Date A Live:Tome 5 Chapitre 4

From Baka-Tsuki
Jump to: navigation, search

Chapitre 4: Contre croisé au coeur[edit]

Partie 1[edit]

Le second jour du voyage scolaire commença…

Shidou arriva sur la côte d’Akaru située à l’extrémité nord de l’île d’Arubi.

Cette côte, qui avait été ravagée par les déchirures spatiales il y a 30 ans de cela, semblait avoir, depuis les airs, plus ou moins la forme d’un arc, ce qui lui aurait valu, d’après les guides, la belle dénomination de côte du croissant de lune.

« … »

Il n’y avait pas l’ombre d’un touriste en ce lieu.

Néanmoins, c’était évident. Shidou avait été appelé et interrompu par Reine, alors qu’il se rendait dans les vestiaires avec tout le monde, et, par le biais d’une voiture louée, il avait été mené jusqu’à cette plage privée située sur les bords des côtes d’Akaru.

Il semblait bien qu’elle avait préparé soigneusement tout ça la veille, puisqu’il y avait quand même une forte probabilité que la capture de Shidou pût être interrompue par les autres camarades de classe.

« Haa… C’est incroyable ! »

Le ciel était dégagé, les intenses rayons de soleil se reflétaient sur la surface hautement transparente de l’eau et faisaient plisser ses yeux.

Néanmoins, contrairement aux jeunes hommes énergiques jouant dans une piscine, il marmonna avec un ton proche d’un vieillard, puis il caressa délicatement les entailles qu’il avait sur la poitrine et les joues.

Pendant un instant, une faible douleur parcourut sa peau et fit tressaillir son expression faciale.

« Ouchouch… »

La nuit précédente, au moment où il avait ouvert la porte en vue de s’enfuir de Kaguya et de Yuzuru, il avait été attaqué par les griffures de Tama-chan.

Grâce au mana de Kotori, son corps se régénérait de lui-même, peu importe la gravité de la blessure qui lui était infligée, mais, il semblerait que cette capacité n’était pas active lorsque la propre capacité régénératrice de son corps pouvait suffire. S’il entrait dans l’eau dans son état actuel, il verserait probablement des larmes à cause du sel marin.

Eh bien, quoi qu’il en fût…

« Dans tous les cas, ce n’est pas comme si je pouvais jouer confortablement… »

Shidou soupira. Comme pour se cumuler à tout cela, une voix endormie se fit entendre en provenance du communicateur de son oreille droite.

« … Shin, il semblerait que Kaguya et Yuzuru aient finies de se changer. Tu es prêt ? »

Confronté à ces paroles de Reine, Shidou prit une profonde inspiration avant de répondre « Oui ».

« … Comme je te l’ai expliqué hier, je leur ai donné à chacune un Incam. Il semblerait qu’elles ne soient jamais allé à la plage auparavant, du coup, je suis en train de penser à leur donner plusieurs instructions dans ce sens. Essaye d’aller de pair autant que possible. »

« Co, compris. »

« … En vue d’éviter de croiser nos conversations et les conseils que je vais leur donner, je vais couper notre communication pour le moment… c’est bon pour toi ? »

« Oui, d’une façon ou d’une autre, je vais essayer… mais, honnêtement, c’est un peu désagréable. »

Se rappelant l’incident de la veille, il eut une sourire fatigué et amer.

« … Bon, il semblerait que tu ais eu quelques problèmes hier, mais à partir d’aujourd’hui, jusqu’à un certain degré, nous allons faire une sauvegarde[1]. Que la mission commence maintenant ! N’oublie pas de les complimenter sur leurs maillots de bains. »

Sur ces mots, la communication fut interrompue.

En même temps, il entendit les voix de 2 personnes venant vers lui.

« Kuku… Alors tu te cachais dans un lieu comme celui-ci, huh… »

« Découverte. Je t’ai trouvé, Shidou. »

C’était des tons caractéristiques, il n’y avait pas besoin de les confirmer. Lentement, Shidou se tourna vers elles.

Kaguya et Yuzuru se tenaient là tout comme il l’avait prédit. Kaguya portait un bikini noir avec des dentelles décoratives blanches. A l’opposé, Yuzuru portait un bikini blanc avec des dentelles noires.

Dans les deux cas, ça leur allait si bien que c’en était exaspérant. Si ces deux filles venaient à marcher côte à côte sur la plage, probablement qu’un ou deux types les auraient approchées spontanément.

« O, ou, toutes les deux. Ça vous va vraiment très bien. C’est magnifique. »

Lorsque Shidou complimenta leurs maillots de bains, selon les instructions de Reine, Kaguya ouvrit grand ses yeux alors que son visage devint rouge comme si elle était surprise, alors que Yuzuru porta un regard vide sur sa tenue.

Néanmoins, de manière soudaine, Kaguya croisa ses bras.

« Kukuku… Et comment, et comment ? Mais, ne te méprends pas. Des vêtements de ce niveau sont tout simplement éclipsés par mon charme. »

« Remerciement. Merci beaucoup. Yuzuru est très contente. »

Ensuite, elle fit une révérence docile.

A ce moment-là…

« …Hmmm ? »

« Confirmation. Oui. »

Et alors qu’il pensait que les sourcils de Kaguya et de Yuzuru se déplaçaient de manière inattendue, toutes les deux tapotèrent de leur doigt sur leur oreille. A y regarder de plus près, Shidou y vit le même type d’Incam que le sien.

« Kuku… Je vois, je le reconnais. »

« Consentement. J’ai compris. »

Involontairement, Shidou afficha un sourire amer. Puisqu’il s’agissait d’une action non familière, il ne pouvait pas s’en empêcher, mais… c’était une scène étrange que de les voir toutes les deux préoccupées par leurs communicateurs.

Après un moment, elles séparèrent leurs mains de leurs communicateurs et refirent face à Shidou.

« Oh, Shidou. Ce Sonen Shine[2] est parfaitement insupportable pour moi qui porte dans son corps les ténèbres éternelles. Je te permets d’appliquer sur celui-ci la protection divine du miasme pour repousser la sainte lumière. »

« Heh… ? »

« Demande. Aide, s’il te plait, Yuzuru à l’appliquer afin d’éviter les coups de soleil. »

« Aah… Je vois. »

Il comprit finalement grâce aux paroles de Yuzuru.

Mais, ce n’est qu’après qu’il réalisa qu’il allait être gêné. C’était parce que, appliquer quelque chose contre les coups de soleil voulait dire…

« Fu… Eh bien, je compte sur toi. Je te laisse te charger de mon dos. »

Tout en lui tendant une lotion d’écran solaire, Kaguya venait de dire quelque chose qui n’était de toute évidence pas fait pour ce genre de situation. Puis, Yuzuru prononça également quelque chose de similaire :

« Requête. S’il te plait. »

Il était en train de se demander d’où avaient-elles bien pu la sortir, mais il comprit immédiatement. Pas loin de Shidou et des autres, un espace de repos avec des parasols et des serviettes avaient été disposés. Le plus probable était que Reine l’avait fait préparer à l’avance.

Après avoir sérieusement croisés leurs regards, toutes les deux se couchèrent face contre terre à l’ombre du parasol. Puis, elles défirent leurs hauts, révélant ainsi leurs dos à la peau pâle.

« E, err… »

Alors que Shidou regarda leurs deux dos disposés côte à côte, de la sueur s’écoula le long de son visage.

Cela étant dit…est-ce que cela voulait dire qu’il n’avait pas d’autre choix que d’utiliser ses mains et directement appliquer la lotion sur la peau douce de ces filles ?

Sur ce, comme attendu, qu’elles soient ou non impatientes, Kaguya et Yuzuru touchèrent toutes les deux leurs communicateurs et commencèrent à parler à basse voix :

« Oi, Shidou n’a pas été séduit par l’idée. N’est-ce pas différent de ce que tu as dit ? »

« Question. Est-ce qu’il y a quelque chose qui ne va pas ? »

« … Uh, c’est pas bon. »

Les sourcils de Shidou se levèrent. Le but de la journée était d’accroître la crédibilité des conseils de Reine. S’il hésitait à ce faire, ça ferait sûrement foirer le plan.

« O, Ok, je vais passer à l’action ! »

Lorsqu’il dit cela, Kaguya et Yuzuru regardèrent Shidou pendant un instant avant de lui faire un petit acquiescement.

« Fuu… »

Il semblait que Shidou ait réussi à régler ça sans rendre les conseils de Reine inutiles. Il eut un soupir de relaxation.

Toutefois…

« Kuku… donc Shidou, ça ne devrait pas être le genre de chose que j’aurais besoin de demander, mais il va de soi que tu vas commencer par moi, n’est-ce pas ? »

« Question. Par qui Shidou va-t-il commencer ? »

« Eh… ? Non, c’est… »

Et, alors qu’il y pensait, les deux croisèrent leurs regards tout en restant couchées, Kaguya attrapa soudainement Yuzuru et grimpa sur cette dernière après l’avoir retournée. Elle éleva ensuite la voix, tout en maintenant la prise sur le corps de Yuzuru à l’aide de ses deux mains et de ses deux jambes, l’empêchant ainsi de bouger.

« Shidou, maintenant. Accorde-moi la divine protection du miasme. »

« Irréfléchie. Ku… »

Alors que Yuzuru avait laissé s’échapper cette voix angoissée, les bords des lèvres de Kaguya se levèrent comme si elle était emplie de joie par sa victoire.

Pour diverses raisons, puisqu’elles étaient dans ce genre de position alors que leurs hauts avaient été retirés, leurs deux poitrines appuyaient l’une sur l’autre d’une façon étrangement érotique.

« Dépêche-toi ! »

« O, ou ! »

Vaincu, Shidou plia ses genoux sur place et prit une bonne quantité de lotion dans sa main avant de toucher le dos de Kaguya. A cet instant…

« Uh, Fuaa… »

Tout en adoptant une voix douce méconnue jusque lors, le corps entier de Kaguya tressaillit.

« Dé, désolé, était-ce froid ? »

« C’est, c’est bon. Dépêche… toi… »

« Ah, aah… »

Néanmoins, à chaque fois que Shidou déplaçait ses mains, le corps de Kaguya se contractait comme si on la chatouillait, le tout avec une voix excessivement sexy, avec des sortes de *Ah… * ou des *Hnnn… *.

Yuzuru, qui était toujours retenue en-dessous par Kaguya, laissa également échapper des *Ooou…* d’une voix envieuse.

Immédiatement, les sourcils de Yuzuru se levèrent et elle prit avantage de la petite chance laissée par Kaguya, elle fit retourner son corps.

« Contre-attaque. Chance saisie. »

« Guh… »

Cette fois, Yuzuru devint celle qui retenait Kaguya en-dessous, cette dernière couchée face vers le ciel. Yuzuru tourna ses yeux vers Shidou alors qu’elle était à cheval sur Kaguya qui semblait ne plus avoir la force de contre-attaquer et, *haa**haaa*, elle respirait bruyamment.

«  Demande. Shidou, dépêche-toi, s’il te plait, fais-le… aussi à Yuzuru. »

« Uh… ?! O, ou. »

Il savait qu’elle se référait à la lotion mais, face à cette phrase étrangement sensuelle et cette pose, par inadvertance, ses battements cardiaques se firent plus forts. Lorsqu’il parvint d’une certaine façon à se calmer, il commença à appliquer la lotion sur le dos de Yuzuru.

« Convulsion. U…Aah. »

Lorsqu’il s’y appliqua, Yuzuru expira par le nez par petits intervalles et prit une voix comme si elle était pressée à mort.

Puis, alors que, nerveusement, Shidou utilisait d’une certaine façon ses mains et les bougeait en accord avec les muscles de la colonne vertébrale, le corps de Yuzuru se souleva comme si elle ne pouvait plus en supporter davantage.

« E, err… »

« Admi… ration. Shidou, tu as… de très bonnes compétences. »

« N, non, c’est pas juste ! La prochaine, c’est moi ! »

Kaguya, qui semblait avoir finalement reprit son souffle, releva son corps et inversa les positions.

Mais, alors que Shidou commença à appliquer à nouveau la lotion, elle commença à élever une voix passionnée alors que son corps trembla.

« La ven…geance… ne t’épargnera pas. »

Cette fois, Yuzuru était celle dont le corps convulsait et elle garda le dos de Kaguya joint à la serviette. La lotion qui avait été appliquée de manière excessive s’écoulait sur cette dernière.

« Pourquoi toi, qu’est-ce que tu fais… ! »

Kaguya ne laissa pas les choses se finir sur sa défaite. Immédiatement, elle agrippa les mains de Yuzuru et revint à cheval sur elle.

Après avoir répété la même chose encore et encore, de nombreuses fois, et, en glissant probablement à cause de la lotion, toutes les deux se retrouvèrent en quelque sorte allongées, sur leurs ventres, sur la serviette et se regardaient mutuellement.

« Err, dans cette situation… »

Shidou joignit ses mains afin d’appliquer la lotion sur l’autre main également et fit parcourir ses doigts le long des dos des deux filles, qui étaient couchées à même le sol et qui étaient alignées côte à côte.

Lorsqu’il s’exécuta…

« …Uh, Aaaahhhh ! »

Toutes les deux élevèrent des voix bruyantes, puis elles relâchèrent leurs mains et leurs pieds qui tombèrent complétement épuisés sur place et elles commencèrent à respirer fort comme si elles avaient couru de toutes leurs forces.

« Es, est-ce que vous allez bien, toutes les deux… ?! »

Leurs regards vides se croisèrent alors que Shidou posa cette question sur un ton confus.

« … Tout ça… j’ai été peu méfiante… »

« Frémissement… c’est les doigts de dieu… quel loup insoupçonnable ! »

« Hu, huh… ? »

Toutefois, à cet instant, il semblait qu’un message leur avait été transmis de la part de Reine. Après que toutes les deux aient appuyées sur leurs communicateurs en même temps, elles eurent des hochements de tête et remirent de l’ordre dans leurs respirations.

« Fu, fumu, la suite sera… frapper la pastèque…[3]? Bander les yeux de Shidou… ? »

« Con… firmation. Après l’avoir fait tourner et l’avoir confus, attendre que la direction… ? »

« Att, attendez un instant ! Qu’est-ce que vous prévoyez de faire ?! »

Involontairement, s’était-il écrié… Les épaules de Shidou se levèrent.

Il eut l’impression d’avoir entendu comme une voix, différente de celle de Kaguya et de Yuzuru, provenir de quelque part.

Il pensa qu’il s’agissait de la voix de Reine à travers les communicateurs, mais, non. Oui, il s’agissait de…

« …Shidou ! »

« Uh, Tohka… ?! »

Shidou appela le nom à qui appartenait la voix qu’il avait entendu et se retourna sous le choc. Bien qu’il n’y eût que de l’océan à portée de vue, il était convaincu d’avoir entendu la voix de cette dernière provenir de cette direction.

Après avoir regardé, il trouva Tohka en train de nager vers lui tout en produisant de terribles éclaboussures.

Néanmoins, la silhouette était floue, elle allait extrêmement vite. Au passage, derrière elle, il eut l’aperçu d’une Origami nageant d’un superbe crawl.

Partie 2[edit]

Depuis la côte, Ellen, qui observait la cible, Yatogami Tohka, soupira alors qu’elle massait son épaule droite. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas fait d’exercices d’endurance sans l’aide du Territory et, du coup, elle avait de faibles douleurs musculaires.

… Au final, hier, elle s’était retrouvée mêlée à une bataille d’oreiller jusqu’à tard dans la nuit et, au fur et à mesure, elle était tombée de fatigue et s’était endormie avec la cible.

Aujourd’hui, après avoir repris ses forces, elle l’avait observée. Mais, comme on pouvait s’y attendre, il y avait eu beaucoup de personnes en pleine journée, du coup elle n’avait jamais vraiment été seule. Attendre la nuit serait probablement mieux…

Ce genre de pensée traversa son esprit. Lorsque…

« … Hmmm ? »

Les sourcils d’Ellen se levèrent d’un air dubitatif. La cible, qu’elle surveillait jusqu’à maintenant, s’était dirigée de manière inattendue vers l’océan.

« Oo, Shidou, tu es donc dans un tel lieu ! »

Avait-elle crié avant d’entrer dans l’eau.

Non, si elle n’avait fait que cela, ça aurait été bon, mais… le problème était que la cible (et pour diverses raisons, Tobiichi Origami également) nageait tout simplement en ligne droite.

« … <Arbatel>. Où est-ce que la cible se dirige-t-elle ? Pouvez-vous la suivre depuis votre position ? »

Après qu’Ellen ait fait face à l’Incam et qu’elle se soit exprimée de la sorte, la voix de l’opérateur répondit immédiatement.

« Nous avons confirmation. Il semblerait qu’elle se rende du côté opposé de la côte. »

« Le côté opposé de la côte, huh ? »

Tout en prononçant ces mots, Ellen se rappela de la carte de l’île d’Arubi, carte qui se trouvait en face d’elle à présent. Il était certain qu’Ellen et les autres devaient se trouver à la pointe de de la courbe de la côte qui ressemblait à un croissant de lune. Néanmoins, elle ne pouvait en voir qu’un morceau, la ligne que Tohka et Origami traçaient à la nage passait parfaitement par l’autre pointe du croissant.

« Y’a-t-il quelque chose sur cette côte où elles se rendent ? »

« Il semblerait que ce soit une plage privée. Nous avons confirmation qu’il y a 3 personnes : un homme et 2 femmes. »

Sur ces mots, Ellen se lécha les lèvres.

Même si elle ne savait pas pourquoi Tohka et Origami s’était mise à se diriger là-bas, c’était quand même une bonne opportunité. Exceptionnellement, il y avait peu de monde dans cette zone de baignade publique, elle pouvait donc s’attendre à ce qu’il n’y ait pas de témoins du fait que la cible se soit dirigée en pleine mer. C’était probablement la chance idéale pour déguiser ça en scénario de disparition.

« Je vais immédiatement m’y rendre également. S’il vous plait, faites en sorte que le <Bandersnatch> me suive. »

« Roger ! »

Après cette réponse, Ellen emmena la caméra qui était en position sur son épaule et se leva.

… Néanmoins.

« Oo, Miss Camera ! Ici, ici, par ici ! Prenez une photo, prenez une photo ! »

Quelqu’un derrière elle l’appela soudainement, Ellen jeta un simple regard dans cette direction.

Elle vit un groupe de garçons et de filles qui s’amusaient avec le sable de la plage. Il y avait un garçon, avec des cheveux durcis par un gel, enterré sous le sable, avec juste sa tête et ses bras qui en sortaient. Il y avait également un étrange garçon qui prenait une pose bizarre entièrement fait en sable.

Au passage, la pire chose dans les environs était la vue des 3 étudiantes de la veille, celles qui l’avaient entraînées dans la bataille d’oreiller.

« Je suis vraiment désolée, mais, je suis… »

« Eeeeeeeeeeeehhhhhhh ! »

« Ça ne va pas ? Ellen-san, prenez une photo. »

« Ne sommes-nous pas des amis qui avons passé une nuit torride ensemble ? »

« …Haaa. »

Après un soupir d’ennui, elle prit la caméra et, avec désinvolture, elle prit une photo.

« C’est bon ? Eh bien, je suis pressée donc… »

« Eeh, venez, prenez-en plus. »

« J’ai fermé les yeux à l’instant. »

« Eh bien plutôt, où comptez-vous aller ? Bon, amusons-nous. »

« … »

Alors qu’Ellen était sur le point de s’en aller en les ignorant, Ai, Mai, Mii, vinrent furtivement par-derrière et, une fois proches, elles prirent la caméra qui se trouvait sur son épaule et s’enfuirent en courant.

« Qu’est-ce que vous faites ? S’il vous plait, rapportez-la-moi. »

« Noon, je me sens coupable que vous preniez toujours des photos, je vais vous aider également, Ellen-san. »

« C’est, c’est pas la peine. Rapportez-la-moi, s’il vous plait. »

« C’est bon, c’est bon, pas la peine de prendre sur soi. »

« Je ne prends pas sur moi. J’ai quelque chose d’important à faire, donc… »

« Hai~, conduisons notre précieuse cliente à son siège ~»

En même temps que Mii prononça ces mots, les étudiants arrivèrent de toutes les directions et portèrent doucement Ellen. Puis, ils la portèrent tout simplement au bord de la plage.

Pendant qu’ils s’y exécutaient, Ai, Mai, Mii prirent une serviette en main et, *ZaZaZa*, un trou de la taille d’un humain fut creusé dans le sable en un instant. Ellen y fut mise dedans.

« Kuh, qu’est-ce que vous fichez… ! En plus, vous ne creusez pas un peu trop vite ?! »

« Fu ! Hier, nous nous sommes entraînées au creusement rapide à l’arrière de l’hôtel jusqu’à ce que le sol ne soit plus que des trous ! »

« Pour nous, maintenant, le sable d’une plage, c’est comme creusé dans du tofu ! »

« Maintenant, vous autres, faites-le ! »

« Yeah ! »

Sous le commandement d’Aii, Ellen fut complétement ensevelie sous le sable. Au passage, sur l’amoncellement de sable, une sculpture d’un corps fut faite.

« Kuh… c’est gênant. S’il vous plait, laissez-moi partir. »

« Maa, maa, ne soyez pas si pressée. »

« Et maintenant, une photo, d’accord ? »

« Nous allons ajouter plus de volume sur la poitrine, donc… »

Lorsqu’elle baissa les yeux sur son corps, il y avait un étrange amas de sable sur la zone de sa poitrine, exactement comme l’avait dit Mii.

… C’était une assistance complétement inutile.

Au passage, lorsqu’elle y regarda de plus près, juste à sa droite, elle put confirmer la présence d’un visage de garçon enterré à l’instant dans le sable. En fait… le corps qui avait été sculpté sous le visage d’Ellen était celui d’une Reine du SM faisant claquer un fouet, alors que celui du garçon était celui d’un homme nu à quatre pattes lui présentant ses fesses.

Et probablement en vue de rapprocher les deux parties, Aii, qui se tenait un peu plus loin, prit une photo.

« … »

Après que les joues d’Ellen convulsèrent, le garçon, qui était enterré… et dont le nom était Tonomachi Hiroto ou quelque chose du genre… son visage chercha à la regarder.

« Ha, Haa, n’est-ce pas… Ellen-san ? C’est un peu problématique. »

« Haaa. »

Après qu’Ellen ait répondu de manière si désintéressée, les joues de Tonomachi rougirent un peu alors qu’il poursuivit :

« Comment dire… non, haha, je me demande si ce genre de choses peut également être appelé… la destinée. »

« … »

Ce fut la première fois dans sa vie qu’elle se sentit comme si on lui avait craché dessus.

Partie 3[edit]

Après que Tohka et Origami eurent atteint la côte, elles trottinèrent vers Shidou.

Au passage, elles portaient les maillots de bains que ce dernier leur avait achetés le mois précédent. Celui de Tohka était de couleur sombre alors que celui d’Origami était blanc. Toutes les deux avaient pris la peine de l’essayer, il leur allait très bien.

« Shidou, tu étais donc dans un lieu comme celui-ci ! Je te cherchais ! »

« Shidou. Pourquoi es-tu avec les sœurs Yamai ? »

Tohka prononça sa phrase sur un ton souriant, alors qu’Origami le dit de façon suspicieuse. Shidou eut, pour sa part, un sourire méfiant comme pour les embrouiller et il entreprit un pas en arrière.

« Non, eh bien… à ce propos, hahaha, pour être sincère, j’étais perdu… »

A cet instant, d’une manière quelconque reprenant leurs souffles, Kaguya et Yuzuru, qui venaient de remettre leurs hauts de maillots de bain, dirent :

«  Hou ? N’est-ce pas Tohka ? Kuku… venir aux côtés de ta maîtresse, quelle fille mignonne. Je te fais mes compliments. »

« Question. Professeur Origami, pourquoi êtes-vous en ce lieu ? »

Soit dit en passant, il y avait eu une discussion dans les chambres respectives de Tohka et d’Origami à propos du fait que Kaguya et Yuzuru soient des fardeaux. Ce n’était pas surprenant que toutes les deux se soient souvenues d’elles… Eh bien, que ce soit professeur ou maîtresse, Shidou était un peu intrigué quant à savoir pourquoi de tels titres qui ne semblaient pas très appropriés à des relations amicales.

« Ooou, Kaguya est également ici. Qu’est-ce que vous faisiez ? »

« Kuku… à l’instant, je pressais quelque chose dont le contour est marqué de ténèbres et de vert foncé jusqu’à ce que les organes et le sang cramoisi en jaillisse, nous allons continuer de jouer au jeu du diable. »

« Que, qu’est-ce que c’est que ça ? Ça semble effrayant. »

« Explication. Kaguya est sur le point de jouer au jeu de frapper la pastèque … »

« … Attends un peu. »

Et, en plein milieu de la phrase de Yuzuru, une voix endormie s’était fait entendre, elle provenait de derrière elle.

En cherchant un peu, on put voir Reine portant une parka par-dessus son maillot de bain. Probablement parce que les rayons de soleil étaient forts, elle plissait les yeux tout en se faisant de l’ombre avec ses mains et en vacillant de la tête. Elle ressemblait à une patiente anémique prête à tomber d’un instant à l’autre, mais… eh bien, Shidou savait qu’il s’agissait de l’état habituel de Reine.

« Reine-san… ? »

Shidou leva ses sourcils d’un air dubitatif. Actuellement, Reine aurait dû donner des conseils à Kaguya et Yuzuru par le biais de l’Incam.

Les deux filles devaient avoir probablement le même genre d’interrogation, elles fixèrent Reine étrangement et touchèrent les communicateurs qui se trouvaient dans leurs oreilles.

« … Je suis désolée, mais j’ai oublié de préparer la pastèque… A la place, puisque le nombre de participant a augmenté… Il y a un terrain juste-là, pourquoi ne pas jouer au volleyball ? »

Sur ces mots, elle désigna du doigt l’extrémité de la plage.

Au début, Kaguya et Yuzuru étaient mécontentes, mais, après peu de temps, elles semblèrent comprendre que l’objectif avait changé.

« Fuuun, très bien. Peu importe ce qu’on fait, j’ai décidé que je serais au top ! »

« Consentement. Yuzuru s’en fiche. Yuzuru va gagner de toute façon. »

Lorsque leurs yeux croisèrent suite à ces mots, même si ce n’était pas une course, toutes les deux se mirent à courir en même temps.

« Oou ! »

Et Tohka se mit à courir également comme si elle avait été inspirée.

Origami porta son regard sur Shidou et Reine comme si elle n’était pas suffisamment convaincue, mais, estimant qu’il n’y avait rien à gagner à poser plus de question, elle se mit à marcher en direction de la plage en question.

Reine et Shidou se mirent également à les suivre.

« … Donc, Reine-san. Pourquoi est-ce que tu es venue si soudainement ? »

« … Aah, c’est parce que les irrégularités connues sous le nom de Tohka et d’Origami sont apparues. Du coup, j’ai dû passer au plan B. Nous devrions être capables de faire quelque chose à ce sujet si nous employons tous les membres de l’organisation <Ratatoskr>, mais… comme on peut s’y attendre, on est limité si je suis toute seule. »

« Plan B, tu dis ? »

« … Aah, c’est un plan qui vise à augmenter tes relations tout en t’associant avec elles et en te battant dans leur même camp. »

« Dans le même camp… Je me demande si ces deux pourront tranquillement faire équipe… »

« … Eh bien, j’ai une idée pour ça. Contente-toi de regarder. »

Suite à une telle conversation, Shidou et les autres atteignirent la magnifique plage où il y avait le terrain de volleyball.

Après que Reine se soit penchée et qu’elle ait pris un objet tubulaire qui était appuyé contre le poteau :

« … Maintenant, décidons des équipes. Trois personnes dans chacune. S’il vous plait, tirons au sort. »

« Mu ? »

Reine commença par Tohka, elle lui présenta l’extrémité du tube et cette dernière prit un bâtonnet qui se trouvait à l’intérieur. Shidou frappa ensemble ses mains [4] et fit de même. Il n’y avait aucun doute que le tirage soit truqué et que Kaguya, Yuzuru et Shidou soient dans la même équipe.

« … Eh bien, Shin aussi. »

« Ah, oui. »

Sur ces mots, il prit un des deux bâtonnets restants.

Puis, il porta son regard sur l’extrémité du celui-ci et… *Heh ?*, il eut un air hébété.

C’était parce qu’au lieu d’un symbole ou d’un numéro, il y avait un dessin complétement exagéré d’un homme.

« … Eh bien, que les personnes ayant tiré Gregor, Jackson et Spenser viennent ici. Quant à ceux qui ont tiré Alexandre, Abraham et Anthony, allez dans la partie opposée du terrain. »

« Reine, celui-là c’est… ? »

« C’est ? »

Tohka et Origami lui montrèrent leurs bâtonnets avec un certain trouble.

« … Aah, celui-là, c’est Gregor et celui-ci c’est Spenser. »

Puis, Kaguya et Yuzuru firent de même et montrèrent les leurs à Reine.

« … Toutes les deux, vous avez Alexandre et Abraham. Rendez-vous, s’il vous plait, dans le camp opposé. »

« … »

Shidou, avec des yeux mi-clos, regarda à nouveau l’homme exagéré (très probablement Anthony)… il ne pouvait pas dire quelle différence il y avait entre celui de Tohka et celui des autres…


Equipe A… Kaguya, Yuzuru et Shidou.

Equipe B… Tohka, Origami et Reine.

Kaguya, Yuzuru, Tohka et Origami. Quatre personnes sur six n’étaient pas, à la base, satisfaites de l’organisation des équipes, mais le match commença suite à une simple phrase de Reine :

« Je dirais à l’équipe gagnante un secret que Shidou ne voudrait jamais voir révélé. »

Les protestations de Shidou arborant un visage presque en pleurs ne furent pas acceptées.

« Ok ! Commençons ! »

Sur ces mots joyeux, Tohka exécuta un service depuis l’autre extrémité du terrain.

Mais…

« Quoi ?! »

*Bohyuuu !*, la balle traversa aisément le filet de part en part avec ce son et poursuivit sa trajectoire tel un boulet de canon. Immédiatement, Shidou se jeta sur le côté.

Lorsque la balle arriva à l’endroit où il s’était trouvé juste à l’instant, *GyaGyaGya !*, elle tourna dans le sable telle une toupie avant de finalement s’arrêter.

« Reine ! Ça valait combien de points, ça ?! »

« … 0 point. »

« Muu, les points de compétences techniques ne sont pas comptés ? Huh… »

« … Très probablement, mais, je pense que tu te trompes avec un autre sport. »

Probablement à cause de l’attaque de Tohka, Kaguya lâcha un petit rire.

« Kuku… Pas mal, il semblerait que je doive m’y mettre sérieusement aussi… »

« Non, tu n’en as pas besoin. Tu n’en as pas besoin ! »

Si les échanges de balles devenaient toutes de la sorte, même s’il avait plusieurs vies à sa disposition, ça ne suffirait pas. Shidou secoua la tête.

« Fuun, c’est fâcheux. Eh bien, quoi qu’il en soit, c’est nous les prochaines à servir, n’est-ce pas ? »

Sur ces mots, Kaguya tendit ses mains en direction de la balle qui était enterrée dans le sable et d’un geste particulièrement élégant elle la lança de l’autre côté du terrain.

« Oou, j’y vais ! »

« Ne me dérange pas. »

Origami, tout en arrêtant Tohka par le biais de son interpellation, reçu la balle.

Reine, qui se tenait derrière elle lorsque cela arriva, effectua une magnifique attaque. A cette occasion, sa poitrine, dont elle était fière de sa masse énorme, rebondi de haut en bas, les yeux de Shidou se rivèrent involontairement dessus.

« Mise en garde. C’est dangereux ! »

« Haa… ! »

Il entendit Yuzuru le prévenir de la sorte, il ouvrit immédiatement ses yeux en grand. Le temps qu’il mit à réaliser, il avait en face de lui Tohka qui venait de sauter avec tellement de force qu’elle surplomba le filet.

« Haa ! »

Et c’est avec ce cri empli d’énergie qu’elle frappa la balle de la paume de sa main. Cette dernière, tel un boulet de canon, effleura la joue de Shidou qui se tenait toujours là hébété.

« Uwah ?! »

« Kuh, ne te distrait pas, Shidou ! »

« Accord. Tu gênes. »

Les voix de Kaguya et de Yuzuru s’élevèrent derrière lui. Il semblait qu’elles se soient jetées en vue de recevoir la balle.

Néanmoins, puisqu’elles visaient le même point, en même temps, *Bam*, elles se cognèrent l’une l’autre et s’étalèrent sur place. Pendant ce temps, la balle rebondit sur le sol et, *roll**roll*, roula sur le sable.

« Kuhaaa ! Qu, qu’est-ce que tu as fait, Yuzuru ?! »

« Objection. C’est ma phrase. S’il te plait, ne me dérange pas. »

Kaguya et Yuzuru se frottaient leurs fronts tout en se regardant l’une l’autre.

« … Ok, Tohka, ça fait un point. »

« Oou ! Vraiment ?! »

En comparaison, l’autre côté du terrain paraissait animé. Tohka et Reine, *clap*, topèrent. Même si Origami les regardait l’air de les ignorer, Reine prit sa main et la força à participer.

Néanmoins, Kaguya et Yuzuru ne prêtèrent pas attention à ça, elles continuèrent à se quereller l’une l’autre.

« Peu importe ce que tu en penses, c’était mon territoire. Ne rajoute rien ! »

« Objection. Je pensais que la niaise Kaguya n’y arriverait pas à temps. »

« Que, Qu’est-ce que tu as dit, salope ! »

« Contre-attaque. Qu’est-ce qu’il y a ? »

Et, en même temps, alors que Shidou s’interposa entre elle pour les séparer, Reine, à l’autre bout du terrain, souffla quelque chose à l’oreille de Tohka et Origami. Une fois, cela fait :

« … Hou, j’y vais maintenant. »

« … Je vais vraiment avoir la chose promise, tout à l’heure. »

Sur ces mots, Tohka et Origami regardèrent de façon arrogante Kaguya et Yuzuru.

« Fuu, que… Kaguya et Yuzuru, c’est vraiment pas une grosse affaire ! »

« Quelle déception ! Me défier alors que vous n’êtes que de ce niveau, vous ne connaissez pas votre place. »

« … ! »

A ces provocations évidentes, Kaguya et Yuzuru répondirent avec un tic.

Une fois de plus, Reine souffla délicatement quelque chose aux oreilles de Tohka et Origami. Néanmoins, Shidou crut entendre un peu de la conversation, quelque chose du genre :

« … plus de langage ordurier... Vous êtes supposées faire comme ça lorsque le moment arrivera… »

« Kaguya est un vil insecte et Yuzuru est sans espoir ! Même toutes les deux ensemble, vous êtes inutiles ! »

« Vous les XXXX. XXXX devrait simplement XXXXX. Ce serait approprié pour des fils de pute de perdantes. »

Une insulte incroyablement enfantine et une insulte particulièrement fade y fit réponse de l’autre côté du terrain.

« … »

Concernant l’agitation de ces deux-là, Kaguya et Yuzuru avaient calmement plissé des yeux.

« … Hey, Yuzuru. »

« Réponse. Qu’est-ce qu’il y a ? »

« … Tu veux le faire ? »

« Consentement. Faisons-le. »

Leurs regards se croisèrent en un éclair.

Mais, c’était Origami qui avait le service suivant, elle prit la balle d’une manière extrêmement calme et, depuis le coin du terrain, elle la tira de façon très élégante.

« Yuzuru ! »

« Réponse. Je sais. »

Néanmoins, Yuzuru sauta juste à temps pour la réceptionner et arrêta ce service parfaitement serré.

Puis, Kaguya frappa la balle pour la renvoyer de l’autre côté. C’était-là un beau duo, suffisamment pour faire croire que la scène précédente n’était qu’un mensonge.

Mais, l’autre équipe n’allait pas abandonner, Origami, à son tour, réceptionna la balle en approche.

« Professeur Murasame. »

« … Ahh, je sais. »

Sur ces mots, Reine, *bang*, frappa tranquillement la balle. C’était exactement le même modèle de jeu que précédemment. Lorsqu’il essaya d’une certaine façon d’éviter d’être préoccupé par la poitrine, il vit Tohka, une fois de plus, s’élancer dans les airs.

« Ooh ! »

Cria-t-elle tout en lançant une attaque fulgurante depuis ces hauteurs lointaines.

« Shidou, arrête-la ! »

Ces mots avaient été criés par Kaguya. Shidou, dans la panique, joignit ses mains, et se prépara à réceptionner l’attaque de Tohka.

Mais, après que la balle eut heurté directement son visage au lieu de ses mains, elle rebondit violemment vers les airs. Le violent impact affecta sa tête, il vit des étoiles danser autour de lui.

« Gueeh ?! »

« Ok ! Shidou va être retiré de cette équipe puisque la balle l’a frappé, non ? »

« … Non, je n’ai jamais entendu parler d’une telle règle. »

Il pouvait entendre ce genre de choses en provenance du terrain opposé. Il semblait que c’était la raison pour laquelle le service de Tohka l’avait visé.

« Eloge. Joli. »

C’était la voix de Yuzuru qu’il entendait dans son état de conscience floue.

« Déterminée. Kaguya. »

« Ok ! »

Yuzuru fléchit ses jambes et joignit ses deux mains, ses paumes dirigés vers le haut. A ce moment-là, Kaguya qui s’était élancée, posa un pied dessus, et Yuzuru la projeta dans les airs.

« Quo… ! »

« … ! »

Il put entendre les voix de Tohka et Origami venir de l’autre côté du terrain. L’instant d’après…

« Haaaaa ! »

Kaguya, qui était dans les airs, frappa la balle… balle qui traversa le terrain adverse tel une flèche. C’était vraiment une belle attaque.

« Ok ! On est au même score ! Vous avez vu, les SALOPES ! »

Kaguya exprima ces mots comme si elle avait oublié son ton de voix habituel et tout en prenant la pose dans les airs.

En retombant au sol, elle échangea un tope-là avec Yuzuru d’une façon extrêmement naturel.

Date5 199.jpg

« Yahooo ! »

« Excitée. Yahoo. »

« Yaa ! C’était parfait Yuzuru. Byuun, ça à fait Byunn ! »

« Positive. C’était une magnifique attaque. Comme on aurait pu s’y attendre de la part de Kaguya. »

« Non, non, c’était grâce à Yuzuru que… »

Toutes les deux levèrent leurs épaules à ce stade et, *fuun*, détournèrent leurs regards.

« Fuuun… ne sois pas prétentieuse, voyou. Considère que c’est un honneur d’avoir été touchée par mon pied. »

« Déplaisant. L’odeur s’est accrochée sur mes mains. Ça pue. Ça sent comme un mélange de maquereaux séchés, de natto[5] et de surstromming [6]. »

« Je… ils n’ont pas cette odeur-là ! »

Et, elles commencèrent à se chamailler comme auparavant. Une scène qui n’avait pas l’air étrange du tout.

Malgré tout, Shidou n’avait pas le plaisir d’y assister. Alors qu’il entendait des « Shidou ! Tu vas bien ?! » à ses oreilles, ce qu’il restait de sa conscience sombra dans les ténèbres.

Partie 4[edit]

« Ouch, ouch… »

Shidou se frottait la bosse sur sa tête tout en marchant lentement vers les toilettes de la plage.

Au passage, au moment où il avait dit qu’il allait aux toilettes, parmi les filles, quelques-unes lui avaient dit que c’était dangereux puisqu’il n’était pas encore complétement rétabli. A l’instant, elles dirent « je vais te suivre » et elles essayèrent de l’aider, mais il refusa en frottant poliment son crâne sur le sable.

« … Est-ce que tu vas bien, Shin ? »

Il entendit la voix de Reine dans son oreille droite. Shidou dit tout en affichant un sourire narquois comme s’il était fatigué :

« Eh bien… d’une certaine façon. Comment ça se passe de l’autre côté ? »

« … Honnêtement, je ne peux pas encore te dire. Ce qu’il reste à faire c’est agiter leur opposition autant que possible mais… »

Soudainement, Reine s’interrompit.

« Reine-san ? Qu’est-ce qui ne va pas ? »

Demanda-t-il tout en levant ses sourcils, mais, immédiatement, il en comprit la raison.

C’était parce que faisant suite aux paroles de Reine, le visage de Kaguya était apparu en provenance du côté des toilettes.

« Kaguya… ? Qu’est-ce que tu fais ici ? N’étais-tu pas supposée attendre là où sont les autres ? »

« Kuku… Pour moi qui dispose de la protection de la tempête, ce genre de distance n’a aucune importance. »

« … Eh bien, ce doit être vrai. Cela dit, je t’en demanderais surtout la raison… »

Lorsqu’il prononça ces mots, Shidou fut immédiatement attrapé par elle. Il s’avachi tout en criant :

« Je, je t’ai dit que je n’ai pas besoin d’aide ?! »

« Huh… ? »

Le visage de Kaguya devint rouge, puis elle eut une absence pendant un court instant.

« Qu, je l’ai dit sans penser ! Ne le prends pas mal ! »

« C, c’est vrai… ? »

« N’est-ce pas évident ?! Pou, pourquoi est-ce que je devrais… err… »

A ce moment-là, Kaguya se cacha le visage de honte et interrompit la phrase de Shidou.

« Aa ! Quoi qu’il en soit, je suis venu pour une autre raison ! »

« O, ou… ! »

Involontairement, Shidou acquiesça, puis il baissa son ton de voix et posa la question à travers son Incam :

«  Reine-san, est-ce que c’est une instruction à toi ? »

« … Non, je ne lui ai rien dit. »

Pendant qu’il était en conversation avec Reine, Kaguya l’appela comme si elle était irritée :

« Hey, ne m’ignore pas. »

« Aah, au tant pour moi. »

Après que, sous l’effet de la panique, Shidou ait repris sa position normale, il fit face à Kaguya. Mais… en parlant de cela, il y avait une chose qu’il se demandait… Il fixa le visage de Kaguya tout en se grattant les joues :

« A propos… est-ce que tu vas continuer d’utiliser cette voix ? »

« Ah. »

Le visage de Kaguya exprima la surprise.

Puis, elle eut un toussement, elle s’éclaircit la voix maladroitement et prit une pose cool.

« Kuku… Tu as été abusé par mes bouffonneries. C’est très drôle de te voir danser au creux de mes mains. »

« … »

« … Pourquoi tu me regardes comme ça ? »

Les lèvres de Kaguya exprimèrent un *buu* de mécontentement. Pour sa part, Shidou afficha un sourire ironique sans conviction alors qu’il se gratta les joues.

« Non… Je me demandais pourquoi tu te forces spécifiquement à utiliser ce genre de voix… »

« Je ne force pas ! C’est normal ! »

« Elle est revenue, elle est revenue ! »

« Hah… ! »

Après que le visage de Kaguya prit un air choqué, elle soupira et grommela doucement :

« … C’est comme ça. Puisque je suis un Esprit. Ne suis pas genre super puissante ? Ne suis-je pas avoir un genre de dignité comme ça, non ? »

« … C’est donc ça… »

Les sourcils de Shidou se rapprochèrent et il grommela un *oui, oui*. Il avait rencontré pas mal d’Esprits jusqu’à maintenant, mais il n’y avait aucune autre fille de ce genre-là.

« Eh bien, n’est-ce pas évident ? Puisque j’ai une fière naissance et des circonstances tragiques de prévue, tu sais ? Je me dois d’avoir une personnalité de ce niveau. »

« Bon… si tu es d’accord avec ça, c’est bon alors. Du coup ? Qu’est-ce qu’il en est ? »

Lorsque Shidou prononça ces mots, *Ahh*, Kaguya émit ce son tout en hochant de la tête, puis elle poursuivit :

« C’est plutôt ennuyeux, du coup je vais continuer comme ça… Actuellement, Yuzuru et moi sommes en conflit pour toi, n’est-ce pas ? C’est à propos de la conclusion de demain… »

« Aah… Je m’en doutais. Attends, tu…ne me dis pas… ? Je m’y attendais, ne serait-ce pas un genre de coup en traître ? »

Il sourcilla alors qu’il pensa que Kaguya venait le voir pour un complot à son avantage.

… Mais, Kaguya déballa quelque chose de totalement inattendu :


« … Shidou ! Demain… choisis Yuzuru ! »


« Heh ? »

Face à ces mots qui n’étaient pas prévus dans ses hypothèses, ses yeux s’ouvrirent en grands sous le coup de la stupeur.

« Ne…heh… »

Kaguya leva ses épaules et reprit :

« Il n’y a pas vraiment de quoi s’inquiéter, n’est-ce pas ? En effet, elle est super mignonne. Même si elle est un peu asociale, elle est obéissante, elle a une grosse poitrine et n’est-elle pas un genre de personnage super-moe[7] crée par les fantasmes des hommes ? En plus, si tu la choisis elle, elle te rendra probablement une tonne de services[8], pas vrai ? Tu n’y gagnerais rien à ne pas la choisir. C’est pourquoi… »

« At, attends un instant ! »

Shidou organisa ses pensées encore confuses alors que Kaguya s’arrêta de parler. Il ne pouvait pas saisir ce qu’elle venait de dire. Non, il en comprenait bien le sens, mais, si demain, il choisissait Yuzuru, cela voudrait dire…

« Kaguya, tu… as bien dit que le vainqueur de ce duel deviendrait la personnalité principale de Yamai, non ? »

« Oui, je l’ai dit. »

« … Tu as dit que la perdante serait consumée par le vainqueur et disparaîtrait, non ? »

« Oui, en effet. »

« Donc, pourquoi… ? »

Lorsque Shidou posa cette question comme extirpée de sa gorge, Kaguya se gratta la tête tout en arborant un sourire gêné.

« Unn… Eh bien, même si je ne veux pas disparaître, bien plus encore… je veux que Yuzuru continue de vivre. Je veux qu’elle puisse voir encore plus de choses, qu’elle puisse voyager et s’amuser dans ce monde. »

« … Uh, tu… »

Même si Shidou grommela douloureusement, Kaguya ne réagit pas et continua :

« Au contraire, tout aurait été résolu si tu n’avais pas fait irruption à cet instant-là. J’allais utiliser une attaque éblouissante et j’aurais été battue et tout ça se serait achevé. »

Kaguya avait pointé du doigt Shidou tout en disant cela.

Le visage de Shidou se déforma. Une douleur détestable, comme si on lui arrachait le cœur, le frappa à la poitrine.

« Eh, eh bien, la première à me faire tomber amoureuse d’elle est la gagnante, c’est… »

« Aah, quoi ? Eh bien quoi, n’est-ce pas évident, Yuzuru est la plus mignonne. Puisqu’il s’agit de ce genre de duel, il n’y a aucun doute que Yuzuru gagne, pas vrai ? »

« Mais, c’est… »

Lorsque Shidou était sur le point de finir sa phrase, Kaguya se mit d’abord face à lui puis elle lui mit l’index sur les lèvres pour l’empêcher de poursuivre.

« Je ne demandais pas vraiment ton opinion. Tout ce que tu as à faire demain c’est de dire que Yuzuru est la plus mignonne. Hahaha, lovely lovely[9] Yuzuru-tan… Si ce n’est pas le cas, je vais exploser cette île tout entière avec tous tes amis. »

Kaguya plissa les yeux en plein milieu de sa phrase et prononça-t-elle ces mots à basse voix.

Shidou engloutit, *gulp*. La menace qu’il avait oubliée jusqu’à maintenant refaisait surface suite à ces mots.

Shidou se tint-là nerveusement sans bouger, *Fuu*, Kaguya perdit son expression et recula.

Puis, elle se retourna et prit une pose extrêmement cool.

« Kuku… Eh bien, j’en ai fini, humain. Notre échange en cet instant fait office de pacte de sang. Apprends qu’à partir de maintenant ton corps sera consumé jusqu’à la moelle par mes Fegefeuer Flame[10] si tu romps ce pacte ! »

Sur ces mots, Kaguya s’enfuit en courant.

Shidou ne pouvait faire rien d’autre que rester planté-là.

« … Shin. »

Après quelques instants, ses épaules réagirent à la voix de Reine qui s’exprimait dans le communicateur de son oreille droite.

« Reine-san, c’était… »

« … Aah, j’ai entendu. C’est devenu… quelque chose de bien difficile. Si c’était les vrais sentiments de Kaguya malgré une bonne stratégie… eh bien, demain, il y a une forte probabilité que Kaguya ne réagisse pas au baiser que tu pourrais lui donner… afin de laisser gagner Yuzuru. »

« … Guh… »

Shidou serra son poing.

C’est vrai qu’il y avait ça. C’était une situation très grave.

Mais, au-delà de ça…

La détermination de Kaguya de se sacrifier en vue de laisser vivre Yuzuru… pesait lourdement sur le cœur de Shidou.

Néanmoins, il ne pouvait rester-là abasourdi. Il commença à marcher en traînant péniblement ses jambes. S’il s’absentait trop longtemps, Tohka, Origami et, d’autant plus, Yuzuru, finiraient par s’inquiéter…

« Arrête. Shidou, arrête-toi, s’il te plait. »

« … !? »

Soudainement, une voix lui parvint depuis son dos, ses épaules sursautèrent.

C’était indubitablement la voix de Yuzuru. Pendant un instant, il pensa que c’était une hallucination auditive, mais… c’était incorrect. Il se demanda depuis quand elle était-là, juste derrière lui.

« Yu, Yuzuru… ? »

« Réponse. Oui, c’est ce que Yuzuru répond. »

C’est avec sa voix sans aucune tonalité, avec son attitude calme et ses manières sereines, que Yuzuru acquiesça.

« Qu, qu’est-ce qui ne va pas ? »

Lorsque Shidou posa cette question, alors que des gouttes de sueurs perlèrent de son front, *Fuu*, Yuzuru tourna son visage dans la direction qu’avait prise Kaguya en s’enfuyant et dit doucement :

« Question… de quoi avez-vous parlé avec Kaguya ? »

« … ! »

Shidou engloutit, ses battements cardiaques, qui s’étaient calmés, palpitèrent à nouveau violemment.

« Qu’est-ce que…errr. »

Alors que Shidou était plongé dans ses pensées, Yuzuru eut un petit haussement d’épaules et elle soupira.

« Se reprend. Non, comme prévu, c’est bon. Yuzuru peut très bien deviner… »

« Uh, V, Vrai… Vraiment ? »

« Affirmatif. Le plus probable… à l’occasion de la sélection de demain, elle t’a demandé de la choisir, non ? »

« Non… c’est… »

Yuzuru utilisa la paume de sa main pour arrêter Shidou.

« Question. Bien que Yuzuru ne prête pas attention à cela, mais est-ce que Kaguya a fait quelque chose pendant cet échange ? »

« Quoi… comme quoi ? »

« Exemple. Yuzuru demande si, par exemple, elle a enlacé Shidou et fait glisser sa langue sur son cou, ou encore si elle a mis ton visage entre ses seins, ou si elle a mis ses mains dans ton maillot de bain et touché ton aine. »

« Elle, elle n’a rien fait de tout ça ! »

Face à ces paroles inattendues, Shidou avait crié involontairement. Yuzuru secoua sa tête, *pff*, comme si elle abandonnait.

« Déception. Kaguya, c’est pas bien. Tu es trop naïve. Si Kaguya séduisait correctement, Shidou tomberait aisément au stade d’un singe en rut. »

Il semblait qu’il était en quelque chose insulté, mais, plus important, Shidou remarqua que la manière de parler de Yuzuru était déplacée.

C’était parce que les paroles de Yuzuru exprimaient comme…

« Demande. Yuzuru a une demande pour Shidou. »

Comme pour interrompre les pensées de Shidou, Yuzuru avait pris la parole.

« Une demande… ? »

En entendant un mot comme celui-là, des gouttes de sueur coulèrent le long de sa colonne vertébrale. Involontairement, il engloutit.

Sa gorge lui faisait mal et ses battements cardiaques commencèrent à s’accélérer, *Boum boum*. Ses vaisseaux sanguins s’élargirent rapidement et il avait l’impression que son corps tout entier se vidait de son sang.

Toutefois, à l’opposé, son esprit était comme intoxiqué, il était devenu brumeux. Et, à l’intérieur de tout cela, il y avait seulement ce… mot qu’il avait entendu quelques minutes avant, qui revint parfaitement à son esprit.

« Consentement. C’est correct. »

Après qu’elle ait hoché brutalement de la tête, elle poursuivit sans aucun enthousiasme :


« Demande. Shidou, pour ce duel, s’il te plait, choisis absolument Kaguya. »


« … »

Shidou resta sans voix.

Probablement qu’au moment-même où il avait aperçu Yuzuru, il aurait pu d’une manière ou d’une autre le prédire.

Face à la réaction de Shidou, Yuzuru secoua la tête dubitative.

« Question. Yuzuru trouve que la réaction de Shidou est inappropriée. »

« Uh, non, rien du tout… »

« Requête. Plus important encore, s’il te plait, demain, Shidou doit choisir Kaguya. C’est une promesse. »

« Pou- pourquoi… quelque chose comme ça ? »

« Explication. Kaguya est supérieure à Yuzuru. Il n’y a pas de place au doute. Même Shidou a dû remarquer la beauté de Kaguya. Même si elle prétend être dure, elle est la plus honnête, puis elle a un corps fragile qui semble pouvoir se briser au moindre contact et la sensation de l’enlacer devrait être décrite comme une sorte de paradis. Si Shidou choisit Kaguya, il est plus que probable qu’elle fasse un tas de chose pour toi. Kaguya doit, absolument… »

« C’est parce que si Kaguya gagne, Yuzuru va… »

Lorsque Shidou prononça ces mots, Yuzuru baissa ses yeux et acquiesça. Les seules choses auxquels Shidou pensait à présent étaient tous ces mots qui avaient été dit encore et encore.

« Kaguya est la plus appropriée pour devenir la véritable Yamai. Même Shidou le sait clairement en cette journée, n’est-ce pas ? Kaguya est très charmante. Il n’y a aucune raison de ne pas la choisir. »

« C’est, c’est à cause de ça que toutes les deux vous êtes si compétitives… »

« Explication. Même si Kaguya paraît comme ça, elle est une fille timide. A moins que Kaguya ne soit provoquée, elle ne se conduit pas comme ça. »

« … »

Lorsque Shidou se tut, Yuzuru s’approcha de lui et lui chuchota à l’oreille :

« Souvenir. Demain, s’il te plait, dis que Shidou choisira Kaguya. Si ce n’est pas le cas, le malheur frappera tes amis. »

Après avoir lâché ces mots de menace, semblables à ceux de Kaguya, Yuzuru s’enfuit.


Partie 5[edit]

« … »

Au moment du rassemblement, Ellen, qui avait été finalement déterrée de son trou dans le sable, était assise au sol le long de la côte, elle tenait ses genoux et regardait la mer.

La cible était déjà revenue de ce côté-là de la plage et était allée dans le vestiaire pour se changer. Elle était passé à l’instant à côté d’Ellen qui, à ce moment-là était encore enterrée dans le sable (la partie supérieur sculpté dans le sable avait été remodelée pour devenir le torse d’un bodybuilder), et invariablement elle avait ri à s’en tenir le ventre.

Au passage, le garçon, Tonomachi, qui avait été déterré à peine un peu avant elle, étirait ses bras d’une manière respectueuse, mais, puisque c’était tout de même stressant, Ellen le jeta dans le trou duquel elle était sortie et le recouvrit une nouvelle fois de sable.

« … Madame la Directrice Générale… errr. »

Provenant de l’Incam, la voix embarrassée d’un opérateur se fit entendre.

« … Je vous écoute… Ne vous inquiétez pas… Ce n’est rien… Je vais appliquer ma méthode préférée cette nuit… Il n’y a pas de problème… Je vais l’attraper comme il se doit à l’hôtel. »

« Je, je le pense aussi… »

La voix de cette sorte d’opérateur était plutôt fatiguée.

Partie 6[edit]

En cette journée, le dîner n’avait pas de goût.

Ce n’était pas comme si le chef cuisinier de l’hôtel ne prenait pas assez considération la santé de ses clients ou si le sens du goût de Shidou était abîmé, c’était tout simplement parce que son esprit était attiré ailleurs.

Après avoir fini son repas sans engager de conversations avec personne, il marcha lentement dans le couloir de l’hôtel tout en s’immergeant distraitement dans ses pensées.

Durant la journée, les paroles que Kaguya et de Yuzuru avaient débitées tourbillonnaient encore dans son esprit.

… En vue de laisser l’autre vivre, elles avaient choisi de mourir elles-mêmes.

Au moment où Shidou avait entendu ça, pendant un instant, il avait été incapable de les écouter.

Mais, par exemple…

Si Shidou n’avait pas sacrifié sa vie, sa sœur Kotori serait morte.

Très certainement… il y aurait répondu en secouant sa tête sans hésitation.

Ce n’était pas la même chose que ce genre de motivations narcissiques, tel que le sacrifice de soi ou l’abnégation.

Mais simplement que toutes considérations faites, c’était son seul choix.

Si ce genre de choses… ce genre d’options était toujours invalide, alors son cerveau ne pouvait plus que s’en remettre à des jugements.

« … Dou. »

Non… non pas que cela. C’était plutôt… Shidou devrait être content d’apprendre que Kaguya et Yuzuru ressentent la même chose l’une pour l’autre. Mais…

« Oi, Shidou ! »

« Uh ?! »

Une puissante voix s’exprima dans ses oreilles et, immédiatement, Shidou ouvrit les yeux.

« Sérieusement, tu réalises enfin, Shidou ? »

Sans savoir depuis quand elle était là, Tohka en yukata avait prononcé ces mots et, *Puff*, elle avait gonflé ses joues.

« To, Tohka… Depuis combien de temps es-tu là ? »

« Je marche derrière toi depuis un moment. »

Tohka fixa son visage.

« Que… quoi ? »

« Rien. »

Après que Tohka ait détourné son regard, *Fuu*, elle afficha un petit sourire et prit fermement les mains de Shidou.

« Shidou, si ça te va, pourquoi n’irions-nous pas dehors un petit moment ? »

« Eh… ? »

« La plage pendant la nuit… je veux voir ça. »

Dit-elle en tirant sur les mains de Shidou.

« Ah, atten, Attends une secon… »

Shidou raidit ses jambes sous le coup de la panique et arrêta la progression de Tohka.

« Non, n’est-ce pas mauvais de sortir de notre propre initiative ? En plus, les professeurs vont venir contrôler bientôt… »

Lorsqu’il prononça ces mots, les lèvres de Tohka s’ouvrirent et elle soupira, *Haa*.

« … Désolé, Shidou. Je t’ai un peu menti. »

« Eh ? »

« Err… Comment dire… ? Même si nous sommes venus en voyage scolaire, pour diverses raisons… nous n’avons pas beaucoup parlé ensemble, pas vrai ? C’est pourquoi… Shidou, je voudrais qu’on discute. »

« … Uh. »

« Je ne suis pas… autorisée ? »

Sur ces mots, elle leva les yeux et fixa Shidou.

« … Non, c’est, c’est… »

S’il existait un homme capable de dire « non » après ça, il aurait bien aimé connaître une telle personne. L’instant d’après, Shidou fut traîné par Tohka dont le visage était souriant.

« Haai ! Le moment tant attendu, le jeu de caaaarte ! …Ah ! Tiens ? »


Aii, qui avait débarqué dans la chambre tout en criant, regarda dans la pièce et secoua la tête.

A l’intérieur, il n’y avait que Mai et Mii.

« Tiens, où est Tohka-chan ? Et Kaguya-chan ? »

Lorsqu’elle posa la question, Mai, qui était couchée et qui feuilletait le guide touristique, ainsi que Mii, qui était en plein combat de boxe contre le fil qui pendait du lampadaire, se tournèrent dans sa direction.

« Un… S’il est question de Tohka-chan, elle est avec Itsuka-kun. N’est-elle pas devenue intime avec lui ? »

« J’ai aussi vue Kaguya-chan. Elle longeait les murs et les espionnait. »

Face à leurs paroles, *Hohoo*, Aii caressa son menton.

« Vous plaisantez ? Ne me dites pas que c’est un triangle amoureux ? Kyaaa… On dirait presque un drama de l’après-midi. »

Après qu’un sourire quelconque se soit dessiné sur le visage d’Aii, elle baissa son regard en direction des cartes qu’elle avait entre ses mains.

« Eh bien, si tel est le cas, nous n’avons pas assez de joueurs. Je pense qu’on peut jouer au Daifugou[11]. »

Sur ces mots, Aii leva les épaules et les deux autres, *Haha*, se mirent à rire.

« Pour ça, il nous faut 5 personnes. »

« Pourquoi ne pas appeler Yuzuru-chan ? »

« Non, je suis allée dans sa chambre, mais il semblerait que Yuzuru-chan n’est pas là non plus. Bien que j’ai trouvé Ellen, je l’ai perdu à mi-chemin. Je me demande où tout le monde est allé ? »

Après que Aii ait soupiré, *Fuu*, elle proposa de jouer au shichinarabe[12], puis elle commença à battre les cartes.


« … Haa, haa. »

Tout en étant collé au mur extérieur de l’hôtel, Ellen expirait et reprenait son souffle.

Puis, elle jeta un regard à l’intérieur de l’hôtel et souffla de manière décontractée après avoir confirmé qu’il n’y avait personne.

« … Je l’ai échappé belle. »

Elle se parlait à l’elle-même au cours de ce monologue. Suite à quoi, elle essuya la sueur de son front. Après avoir repéré que la cible, Yatogami Tohka, sortait avec un étudiant, au moment-même où elle avait pensé que c’était une bonne chance et qu’elle s’était mise à les suivre, une voix s’était fait entendre derrière elle : « Ellen-saaaaaaaaaan ! Allez, jouooooooooooonns ! ». C’était la voix de son ennemi naturel.

Suite à quoi, elle s’était échappée de la zone paniquée. Franchement, son cœur battait encore la chamade à l’instant.

« Eh, Eh bien, pas moyen, c’est ma chance ! »

Après avoir jeté un nouveau coup d’œil à l’hôtel, juste au cas où, elle porta sa main à l’Incam.

« <Arbatel>, vous avez vu ça ? La cible s’est éloignée d’elle-même de l’hôtel. Le moment est venu. »

« … Compris. »

« Et aussi… S’il vous plait, envoyez aussi un <Bandersnatch> dans cette zone et laissez-le en attente. »

« Je ne vais pas contester, mais pourquoi ? »

« … Il y a le sergent-chef Tobiichi à l’intérieur de l’hôtel. Je pense que c’est une mesure inutile, mais… si à tout hasard, elle venait à avoir d’étranges comportements, je vous laisse la charge de la contrer. »

« Roger. »

Suite à la confirmation de l’opérateur, Ellen s’éloigna dans la nuit.

Partie 7[edit]

Il n’y avait personne d’autre sur la plage en pleine nuit, le boucan qui avait eu lieu au cours de la journée avait laissé place au silence, comme s’il n’avait été qu’un mensonge.

Cela dit, la plage privée, où Shidou et les autres étaient allés, avait été calme même en après-midi.

Shidou et Tohka, à allure lente, longeaient le brise-lames tout en parlant de choses et d’autres.

« … Eh bien, hier soir, j’ai fait une bataille d’oreiller avec Aii, Mai et Mii. »

« Haha… Tu as réellement fait ça ? »

« Umu. Au début, c’était un combat contre Tobiichi Origami pour déterminer qui s’occuperait de toi, mais, en plein milieu, ça s’est animé et, finalement, nous nous sommes battues jusqu’à ce qu’une de nous tombe de fatigue ou de sommeil. »

« … Je, je vois. »

Shidou eut un sourire narquois et désarmé. Si leur match s’était fini plus rapidement et qu’il eut resté des forces à l’une d’entre elle, la nuit d’hier aurait été probablement un nouveau désastre pour lui.

Mais, peu importe… comment dire ? Puisqu’ils échangeaient une conversation sans importance, pour diverses raisons son humeur devint plus relaxée.

Et, ainsi, après avoir pris une petite avance sur lui, Tohka se retourna soudainement.

« Donc… Shidou. Qu’est-ce qui s’est passé ? »

Sur ces mots, *Babump*, Shidou sentit son cœur s’emballer.

« … Uh, qu’est-ce que tu veux dire… ? »

« Non, même si je n’en suis pas très sûre, quelque chose s’est passé, n’est-ce pas ? »

« Pou, pourquoi est-ce que tu penses ça… ? »

Lorsque Shidou posa cette question, Tohka, avec un « unnn… », toucha son menton avec son index.

« D’une certaine façon, je peux sentir que tu es inquiet. Je suppose… errr, à cette époque… cette sensation est assez proche de cette fois-là avec Kurumi. »

Tohka prononça ces mots tout en grommelant légèrement. Shidou ouvrit grand ses yeux.

Tokisaki Kurumi, cet Esprit maléfique qui tue des humains de son propre gré.

Le mois précédent, Shidou avait été choqué, dans le monde réel, en apprenant la vraie nature de cette fille… et, c’était les mots de Tohka qui l’avaient sauvé.

« Non, si ce n’est rien, ça va. C’est probablement parce que j’y pense trop. »

« … »

Face aux paroles de Tohka, Shidou eut un long soupir.

« C’est à cause de ça, Tohka ? C’est pour cette raison que tu m’as fait sortir ? »

« Mu… eh bien, c’est ça. Non, c’est vrai, je voulais te parler, Shidou. »

Tohka formula ces mots alors que ses joues devinrent légèrement rougeâtres. Ce geste était adorable au-delà de toute attente… et, sous le coup de la reconnaissance, Shidou se relâcha involontairement.

« … Hey, Tohka. Veux-tu bien m’écouter ? »

« Mu ? Umu, je suis prête à écouter n’importe quoi. »

Tohka acquiesça. Après que Shidou en eut fait de même, il commença lentement à s’expliquer :

« Tu vois Kaguya et Yuzuru, non ? Ça va sonner un peu comme un mensonge, mais, en réalité, ces deux sont… »

Tout en occultant avec talent le concours de séduction et tout ça, il lui expliqua qu’elles étaient toutes les deux des Esprits, qu’elles étaient en conflit et… que la perdante perdrait la vie.

Au début, Tohka hochait de la tête en lâchant des *fumu**fumu*, mais, à cet instant-là, elle eut une expression choquée.

« Quoi… c’est quoi ce genre de choses ? »

« Aah. Et ainsi… le sujet principal commence ici-même. Actuellement… cette après-midi, Kaguya est venue me dire ‘choisis Yuzuru’. »

« Quoi… ?! C’est absurde, si ça venait à arriver alors Kaguya dispa… »

Accompagnant ces mots, Tohka agita sa tête légèrement.

« Non, mais, je vois… Moi aussi, si on me disait que Shidou allait mourir si je ne meurs pas alors… je ferais ça également. »

« Tohka… »

Date5 221.jpg

Lorsque Shidou l’interpella, ses épaules tressaillirent de surprise.

« Nu, non, rien ! Continue ! »

« A, aah… »

Après s’être gratté les joues, il poursuivit :

« Et… tout de suite après ça, Yuzuru est venue me dire la même chose : ‘S’il te plait, choisis Kaguya’. »

Les yeux de Tohka devinrent pleins d’interrogations.

« Quoi… donc Kaguya et Yuzuru sont… »

« Aah… chacune essaye de faire survivre l’autre, même si elle-même doit disparaître. Kaguya pour Yuzuru, Yuzuru pour Kaguya, elles pensent à la survie de l’autre. Et, du coup… comment dire… je ne sais pas quelle est la bonne chose à faire. »

Sur ces mots, Tohka grommela *umu*, puis elle se tut.

Après ça, pendant quelques temps, elle leva ses sourcils comme si elle réfléchissait.

Cela dura quelques secondes puis elle recommença à parler avec une voix douce :

« Hey… Shidou. Ce que j’en pense c’est… »

Et… à cet instant précis, venant d’en face d’eux, des bruits de pas fermes se firent entendre. Shidou leva la tête.

Son corps se raidit alors qu’il vit une fille en yukata.

… Oui, c’était bel et bien Yamai Kaguya qui se tenait-là.

« Ka, Kaguya… ?! Pourquoi es-tu ici… ? »

« Qu’est-ce que c’était… juste à l’instant ? »

Sans répondre à la question, Kaguya avait rompu son silence… mais c’était d’une voix violente et colérique.

« Yuzuru… moi ? Hah… ? Je ne comprends pas la signification de tout ça. Qu’est-ce que tu viens de dire ? »

Tout en murmurant à elle-même comme si elle exécutait un monologue intérieur, Kaguya grinça des dents et serra son poing. Suite à quoi, s’ajoutant à tout cela, un vent froid se leva dans les environs.

« Kaguya, calme-toi… »

Shidou avait prononcé ces mots contraint par l’inquiétude de son cœur. Mais, il paraissait que Kaguya ne l’avait pas du tout entendu. Elle injectait de plus en plus de force dans son poing alors que son corps entier tremblait.

Puis… juste après ça.

« … ?! Yuzuru… ?! »

Lorsque Shidou se retourna pour entendre l’origine des bruits de pas derrière lui, juste-là, Yuzuru faisait face à Kaguya en contre-plongée et faisait la même chose qu’elle.

« Question… Répétition. Kaguya a dit… ‘choisis Yuzuru’ ? C’est ce que Kaguya a dit ? »

« Ecoute, Yuzuru… »

« N’essaye pas de me baiser ! »

Avaient-elles dit toutes les deux, d’une voix similaire à un rugissement féroce, alors que, de chaque côté, des vents terribles émanèrent d’elles.

« Uwah… ?! »

« Kuh… ! »

Shidou et Tohka, qui étaient tout simplement trop proches d’elles, sous l’effet de cette soudaine rafale, furent projetés au sol.

Réussissant, d’une certaine manière, à s’accrocher au brise-lames et à lever son corps, Shidou put porter à nouveau son regard sur toutes les deux.

Ces vents violents s’enroulaient autour de leurs corps alors que les vêtements qu’elles portaient jusque lors devinrent des particules de lumière.

A la place, une sorte de camisole de force apparue et les enserra, puis des loquets surgirent sur leurs nuques, leurs mains et leurs jambes.

… Des Tenues Astrales, les armures absolues qui protègent les Esprits.

Ça ne s’arrêta pas là.

Toutes les deux tendirent respectivement leurs mains, -la main droite pour Kaguya et la gauche pour Yuzuru,- en direction de l’autre. Ce faisant, une aile inorganique apparut depuis l’épaule de Kaguya. Comme si ce n’était que le début, un gantelet métallique étincelant se forma sur sa main droite… et sur l’extrémité de celle-ci, une lance géante qui excédait aisément la taille de son corps se manifesta.

« <Raphaël>… [El Re’em] !! »

Et, avec exactement le même timing, une aile inorganique poussa sur l’épaule gauche de Yuzuru. Sa main gauche se couvrit d’une armure et, dans sa main, elle empoigna une chaîne avec à son extrémité une lame en forme de losange. Cela ressemblait à un pendule utilisé pour la radiesthésie[13].

« Accord. <Raphaël>… [El Nachash]. »

Kaguya pris la pose avec sa lance alors que Yuzuru fit flotter dans les airs la lame attachée au bout de sa chaîne.

Le visage de Shidou vira au bleu.

Ce que toutes les deux venaient de manifester à l’instant était sans aucun doute leurs Anges. Sans conteste, l’arme la plus puissante des Esprits.

En l’espace d’un instant, diverses pensées s’agitèrent dans sa tête.

« N’essaye pas de me baiser ! » Le sens de ces mots qu’elles avaient toutes deux prononcés. Etait-ce quelque chose qu’elle avait exprimé à l’égard de Shidou pour avoir révélé leur secret… ou, était-ce dirigé vers Tohka pour en avoir discuté avec Shidou ? Il semblait qu’aucune des deux n’était en mesure de préciser.

Toutes les deux, -Kaguya tournée vers Yuzuru et Yuzuru vers Kaguya, - se lançaient des regards perçants alors que des mots détestables sortirent de leurs bouches :

« … Il semblerait que tu aies fait quelque chose pour me baiser, Yuzuru. Me choisir, moi ? »

« Réfutation. Kaguya aussi. Qu’est-ce que tu planifiais ? Yuzuru ne se souvient pas avoir demandé quelque chose comme ça. »

Accompagnant ces paroles, les vents qui soufflaient dans les alentours s’intensifièrent encore plus.

« … C’est pas bon. Comme prévu, c’est pas bon. Je pensais que cette méthode de duel déboucherait sur une raisonnable et paisible conclusion, mais j’ai oublié de prendre en compte ton idiotie. »

« Consentement. Yuzuru a perdu patience quant au degré de stupidité de Kaguya… Finalement, ça devait se finir comme ça. Le duel que nous avons commencé toutes les deux… laisser quelqu’un d’autre décider de la conclusion, au final, c’était juste trop en demander. »

Suite à quoi, toutes les deux préparèrent leur lance ou leur chaîne.

« Je suppose que tu as raison. Comme prévu, il semblerait que nous n’ayons pas d’autre choix que de finir cela par nous-même. Ça me va. A l’instant, je suis au plus haut point de cassage de couilles de ma vie à ton égard. »

« Contre-attaque. Yuzuru également. Yuzuru ne peut pas cacher son irritation et sa colère contre le manque de considération de Kaguya. »

« … la méthode de duel est… »

« Naturellement. C’est évident. »

Kaguya et Yuzuru, une fois de plus, s’exprimèrent en même temps.


« … La dernière à tomber, GAGNE ! »


La seule chose qui le témoignait, c’était…

Un conflit… qui ne se finirait pas avant qu’une des deux ne soit défaite.

« Arrê… »

Sans être entendue, la voix de Shidou se perdit alors que toutes les deux se foncèrent dessus, accompagnées de vents particulièrement violents.

Partie 8[edit]

Soudain, *whack**whack**whack*… alors qu’elle réfléchissait, le bruit du vent extérieur retentit comme un tremblement de terre, *criii**criii*, les murs extérieurs de l’hôtel commencèrent à craquer.

Il y avait diverses réactions parmi les étudiants à l’intérieur de celui-ci : ceux qui allumèrent la télévision pour s’informer sur la météo, ceux qui étaient effrayés par le tonnerre, et qui s’empressèrent de se cacher sous leur futon, et ceux qui étaient nonchalants et qui rigolaient en disant que c’était une bonne chose que la tempête ne soit pas arrivée pendant l’après-midi.

Néanmoins, bien évidemment, personne ne quitta l’hôtel afin d’éviter d’être emporté par le vent.

… Tous, à l’exception de Tobiichi Origami.

« … »

Elle mit silencieusement ses chaussures et posa ses mains sur la porte de l’hôtel.

La raison était simple et quelconque : lorsqu’elle était allé voir Shidou, précédemment, elle avait appris par Aii, qui logeait dans la même chambre que Tohka, que cette dernière avait été vue en train de sortir de l’hôtel avec lui.

Les actions d’Origami avait été rapides : elle avait dégagé les mains de Aii, qui avaient tenté de l’attraper pour l’amener à leur partie de jeu de cartes et, alors qu’elle courait vers l’entrée de l’hôtel, à mi-chemin, elle reçut un avertissement de la part de Tamae sur le fait « qu’elle ne devait pas courir dans les couloirs ». Les jambes d’Origami ne pouvaient pas s’arrêter à cause d’une tempête.

Elle n’était déjà pas contente d’apprendre que Shidou et Tohka étaient sortis ensemble, mais, pire encore, au cours d’une tempête comme celle-ci, il était extrêmement dangereux de sortir dans les alentours de l’hôtel à cause de la proximité avec la mer. Elle devait ramener Shidou aussi vite que possible.

La tempête était forte, mais elle n’était pas assez forte pour qu’on ne puisse pas marcher dehors. Origami poursuivit sa route…

« … ?! »

Elle ressentit une présence derrière elle et, immédiatement, elle s’écarta en sautant de sa position.

A cet instant, provenant de l’endroit où Origami se trouvait, *clash*, un bruit métallique se fit entendre.

« Que… »

Origami regarda la chose qui venait d’apparaître-là et ses sourcils le levèrent légèrement.

Elle vit une chose qui avait forme humaine avec son poing enfoncé dans le sol.

Pendant un moment, Origami pensa qu’il s’agissait d’un membre de l’AST. En réalité, ce genre d’équipement était similaire à une CR-Unit, donc similaire aux équipements officiels de l’AST. Elle ressentit un léger mal de tête au moment où le Territory s’activa à bout portant. Il n’y avait, très certainement, aucune erreur possible sur le fait qu’il avait activé un Realizer.

Mais… non, l’unité que cette chose portait n’était clairement pas humaine.

Un extérieur inorganique qui faisait penser à quelque chose qui n’avait pas de vie. Il avait également des mains et des jambes crochues uniquement conçues pour leur efficacité.

C’était une machine à l’apparence humaine qui était généralement désignée comme un robot ou une poupée.

« Qu’est-ce que c’est… que ce bordel ? »

Laissa échapper Origami comme si elle extirpait cette voix hors de sa gorge. Le Realizer ne pouvait être contrôlé que par un cerveau humain. Donc, pour qu’un robot humanoïde comme celui-ci puisse utiliser un Territory…

« Kuh… »

Ce genre de réflexion fut bien vite interrompu, la poupée inorganique bondit vers Origami.

Elle réussit à l’esquiver de justesse et à prendre autant de distance qu’elle put.

« Qui es-tu ? »

Misant sur ce mince espoir, elle essaya de lui parler, mais, comme prévu, elle ne répondit pas. Au lieu de cela, sans montrer la moindre réaction, elle attaqua plusieurs fois consécutives.

« … »

Origami esquiva au cheveu près, elle avait une sensation étrange.

Autant qu’elle pouvait le constater, la poupée était équipée d’un équipement basique tel que l’épée laser et le pistolet, mais, pour diverses raisons, elle ne témoignait aucune intention de l’utiliser contre elle, elle se contentait d’attaquer à mains nues.

C’était comme…si elle essayait de capturer Origami qui était désarmée… comme si elle était là pour l’empêcher d’aller plus loin.

« … ne me dérange… »

Esquivant par un bond en arrière, la voix d’Origami trembla de colère. Malgré le fait que le danger s’approchait de Shidou, elle était coincée ici.

Et, ainsi… à cet instant précis…

« … Tobiichi Origami, qu’est-ce que tu fais ? C’est dangereux dehors, dépêche-toi de revenir à l’hôtel. »

C’était la voix endormie du professeur Murasame Reine. Lorsqu’elle avait quitté l’hôtel, elle avait probablement été aperçue par quelqu’un, personne qui venait actuellement vers elle.

« … Professeur, rentrez ! »

Mais, avant même qu’elle ait pu finir sa phrase, la poupée avec qui elle se battait, *creak**creak*, tourna sa tête en direction de Reine.

« … hmmm ? Qui es-tu ? Je suis désolée mais notre étudiante… »

Elle prononça ces mots à l’intention de la poupée, mais, elle s’interrompit, très probablement, en remarquant que la personne à qui elle s’adressait n’était pas humaine.

Mais, c’était trop tard. La poupée changea de cible et chargea avec ses bras vigoureux tels des souches d’arbres en direction de Reine.

« Kuh… »

Après qu’Origami ait soupiré, immédiatement, elle frappa le sol du pied et poussa Reine.

L’instant d’après…

« Ka…ha… »

Elle reçut un violent coup dans l’estomac qui la projeta facilement en arrière.

Une douleur intense frappait son flanc et sa respiration devint difficile. Sa conscience s’embruma et sa vision devint floue.

« Professeur… dépêchez-vous, enfuyez-v… »

En même temps qu’elle aperçut la silhouette d’une poupée dans le dos de Reine, elle sombra dans l’inconscience.

Partie 9[edit]

« …Uh ! Vice-commandant. Dans la zone au nord de l’île d’Arubi, une terrible tempête s’est manifestée ! »

C’était la voix de <Deep love> Minowa qui accompagna l’alarme qui résonnait sur le pont du <Fraxinus>, vaisseau qui flottait au-dessus de l’île d’Arubi.

« Une tempête… apparue ? »

Kannazuki, qui se tenait à côté du siège du capitaine, caressa délicatement son menton d’un air dubitatif. Le vent est relatif à l’écoulement de l’air.

Normalement, ce n’est pas quelque chose qui débute aussi soudainement.

« Avons-nous un quelconque contact avec l’Officier Analyste Reine ? »

« Aucun ! »

  • Fumu*, Kannazuki grommela, elle était supposée les contacter en cas de problème.

« Essayez, s’il vous plait, d’ouvrir tout de suite un canal de communication. Ça ira même si c’est rien de grave. »

« Roger ! »

Néanmoins, le membre d’équipage, qui commença à s’exécuter sur sa console, s’exprima immédiatement :

« La connexion… ne fonctionne pas. J’ai bien peur que quelque chose bloque les communications ! »

« Fumu ? »

Kannazuki sourcilla. Même en essayant d’ouvrir le canal de communication de ce côté, la source du blocage restait inconnue, qu’est-ce qui…

Mais sa décision fut très rapide. Sans même attendre quelques secondes, il donna des ordres à l’équipage.

« Il n’y a pas de choix, c’est un peu dangereux mais, envoyons le personnel de communication directement sur le terrain. Après être descendus à une altitude de 1000 mètres, transférez une équipe dans le bloc nord de l’île d’Arubi et poursuivez la communication par le biais du <Yggd. Folium>. Suite à quoi, confirmez la sécurité de l’Officier Analyste Murasame Reine, de Shidou-kun et de Tohka-kun. »

« Roger ! »

Suivant les ordres, l’équipage s’exécuta.

Ce faisant, un léger bruit de déplacement parcouru le pont, puis leurs corps sentirent une légère sensation de flottement similaire à celle ressentie dans un ascenseur.

Sans même prendre quelques minutes, le <Fraxinus> passa de 15000 mètres au-dessus de l’île d’Arubi à 1000 mètres.

« Nous sommes arrivés sur objectif. Il n’y a aucune réaction de la part du Territory permanent. »

Le <Fraxinus> dispose de 8 unités Control Realizer ainsi que 10 Realizer de type basiques, normalement le vaisseau était entourait d’un Territory.

C’est ce Territory qui manipule les rayons de lumière rendant son importante masse invisible. Et non seulement ça, il gère également une esquive automatique des avions et des oiseaux entrant en contact avec lui.

Mais, pendant les transferts de matériel et de personnel au sol, par le biais du téléporteur qui se trouvait dans la section inférieur du vaisseau, ou lorsque l’unité indépendante <Yggd. Folium> équipée à l’arrière du vaisseau s’activait, l’invisibilité pouvait s’interrompre quelques secondes.

De fait, lorsque le <Fraxinus> active <l’Yggd. Folium> et engage des relais de communications à basse altitude, il doit se montrer très prudent et utiliser les radars afin de remarquer la présence d’avions qu’il lui faudrait esquiver.

« Ok. Eh bien, activons le <Yggd. Folium> »

« Roger. »

Suivant les instructions de Kannazuki, le mur invisible qui englobait le <Fraxinus> disparut.


De même, à une altitude de 1000 mètres dans le ciel de l’île d’Arubi…

A l’intérieur du vaisseau de DEM long de 500 mètres, <l’Arbatel>, les voix de l’équipage s’élevèrent.

« … ! Capitaine ! Il y a quelque chose qui est apparu sur nos radars ! »

«  Un avion ? »

« Non… un vaisseau ! »

« … Qu’est-ce que tu viens de dire ? »

L’image du ciel s’afficha sur l’écran principal alors que Paddington sourcilla et s’assit dans le siège du capitaine.

Ce n’était pas un avion mais indubitablement un vaisseau. Derrière le vaisseau en forme de lame, il y avait de petits objets semblables à des dissipateurs thermiques qui étaient accrochés ; cela faisait penser à un arbre géant.

« D’où est-il donc apparu ? »

« Ces données sont apparues soudainement. Très probablement… qu’un mode d’invisibilité a été activé. »

« Qu’est-ce que tu as dit ? Quel est le numéro d’identification ? »

« Inconnu. Nous ne pouvons pas confirmer que le modèle du vaisseau ne soit pas issu des Industries DEM. »

Paddington eut une expression sombre et se frotta la barbe.

« Un vaisseau qui est équipé d’un Invisible… ? Impossible. La capacité de devenir invisible avec un Territory n’a été découverte que récemment par les Industries DEM. »

En effet, Invisible était le dernier Realizer à avoir été achevé par les Industries DEM, la série beta de <l’Ashcroft>, et la dernière technologie à avoir été implémentée. Seuls 3 vaisseaux en avaient été récemment équipés et parmi eux <l’Arbatel>.

A cet instant, sur l’écran on pouvait voir l’espèce de dissipateur thermique se détacher de lui-même du vaisseau et flotter dans les airs de façon autonome. Suite à quoi, le vaisseau, dont il était question, s’évanouit à nouveau des cieux comme s’il avait achevé sa mission.

« ! Les données ont disparu ! »

Le membre d’équipage qui observait le radar s’était exprimé de la sorte.

Il n’y avait aucun doute que le vaisseau non identifié venait d’utiliser la fonction Invisible. Sous ses yeux, il avait eu cette confirmation.

Mais, ce genre de choses n’était pas censé exister…

« … Ne me dites pas. »

Paddington ouvrit ses yeux sous l’effet de la surprise. A ce propos, il avait déjà entendu parler de cela auparavant.

Le nom d’une autre organisation qui disposait de Realizer hors des Industries DEM.

« … L’organisation <Ratatoskr>. »

Lorsque Paddington prononça ce mot, les membres d’équipage qui se trouvaient sur le pont retinrent leur souffle.

La seconde branche exécutive de DEM… puisque c’était des personnes affiliées à l’unité des basses œuvres des Industries DEM, ce n’était pas surprenant qu’ils en aient entendu parler.

En effet, Paddington lui-même avait été informé de leur existence… par Isaac Westcott en personne.

Sous prétexte qu’il y avait une organisation en avance technologique sur DEM…

Sous prétexte qu’il y avait un groupe d’excentrique qui avait décidé de résoudre le problème des déchirures spatiales par voie pacifique…

Sous prétexte… que c’était les ennemies de notre DEM…

« Si à tout hasard, vous veniez à les apercevoir… éliminez-les immédiatement. »

Paddington, suite à ces paroles, *hihi**hihi*, se mit à rire.

« Je vois que j’ai de la chance. »

Il se leva et donna un ordre à son équipage.

« Préparez le canon principal ! Dirigez la magie vers les <Ashcroft-Beta> du numéro 10 à 20 ! La cible est… le vaisseau non identifié ! »

« Uh, Capitaine… ce serait mieux de demander des instructions à l’Officier en chef… ? »

Un membre d’équipage s’exprima avec un visage déformé par l’anxiété. Paddington claqua sa langue de façon irritée. Du point de vue de Paddington, est-ce que cela voulait dire que les paroles de cette jeune fille étaient plus importantes que les siennes ?

« Ne vous en occupez pas ! Si l’équipe <Bandersnatch> est là-bas, c’est suffisant pour la mission de l’Officier en chef ! Si la mission se poursuit, il n’y aucune plainte, pas vrai ? »

« Co, compris… »

Comme s’il avait été accablé par la manière de parler de Paddington, le membre d’équipage s’exécuta sur sa console.

Assez rapidement, un bruit de moteur se fit entendre sur le pont et <l’Arbatel> changea de cap.

« Canon : magie totalement chargée ! »

« Cible : la zone où le vaisseau non identifié à disparu ! »

« Invisible désactivée ! Changement des propriétés du Territory en anti-choc ! »

Après confirmation des voix des membres d’équipage, Paddington pointa ses doigts sur l’écran et dit en murmurant :

« … Feu. »


En même temps que le bruit de grondement, le pont du <Fraxinus> fut secoué violemment comme s’il était frappé par un tremblement de terre.

Des sons se firent entendre sur les moniteurs et l’alarme d’urgence résonna bruyamment.

Puis, soudainement, une réponse apparut sur l’écran du radar et, sur le moniteur qui affichait l’image de l’extérieur, un vaisseau géant apparut.

« … ! »

Shiizaki Hinako… un membre de l’équipage de <Ratatoskr>, se couvrit la tête de ses deux mains. Face à l’impact qu’elle n’avait jamais expérimenté auparavant, son mental plongea immédiatement dans la panique.

C’était tout simplement normal. En réalité, une partie de l’équipage qui se trouvait sur le pont affichait le même genre de réaction qu’Hinako.

Il était vrai que le <Fraxinus>, en cas d’urgence, était équipé d’armes de combat.

Lorsqu’ils joignirent <Ratatoskr>, on leur avait bien dit qu’il y avait une chance que de tels combats puissent arriver, ils avaient même reçu des entraînements de combat…

Mais, au final, Hinako n’avait aucune expérience en combat réel jusqu’à maintenant.

« … Ecran du flanc gauche du Territory… réduit de 20% ! »

« Le Basic Realizer AR-008 numéro 30 a perdu sa puissance de sortie ! »

« Les dégâts du vaisseau sont mineurs ! Mais, qu’est-ce qui se passe ici… ? »

Les voix sur des membres d’équipage sur les ponts s’élevèrent et se mélangèrent. »

« Qu, Qu’est-ce que c’était… ?! »

Après qu’Hinako se soit exprimée d’une voix perçante, Kannazuki, qui se trouvait à côté du siège du capitaine, *fumu*, caressa son menton de sa main. Malgré la violence de l’impact, il n’avait pas du tout été chambulé.

« Fumu, il semblerait que nous ayons été attaqués. Mais pour qu’ils aient pu s’approcher si près et que nos radars ne les aient pas détectés, ça signifie… que l’autre camp utilise aussi Invisible. Huh ! C’est bizarre… Cette technologie devrait être impossible pour des Realizer autres que ceux de nos Industries Asgard… »

« Source de chaleur confirmée ! Une seconde attaque est en cours ! »

« Oops… Désactivez Invisible ainsi que Esquive. Transférez, s’il vous plait, toute la magie générée par le Basic Realizer sur le Protect Realizer. »

« Ro, Roger ! »

Accompagnant les cris des membres d’équipage, les propriétés du Territory déployé autour de <Fraxinus> changèrent du mode Invisible à Protect.

En un instant, le choc à l’intérieur du pont frappa à nouveau.

« Kuh… Ce pouvoir malgré la barrière protectrice… ?! »

C’était Kawagoe, qui était assis sur le pont inférieur, qui avait grommelé tout en sourcillant. Tout comme il l’avait dit, c’était un impact qui donnait l’impression que la magie de l’effet du camouflage n’avait pas été transférée à la barrière protectrice.

« Porter une attaque si directe, il semblerait qu’ils aient confiance dans les capacités de leur vaisseau. Hnnn… c’est super, ça me fait trembler. Aahh, donnez m’en plus ! »

« … »

… Comme prévu, cette personne était un cas désespéré. Hinako entrouvrit ses yeux et s’attela à la console à portée de main.

Le vaisseau risquait de sombrer si ça continuait ainsi. Elle ouvrit une ligne secrète et procéda à un appel d’urgence.

Rapidement, le Commandant Itsuka Kotori apparut à l’écran.

« … Shiizaki ? Qu’est-ce qui se passe pour que tu utilises la ligne secrète ? Qu’est-ce qui s’est passé, bordel ? »

« C’est une urgence ! Je vous en prie Commandant, prenez les commandes ! »

Hinako prononça ces mots comme si un désastre était en approche, le visage de Kotori devint grave.

« Ne me dis pas que Kannazuki a pris un choix étrange dans la liste et qu’il a rendu l’humeur de Tohka pire encore ? »

« Non, c’est bien plus sérieux. Si ça continue… »

« Comme je le disais, qu’est-ce qui s’est passé ?! Uh, ne me dis pas que Kannazuki y est allé directement, qu’il a fait irruption dans le voyage scolaire et qu’il a fait un strip-tease en face de Tohka et de Shidou ?! »

Kotori prononça ces mots horrifiée. *Bun**Bun*, Hinako secoua la tête.

« Non, c’est pas ça, c’est un ennemi… ! Un vaisseau non identifié est apparu et nous attaque actuellement ! A ce rythme, le <Fraxinus> va… »

Hinako prononça ces derniers mots désespérément à l’intention d’elle-même. C’était tout simplement normal puisque sa vie en dépendait.

Mais, au moment où Kotori entendit les paroles d’Hinako, elle ferma à moitié les yeux comme si elle avait perdu tout intérêt.

« Oh… c’est à propos de ça… »

Sur ces mots, elle soupira.

« Je pensais vraiment que cet idiot était allé sur place et avait fait quelque chose de stupide. Ne me fais pas peur comme ça ! »

« Je… A propos de ça… c’est un sérieux problème pour le vaisseau, vous savez… ?! »

Lorsqu’elle cria de la sorte, Kotori étendit ses mains comme pour arrêter Hinako.

« C’est bon, tu n’as pas besoin de t’inquiéter autant. »

« Co, comment pouvez-vous être aussi calme… ? »

Hinako venait d’exprimer ses sentiments de désespoir. Kotori leva ses épaules et répondit :

« … C’est parce qu’actuellement vous avez Kannazuki, tu sais ? »


Notes de traduction[edit]

  1. セーブ (Save) dans la version originale. Une référence aux points de sauvegarde des RPG.
  2. ゾンネンシャイン (zonnen shain) dans les furiganas de la version originale. A remarquer que c’est un mélange d’allemand, Sonen, le soleil, et d’anglais, Shine. C’est un propre des attaques spéciales de Kaguya d’employer des mots d’allemand.
  3. Jeu japonais traditionnel (Suikawari) : http://en.wikipedia.org/wiki/Suikawari
  4. Dans le shintoïsme, c’est une pratique courante pour prier. Ici, ça doit être pour solliciter la bonne fortune.
  5. 納豆-Graines de soja fermentées.
  6. シュールストレミング- Une spécialité suédoise à base de harengs fermentés.
  7. Pour de plus amples explications : http://fr.wikipedia.org/wiki/Moe_%28Japon%29
  8. サービス dans la version originale. Faut-il y voir un double sens sachant la connotation du mot dans le monde du Manga ?
  9. En anglais dans la version originale (ラルリーラブリー).
  10. Flammes du Purgatoire. Dans la version originale, les furiganas sont : フェーグフォイア・フランメ(Feegufoia Furanme). Encore un nom d’attaque typique de Kaguya, utilisant à la fois le mot allemand Fegefeuer (le purgatoire) et le mot anglais Flame (Flammes). Il est à remarquer que フランメ (Furanme) pourrait tout aussi bien être le mot allemand Flamme, mais vu que la majorité de ses attaques utilisent un mot d’allemand et un mot d’anglais, nous avons pris parti pour cette interprétation.
  11. Jeu de carte japonais.
  12. Autre jeu de carte japonais.
  13. Procédé divinatoire proche de la « sourcellerie ». Pour plus d’informations : http://fr.wikipedia.org/wiki/Radiesth%C3%A9sie.