elle, détournant le regard.

« J'ai besoin de puissance. D'un esprit si puissant qu'aucun autre ne puisse le vaincre ! »


Ô Gardien du Brasier Incarnat, Ô Protecteur du Foyer Immortel !

Est venu le Temps d'Obéir au Pacte de Sang ; Viens et Accomplis ma Volonté !

Elle récitait l'invocation de son Esprit-Feu. Une flamme surgit et une chaleur intense l'engloutit.

« La chasse commence, SCARLET ! »

Dans des flammes ardentes apparut un Chat Infernal. En guise de fourrure, sa robe était faite de flammes écarlates torrides.

Est ce là la forme véritable de son Esprit-Feu ? S'interrogeait Kamito.

Ce n'était pas que des paroles en l'air, elle était un vrai génie.

Qu'un esprit puisse se manifester sous une forme animale était la marque d'un haut rang. Il se pouvait que Scarlet ne soit qu'un diminutif affectif et pas son Nom Vrai. Sans aucun doute, il devait en avoir un.

Claire fit claquer son fouet, la bête poussa un rugissement effrayant et se rua vers l'Esprit-Épée. Des gerbes de feu jaillissaient et l'air vibrait sous les hurlements du Chat Infernal. L'épée en lévitation se retourna vers le nouvel arrivant, tranchant les arbres sur son chemin.

« Scarlet, attrape-le ! »

En réponse à l'ordre de son maître, l'esprit bondit puis abattit ses griffes acérées et enflammées sur son adversaire. Dans un son strident, des étincelles intenses éclataient au point de contact et l'épée tomba au sol.

Claire courait en même temps. Le coup n'était pas fatal. L'Esprit-Épée reprit son envol en un éclair et se remit en position, tournant sur lui-même en dessinant un arc dans les airs.

L'esprit enflammé le pourchassa, tentant de l'empêcher de fuir. Rugissant, il fit à nouveau un grand bond.

De violentes étincelles jaillirent encore une fois. Claire faisait claquer avec force son fouet sur le sol, pressant lentement son ennemi. C'était davantage un moyen pour communiquer ses ordres à son esprit qu'une arme.

Sous les assauts soutenus de Scarlet, l'Esprit-Épée s'arrêta. A cet instant -

« Prends ça, Boule de feu ! »

Une gigantesque boule enflammée surgit de la paume de la jeune fille. C'était un sort de magie du feu de haut niveau qui utilisait des flammes très intenses et pouvait brûler au delà de toute reconnaissance possible l'objet de son ire. Sa puissance dépendait de la combinaison entre l'énergie du théurge et la force de l'Esprit-Familier.

La sphère ardente traça une courbe dans les airs et explosa. Scarlet fût prise dans la déflagration dont l'onde de choc coucha les arbres dans les environs immédiats. Leurs troncs gisaient en cercle autour du point d'explosion.

Quelle puissance... Pensait Kamito. Alors qu'il se protégeait des pierres qui avaient été projetées par le souffle. Il s'émerveillait du pouvoir que Claire montrait.

Une telle maîtrise était rare chez des personnes aussi jeunes.

Au sein du feu tourbillonnant se dessinait la silhouette du Chat infernal. Évidemment sa nature faisait qu'il ne pouvait être atteint par cet élément.

L'Esprit-Épée s'était immobilisée en hauteur. Il ne semblait pas non plus avoir subi de dommages. Naturellement, Claire ne pensait pas pouvoir en venir à bout simplement avec des sorts mais elle pouvait attirer son attention.

« Scarlet ! » s'écria-t-elle.

L'Esprit-Feu reprit ses assauts. Ses griffes ardentes pouvaient faire fondre de l'acier normal. Si son adversaire avait été un esprit normal, il aurait été vaincu instantanément. Mais l'Esprit-Épée bougeait rapidement pour intercepter l'attaque qui était stoppée par le tranchant d'acier de la lame.

Dans l'instant, le son strident du métal contre du métal résonna et fit vibrer l'atmosphère.

« De... De quoi ? » Kamito se couvrait les oreilles des deux mains.

Encaissant tout l'impact de la vague sonore, Claire se recroquevilla, son visage déformé par la douleur.

L'Esprit-Épée avait émis ce cri puis s'était transformée. D'épée longue elle était devenue dans un flash une énorme épée bâtarde.

Une attaque inattendue toucha l'Esprit-Feu. Ne parvenant pas à éviter le grand arc que fit la lame, le Chat Infernal fut tranché en deux et disparut avec ses flammes dans le néant.

En un coup, Scarlet avait perdu la force de se manifester dans ce monde.

... Chier ! Il ne joue plus du tout dans la même division ?! On dirait qu'il s'est finalement complètement éveillé. jura Kamito, il regarda alors vers Claire...

Celle-ci était effondrée au sol. Sonnée, son regard vide était fixée sur le point où avait disparu l'Esprit-Feu.

Ayant achevé l'esprit enflammé en un seul coup, l'Esprit-Épée s'apprêtait à attaquer la théurge.

Il vola vers elle...

« Claire !!! » cria Kamito en courant dans sa direction. Sans raison, son propre corps s'était mis en mouvement avant même qu'il en ait conscience.

« Aaaaaaaaaah ! »

Plongeant, il tendit sa main au devant de la lame. Non pas sa main gauche protégée par son gant de cuir, mais la droite.

... Pas d'autre choix que ça !

Oh Noble Esprit Scellé dans l'Antique Épée Sainte !

Comme Maître Tu m'accepteras, Ton Fourreau Je deviendrai !

De la sueur lui coulait du front alors qu'il commençait à psalmodier l'invocation du rituel du Pacte, celle qu'il avait juré de ne plus jamais prononcer. La pointe tournoyante de l'épée lui avait perforé la paume de la main. Du sang s'en échappait en abondance.

« Aaargh !... Aaaaaaaah ! »

Des torrents d'énergie théurgique tourbillonnaient, les cailloux et la poussière autour d'eux étaient emportés par le vent dans le même mouvement. Il perdait presque connaissance sous la douleur, mais il savait que s'il faillait, Claire, qui était derrière lui, serait elle aussi coupée en deux.

Par Trois Fois Je T’Ordonne !

« ... Impossible, un pacte avec les esprits ?! » s’esclaffa Claire, surprise.

Ses talons s'enfonçaient dans le sol sous la pression. Le son de ses os en train de se rompre résonnait dans son crâne.

Que les Serments Soient Échangés !

Résistant à une douleur terriblement aiguë, Kamito prononçait les derniers mots du rituel.

Instantanément, une pâle lumière bleue irradia du corps de l'Esprit-Épée.

« Que... »

Des flashs de lumière intense et un fracas terrible s'abattaient dans son cerveau.


۞۞۞۞۞۞۞۞


Il ouvrait lentement les yeux, le visage de Claire occupait tout son champ de vision. Ses couettes lui couvraient la face.

Il lui semblait qu'elle lui criait quelque chose mais il ne pouvait pas entendre clairement quoi. Probablement que les assauts soniques de l'esprit lui avaient détraqué l'ouïe.

... On dirait que je suis toujours en vie.

Reposant sur le sol, las, il laissa échapper un soupir de soulagement. Les chances de victoire face à un esprit de ce niveau étaient minces, mais son pari semblait avoir été gagnant. Grimaçant sous la douleur qui lui traversait tout le corps, il leva sa main droite, doucement.

Au lieu de la blessure infligée par l'Esprit-Épée, un symbole y était comme gravé. Il s'agissait de deux épées entrecroisées. C'était la preuve du Pacte avec l'esprit, le sceau spirituel.

Aah, je l'ai fait... murmura-t-il en fixant la marque sur le dos de sa main.

Un sentiment de culpabilité l'assaillit. Il avait rompu le serment qu'il avait échangé avec elle.

Cependant, pour sauver Claire, cela avait été la seule solution qui eût une petite chance de succès.

Cette dernière remarqua qu'il était réveillé. Ses mains étaient sous sa nuque et son visage se rapprocha du sien, si proche qu'il pouvait sentir son souffle. Elle le fixait de ses yeux de braise. Ses lèvres cerise tremblaient légèrement.

« Comment ? Tu es un homme. Comment as-tu pu sceller un pacte ? »

Kamito ne répondit pas et se releva. Peu habituée à être ignorée, Claire, ennuyée, haussa les sourcils.

« Mon... Mon Esprit-Épée ?! »

« Désolé, il y a quelques instants, j'ai conclu un pacte avec. »

« Qu... Qu... Quoooi ! » Elle en était bouche bée.

Sa réaction est normale, vu la situation...

Il en fût néanmoins peiné. Bien sûr, il la comprenait. Normalement, pouvoir conclure un pacte avec les esprits était un privilège réservé aux jeunes filles pures.

L'histoire des hommes ayant eu cette capacité se résumait à celle d'un seul homme. Il n'avait fait que semer chaos et destruction à travers le monde et le théurge avait été surnommé Roi Démon.

Il était naturel qu'elle le craigne, lui qui puisait à la même source de pouvoir.

Il se retourna silencieusement.

Il ne regrettait pas le pacte, car c'était la seule façon qu'il avait trouvée de la sauver.

Il était sur le point de partir quand une voix derrière lui l'appela.

« Attends ! Attends, je te dis ! »

Faisant demi-tour, il la vit, le fixant intensément les mains sur les hanches.

« Tu m'as volé... MON esprit... Assumes-en la responsabilité ! »

« Euh ? » Il fronçait des sourcils... Ça n'avait pas de sens pour lui.

Devant son manque de réaction, elle tira sur ses couettes avec impatience.

« Cet esprit aurait dû être à moi, donc je te demande d'assumer la responsabilité de m'en avoir privé. »

« Responsabilité ? »

C'était un mot lourd de signification et son apparition soudaine troublait encore davantage Kamito.

Que veut-elle dire ?

« Donc... »

Elle fit claquer son fouet et désignant Kamito du doigt...

« Tu seras mon Esprit-Familier ! »


Revenir aux Illustrations Retourner au Sommaire Passer au Chapitre 2